L'Assemblée Générale du Collectif Aria Linda qui s'est tenue ce 28 janvier 2011, a permis d'approuver le bilan d'activité de l'année 2010, le bilan financier et de procéder au renouvellement du tiers de son Conseil d'Administration.

Parmi les décisions importantes validées lors de cette AG, celle
de demander aux élus de proximité, les Maires et leur Conseil Municipal, de prévoir la consultation de la population par référendum d'initiative locale, RIL.



La Corse en ayant déjà vécu, nous pressentions un nouveau passage en force . Aussi l'idée d'utiliser le RIL pour s'opposer à la prévisible décision du Préfet n'est pas nouvelle, notre réunion du 6 mai 2008 à Sarrola Carcopino avec les élus en témoigne.

Le Préfet de Région va en effet utiliser la procédure de classement du projet de centrale en PIG pour obtenir le déclassement des terrains, actuellement inconstructibles, pour permettre à EDF de construire la centrale thermique sur le site 6 ter.

Deux terrains, non constructibles, l'un situé sur la commune de Bastelicaccia, et l'autre limitrophe sur la commune d'Ajaccio, forment le site 6 ter sur lesquels EDF ambitionne d'implanter la future centrale thermique.

Récemment, Le Préfet de Région s'est vu opposer le refus du Maire et du Conseil Municipal de Bastelicaccia de déclasser le terrain communal.

Et, sans que la position de la commune d'Ajaccio ne soit connue, du moins elle n'a pas été rendue publique, le Préfet de Région semble avoir décidé de passer outre en qualifiant la centrale thermique d'Ajaccio-Bastelicaccia de projet d'intérêt général, PIG.


Nous n'oublions pas que le 26 avril 2010, le Préfet de Région a convoqué
au Palais Lantivy, toutes les strates de la représentation politique insulaire, en présence d'EDF (et en l'absence des associations) pour leur signifier:

« J'ai demandé à EDF/PEI de me fournir le dossier au mois de juillet. Et cela sera celui de centrales au gaz »

« J'ai des instructions du chef de l'État. Ce sera une centrale au gaz et rien d'autre... »

Ce rien d'autre nous a évidemment incités à insister sur l'idée d'un plan B, à savoir alimenter la Corse par méthaniers, au cas où le gazoduc GALSI ne devait pas se réaliser. Mais ni la CTC, ni la préfecture, sollicitées publiquement en de multiples occasions, n'ont voulu donner suite à cette solution.

Donc, il faut bien réaliser que si, comte tenu d'un marché du gaz en pleine évolution l'intérêt de réaliser le GALSI devenait beaucoup moins évident, et à défaut d'avoir envisagé une autre solution, nous serions irrémé.diablement et durablement condamnés au fioul lourd.

Sur Alta frequenza


 

Il a été signalé, dans l'assemblée, la présence d'un ancien directeur d'EDF!

Lire la suite