Association Aria linda

mardi 25 janvier 2011

Toutes les violences ne bénéficient pas de la prescription......d'innocence.


Lire la suite

lundi 24 janvier 2011

S'indigner ne suffira pas............

  

Contre l’intérêt de la population et l’avis de ses élus, l’Etat continue de dérouler un tapis rouge aux centrales thermiques au fioul lourd choisies par EDF. Déjà à Lucciana l’arrêté préfectoral impose l’utilisation du fioul lourd sans limitation de durée. L’inspection générale des finances de l’énergie nous a bien précisé qu’un démarrage au fioul léger, même s’il génère moins de pollution, serait économiquement impossible.

Si le démarrage au fioul léger est inenvisageable pour une centrale, il le sera d’autant plus pour deux. Ces propos sont confirmés par la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui revient ainsi sur les engagements de son prédécesseur J-Louis Borloo, sans attendre les résultats des études comparatives fioul lourd / fioul léger.

A grand renfort médiatique l’Etat et EDF valorisent la réduction de la pollution soufrée grâce à l’utilisation d’un fioul lourd « spécial Corse ». Pourtant les documents officiels indiquent clairement que les autres polluants, les microparticules, les métaux lourds, et les HAP ne sont pas réduits. Les études réalisées pour le ministère de la Santé et de l’Ecologie démontrent, sans en estimer le coût futur, que ces polluants ont un impact considérable et irréversible sur la santé, et sur la mortalité aggravée de la population.

Pour la centrale de Bastelicaccia-Ajaccio, le préfet qui ne dispose d’aucune garantie, nous promet le gaz du GALSI via Cyrénée. Sans aucune étude de dispersion, il nous impose pourtant le site le plus adapté aux exigences d’une centrale au fioul lourd.

Même stratégie pour l’exécutif de la CTC qui retarde l’examen d’un plan B (GNL) et de solutions de production d’énergie et de stockage moins polluantes et moins coûteuses à long terme. Contrairement aux combustibles fossiles, l’eau, le soleil, le vent, et la biomasse, ont pourtant un potentiel énergétique naturel, renouvelable et gratuit.

Nous indigner ne suffira pas !  Pour notre santé,

pour la santé de nos enfants, il faut continuer à résister.

Découverte d'un gisement de gaz en Israël

David Vincent les a vus.........

NEC plus ultra

GALSI.......

Lire la suite

mardi 18 janvier 2011

Sviluppu Durevule ..............I Spenserati è I Gattivi

I Spenserati:

"Plus particulièrement au niveau industriel, nous allons enfin nous débarrasser de la vieille centrale d'EDF datant de 1973, complètement obsolète pour voir naître un outil de production moderne, vecteur d'activités, d'emplois et surtout qui nous permet d'envisager l'arrivée du gaz naturel, synonyme de nuisances qui n'ont plus rien de comparable avec l'ancienne centrale."

"De plus nous avons la garantie que trois ans au plus après le démarrage, nous fonctionnerons avec un combustible aux normes du fioul léger."

Extrait des voeux du Maire de la commune de Lucciana à ses administrés. (Corse Matin de ce samedi 15 janvier 2011). Nous, nous nous on y perdons dans ces nous!

Mais puisque nous a la garantie!

 

I Gattivi:

En bon fer d'un libéralisme à tout crin, Benoist Apparu, secrétaire d’Etat chargé du logement (HLM?) auprès de Nathalie Kosciusko-Morizet, la  Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, s'attaque maintenant au principe de précaution. Durcissement et  nouvelle attaque,  après celle de NKM, contre la Corse, ainsi que le constate le député Européen.

 

Il est certainement très urgent de s'attaquer au principe de précaution qui menace le business des lobbies:

 Vaccinations abusives de la pseudo pandémie H1N1,

Silences sur le passage du nuage de Tchernobyl,

Affaire du sang contaminé,

Silences sur les effets du Médiator,

Silences dans  le dossier de l'amiante,

Silences sur l'impact de la pollution du fioul lourd.

 

 La France et SONATRACH........... SONATRACH et le GALSI.........

 

 

Lire la suite

dimanche 16 janvier 2011

Cyrénée.....ce n'était donc que du théatre?

A gauche sur la photo, L'égarant.

La dame de l'amirauté ........très offusquée: " Vous avez refusé de rédiger un cahier d'acteurs!"





Nous sommes donc de piètres acteurs........mais on joue à guichets fermés.......



Avant, il n'était pas là.

Le secrétaire général de la préfecture de la Corse du Sud nous parle des ........... bretelles de Cyrénée!




Deus ex machina



Nous l'avons en chair et en os: la pollution c'est pas du cinéma.

vendredi 14 janvier 2011

Comme NKM, le Préfet de Région n'a pas tout retenu de la lettre du Ministre d'Etat Jean Louis BORLOO.

Pour Corse Matin, le 13/01/2011 Jean Marc RAFFAELLI est en entretien avec le Préfet de Région Stéphane BOUILLON sur le sujet des centrales thermiques:

 

Chapeau de l’article :

Pour Ajaccio je vais prendre un arrêté d’intérêt général

 

Jean Marc RAFFAELLI :

Lucciana a-t-elle seulement une chance de démarrer au fioul léger ?

 

Le Préfet de Région Stéphane BOUILLON :

« La centrale de Lucciana démarrera au fioul lourd…….»

 

Jean Marc RAFFAELLI :

Jean Louis BORLOO a laissé une petite porte entrouverte

 

Le Préfet de Région Stéphane BOUILLON :

« L’ancien ministre d’Etat (NDLR : Jean Louis BORLOO) a dit clairement qu’il n’était pas raisonnable pour la Corse de recommencer toute la procédure,…..

 

Ce que Jean Louis BORLOO a effectivement écrit :

 

Vous avez appelé mon attention sur la question d'un fonctionnement de la centrale au fioul léger. Le changement de combustible à ce stade avancé de la procédure nécessiterait une reprise totale du dossier d'autorisation préfectorale et causerait ainsI des délais supplémentaires l’ordre de 18 mois à deux ans, durée qui serait nécessaire à l'élaboration d'un nouveau dossier nécessairement soumis à enquête publique compte tenu de la modification fondamentale que représente un changement de combustible qui induirait un classement SEVESO, le fioul léger entraînant des risques spécifiques. Durant cette période supplémentaire, l'ancienne centrale devrait continuer à fonctionner, mais cette fois-ci dans des conditions irrégulières.

 

Le Préfet de Région Stéphane BOUILLON :

 

……..et il s’est engagé à lancer une étude relative à l’amélioration de la performance environnementale liée aux émissions de dioxyde de soufre afin d’obtenir un niveau de rejet équivalent à celui du fioul léger. »

 

Ce que Jean Louis BORLOO a effectivement écrit :

 

L'Etat a en outre décidé de réduire de façon très significative les émissions de polluants durant cette phase transitoire.

 

Ce carburant occasionnera des émissions de polluants comparables à l'utilisation des fiouls légers.

 

Je tiens en effet à souligner que l'intérêt environnemental de tel ou tel combustible ne se limite pas à ta teneur en soufre, car il convient de prendre en compte l'ensemble des émissions, mais aussi la question des risques accidentels, qui se pose à priori de façon très différente pour le fioul léger qui engendre des risques industriels sérieux

 

j'ai demandé à l’exploitant d’engager dès le 1 janvier 2011, en anticipation des échéances prévues dans l’arrêté préfectoral du 14 septembre 2010, une étude technico-économique relative à l'amélioration de la performance environnementale liée aux émissions de dioxyde de soufre pour obtenir un niveau de rejet équivalent à celui du fioul léger ou afin d'envisager un passage rapide au fioul léger si nécessaire.

 

 

Jean Marc RAFFAELLI :

Le Maire de Bastelicaccia ….refuse de modifier son PLU….:

 

Le Préfet de Région Stéphane BOUILLON :

 

 « …..je ferais en sorte que dans le PLU de la commune soit inscrit le projet d’une centrale électrique au gaz. Pour cela, je prendrai un arrêté qui déclarera cette construction d’intérêt général, ce qu’elle est, bien sûr »

 

 

L’intégralité du courrier du ministre d’Etat signé le 19 octobre 2010 à :

 

Monsieur Sauveur GANDOLFI-SCHEIT

Député de la  Haute-Corse

Assemblée nationale

126 rue de l'Université

75355 Paris 07 SP

 

 

 

MonsIeur le Député,

 

 

La production électrique en Corse repose principalement sur les centrales de Lucciana et du Vazzio. Leur remplacement dans les plus brefs délais est une priorité. En effet, leur vétusté ne permet pas d'assurer une disponibilité satisfaisante.

4

De plus, la centrale de Lucciana ne respecte pas les normes envlronnementales qui lui sont applicables et notamment les valeurs limites d'émissions de polluants. Son maintien en fonctionnement est néanmoins indispensable afin de fournir de l'électricité à la Corse. A compter du 1er janvier 2011 la poursuite de l'exploitation ne pourra donc se justifier qu'à la condition impérative du remplacement au plus tôt de cette centrale par un nouveau moyen de production aux normes. L'Etat a donc pris ses responsabilités en cherchant à garantir la fourniture de l'électricité pour les habitants de l’île après le 1er janvier.  C'est dans cet esprit que l’arrêté préfectoral d'autorisation d'exploiter a été signé le 14 septembre 2010.

 4

Les contours précis du projet de remplacement de la centrale de Lucciana ont pu être affinés au cours de nombreux échanges, et à la lumière des résultats de l'enquête publique qui ont permis d'apporter des avancées notables. Cette centrale, dès sa conception, est une centrale au gaz, dotée de moteurs déjà convertis, qui ne fonctionnera au fioul qu'à titre transitoire dans l'attente de la réalisation du GALSI, ce qui représente une anticipation des dispositions de l'article 5 de l’arrêté du 15 décembre 2009 relatif à la programmation pluriannuelle des investissements de production d'électricité.

 4

L'Etat a en outre décidé de réduire de façon très significative les émissions de polluants durant cette phase transitoire. Ainsi. le combustible prescrit à EDF en attendant l'arrivée du gaz naturel est un fioul particulier dont la teneur en soufre est même inférieure à celle des fiouls commerciaux à très basse teneur en soufre, ce qui explique la dénomination « très très basse teneur en soufre» parfois utilisée. Ce carburant occasionnera des émissions de polluants comparables à l'utilisation des fiouls légers. De plus, les cheminées de la centrale seront remontées de 10m afin de réduire l’impact local des rejets

 4

 

Vous avez appelé mon attention sur la question d'un fonctionnement de la centrale au fioul léger. Le changement de combustible à ce stade avancé de la procédure nécessiterait une reprise totale du dossier d'autorisation préfectorale et causerait ainsI des délais supplémentaires l’ordre de 18 mois à deux ans, durée qui serait nécessaire à l'élaboration d'un nouveau dossier nécessairement soumis à enquête publique compte tenu de la modification fondamentale que représente un changement de combustible qui induirait un classement SEVESO, le fioul léger entraînant des risques spécifiques. Durant cette période supplémentaire, l'ancienne centrale devrait continuer à fonctionner, mais cette fois-ci dans des conditions irrégulières.

 

  4

Je tiens en effet à souligner que l'intérêt environnemental de tel ou tel combustible ne se limite pas à ta teneur en soufre, car il convient de prendre en compte l'ensemble des émissions, mais aussi la question des risques accidentels, qui se pose à priori de façon très différente pour le fioul léger qui engendre des risques industriels sérieux. C'est pourquoi il apparaît qu'une telle décision, qui entraînerait d'importants surcoûts (de l’ordre de 30 M€/an en fonctionnement normal), ne peut être prise sans une étude globale préalable, portant sur l'ensemble des paramètres, alors même que nous disposons à ce stade d'un projet stabilisé, tant au nlveau industriel que réglementaire, qui répond à la question cruciale de la sécurité d'approvisionnement, qui améliore notablement les performances envlronnementales du parc électrique, et quI s'inscrit résolument dans les orientations de la politique énergétique corse.

 4

A l'issue de notre entretien du 6 octobre dernier, et afin de pouvoir répondre en toute responsabilité aux attentes légitimes de la population corse, j'ai demandé à l’exploitant d’engager dès le 1 janvier 2011, en anticipation des échéances prévues dans l’arrêté préfectoral du 14 septembre 2010, une étude technico-économique relative à l'amélioration de la performance environnementale liée aux émissions de dioxyde de soufre pour obtenir un niveau de rejet équivalent à celui du fioul léger ou afin d'envisager un passage rapide au fioul léger si nécessaire.

p

Par ailleurs, comme vous l’avez souhaité  lors de notre rencontre, j'ai demandé qu'un audit de la sea Iine  qui permet l'approvisionnement des stocks d'hydrocarbures soit réalisé. Les résultats vous en seront communiqués d'ici la fin de l'année.

 4

Enfin, je vous confirme que la politique en matière de production d'électricité en Corse repose sur la mise en service du GALSI. A ce titre, le gouvernement veille à ce que tout soit mis en œuvre pour faciliter le respect du calendrier de la décision finale d'investissement. Ainsi la procédure d'enquête publique sur le passage du GALSI au large des côtes corses a été lancée dans le respect du calendrier décisionnel italien : le ministère de l'économie italien devrait délivrer d'ici la fin de l'année l'autorisation administrative de construction du gazoduc. La France reste en contact constant avec les autorités italiennes et algériennes pour assurer le suivi à la réalisation du projet.

 

 

 4

          Je vous prie de croire, Monsieur le Député, en l'expression de mes sentiments les meilleurs.

 

 

 

 

 

Lire la suite

jeudi 13 janvier 2011

Cyrénée: Coup de tabac!

Cyrénée en escale à Porticcio :

 

S’il fallait retenir un seul point important de la tournée de concertation Cyrénée lors de son étape sur la Rive Sud…….. il serait probablement négatif !

 

Pierre GERVASON est à la barre et  Paula CECCALDI officie sur le pont sous l’œil avisé du capitaine LEGRAND, qui n’est pas de quart.

 

Sur le bateau GRT Gaz, même stratégie : à la manœuvre Georges SEIMANDI et Thierry LAMY, et là haut dans la mâture, Pierre François HUGON.

 

Sur la côte, prêt à embarquer le Secrétaire Général de la Préfecture, précisons de la Corse du Sud, veille au grain.

 

Rapide présentation des unes, des uns et des autres, puis la parole passe dans la salle

 

Les retraités posent les premières questions.

 

La stratégie de reconquête gazière de la Russie, et le penchant qu’éprouverait BERLUSCONI pour POUTINE font craindre à un de nos « actifs libérés » que l’avenir du GALSI soit définitivement « mort ».

 

Un autre retraité demande quelle est la puissance électrique véhiculée par le tuyau ? La réponse n’est pas spontanée, mais les calculettes (à piles) chauffent sur le pont GRT Gaz !

 

Un archéologue, en activité, indique que la démarche pourrait prendre aussi un grand intérêt archéologique au cours de travaux qui devraient, selon son estimation, rencontrer une trentaine de sites.

 

Un autre actif s’interroge sur la maîtrise des délais au regard des problèmes du foncier dans l’île.

 

Un retraité reprend la parole : « Que se passerait-il si vous avez déjà réalisé la moitié des travaux Cyrénée et qu’on vous annonçait que le GALSI ne se faisait pas ? »

 

GRT Gaz signale qu’en l’absence d’engagement financier, GRT Gaz ne commencera pas les travaux et que l’engagement sur Cyrénée dépend de l’engagement sur GALSI.  Et « qu’on a 1 à 1.5 ans devant nous pour que le GALSI se décide, sans qu’on soit en retard ». L’ex Cyrénée précise même que « si le GALSI ne se fait pas, on n’a pas la certitude d’avoir du gaz à mettre dedans »

 

Puis quelques questions reviennent sur la réelle volonté de GRT Gaz d’y aller, et la discussion s’oriente vers le choix du site « Ajaccien ». Une petite houle réprobatrice se lève du côté de l’amirauté……

 

Plusieurs participants, de façon plus ou moins habile et concise,  font remarquer au Secrétaire Général de la Préfecture, précisons de la Corse du Sud, qu’entre autres indicateurs négatifs, le choix du terrain 6 ter est particulièrement significatif.  Significatif des précautions qui sont prises par une administration qui semble elle-même si peu convaincue que le GALSI se réalisera, qu’elle a pris toutes les précautions pour y assurer l’implantation d’une centrale au fioul lourd en confirmant le terrain « meilleur compromis»  du préfet LEYRIT en 2007.

 

Un Etat qui, le Secrétaire Général de la Préfecture, précisons de la Corse du Sud, le confirme utilisera le PIG pour s’affranchir du refus du Maire de Bastelicaccia. Un Etat qui, ainsi que lui fait remarquer en substance un actif, est passé outre toutes les formes d’expressions démocratique de refus du fioul lourd en commençant par Lucciana.

 

Mais l’amirauté n’apprécie ces risées qui gonflent disgracieusement la voilure et elle donne du volume.

 

Finalement les quelques associatifs venus s’embarquer dans cette concertation comprennent qu’elle a ses limites, et virent de bord.

 

Mais que diable aillaient-ils faire dans cette galère ?

 

(Alex Bertocchini - Alta Frequenza) - Débat public, débat truqué ! C'est le sentiment des associations d'opposition aux centrales au fioul après la réunion hier (mercredi) à Porticcio dans le cadre du projet Cyrénnée. A Sentinedda et Aria Linda ont trouvé un peu fort de café le fait qu'on les ait empêché de s'exprimer sur le site de la future centrale de Bastelicaccia. Les associations croyaient dur comme fer et le croient encore que le choix précis de ces terrains est forcément lié à la problématique de la nouvelle centrale d'Ajaccio, donc de Cyrénnée donc du Galsi. Dans l'impossibilité de s'exprimer hier soir, elles ont quitté la réunion non sans avoir l'intention de s'exprimer sur le sujet. C'est ce qu'elles font aujourd'hui. Ecoutons Dominique Lanfranchi


mercredi 12 janvier 2011

Ouf! L'étude FOL/FOD rendrait bien ses conclusions......................mais quelles conclusions?

La lettre des députés Sauveur GANDOLFI-SCHEIT et François ALFONSI va-t-elle permettre d'obtenir le respect des engagements du ministre BORLOO?

La réponse de NKM à CDRS selon 24 ore! 

On est bien sur une stratégie du type " Si j'avance, et si tu recules! Comment veux-tu, comment veux-tu, comment veux-tu, que je …"  car le compte n'y est toujours pas!

Faut-il voir un parallélisme des situations dans une autre affaire? Par exemple, celle qui met aux prises le fisc et Patrice FRANCESCHI, le skipper de La Boudeuse, lequel s'estime trahi par JLB, suite à des engagements financiers de l'Etat non respectés.    NKM ne semble pas davantage en mesure de régler son problème.

Le Maire de Bastelicaccia refuse de déclasser le terrain d'accueil de la future centrale? Qu'importe! Le Préfet de Région compte bien satisfaire les associations, elles ont demandé une centrale au gaz, et elles devraient l'avoir!

TIGF est 10 fois plus petit que GDF! Ca doit être pour ça que l'Etat a préféré assurer le coup pour sa petite Cursichella en mettant GRT Gaz sur la réalisation de Cyrénée.

 

Pour A Sentinella, le GALSI est aux oubliettes!  Selon un article du JDC.

Business : Il faut d'abord produire de quoi nous rendre malades. Ca permet ensuite de produire aussi pour pouvoir nous soigner!

 

 

lundi 10 janvier 2011

Après les chocs pétroliers, le choc ENR.

Histoires (presque) sans paroles:

Nouvelles centrales au fioul : Tout et son contraire

(Alex Bertocchini - Alta Frequenza) - Une chatte n'y retrouverait pas ses petits ! C'est le sentiment des associations d'opposition à la construction des nouvelles centrales au fioul. Le dernier échange épistolaire entre Sauveur Gandolfi Scheit, François Alfonsi et Eric Besson ne laisse rien présager de bon quant à l'évolution de ce dossier. Le député européen et le député de Haute Corse, en effet, ont à nouveau écrit à Eric Besson, le tout nouveau ministre de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique pour lui demander si les affirmations du ministre précédent, Jean Louis Borloo, restent toujours d'actualité. Selon les deux députés, Nathalie Kosciusko Moriset, dans un courrier du 21 décembre, a pris totalement à contre-pied les déclarations de Jean Louis Borloo en affirmant que la centrale de Lucciana démarrera effectivement au fioul lourd. Selon les associations, on n'en est pas à une contradiction près dans ce dossier ; Ecoutons Dominique Lanfranchi pour A Sintinedda.


 

....des palettes qui sentent drôlement les hydrocarbures et les plastiques!

Le choc ENR........

Lire la suite

jeudi 6 janvier 2011

Le GALSI, c'est comme les frites mac-gagne: plus on nous en parle, plus on nous magagne.

C'est probablement pour m'aider à dépasser mon scepticisme au sujet de la réalisation du GALSI, que le Préfet de Région m'assurait ce 6 janvier 2011 qu'il se ferait et que d'ailleurs.....tout le monde en parle.

Pourtant, si les économistes attribuent au gaz un avenir flamboyant, un survol de l'actualité gazière du jour en ligne,  à partir des mots clé "gaz + algérie", ne permet pas de trouver un seul article récent sur les 5 trouvés qui parle de GALSI.

La même recherche avec mots clé "gaz+italie" ne donne rien, tandis que le site GALSI est désespérément muet depuis le 2.12.2010.

Tandis que 24 ore parlait avant-hier de mirage, Corse-Matin, reprenait hier les propos de NKM pour qui "l’objectif de l’Etat pour l’alimentation électrique de la Corse est la réalisation du GALSI dans les plus brefs délais".

La seule actualité bien vivante concerne le fioul lourd.


Marée noire du golf du Mexique : un ciment non conforme à l’origine de l’explosion de la plate-forme de BP.


303000 habitants et .......quelques irréductibles autruches.

Quelle belle opiniâtreté!

Maria GUIDICELLI, nullement impressionnée par le courrier de NKM au Maire de Lucciana, veut encore croire à la possibilité d’un
démarrage au fioul léger et à l’arrivée du GALSI. (Sélectionner  le JT du 04.01.2011. Le passage est entre 13’30 et 14’05)

Sont-ils volontairement à côté de la plaque?

Corse Matin n'a pas bien lu le contenu du courrier de Jean Louis BORLOO à Sauveur GANDOLFI-SCHEIT. Du coup son article passe à côté d'un point capital. Tout comme Joseph GALETTI qui semble tomber bien facilement dans le même panneau!

EDF et l'Etat ne peuvent en effet assoir leur argumentation que sur la seule réduction de la teneur en soufre du fioul lourd, et cette réduction n'apporte qu'une baisse des polluants soufrés contenus dans les émissions gazeuses (fumées) recrachées par les cheminées. 

Le niveau d'émission des autres polluants contenus dans les émissions gazeuses comme les microparticules PM 10 et PM 2,5, ou les métaux lourds ne connaît aucune réduction. Et ce point se vérifie simplement en comparant les VLE (valeurs limite d'émission) prescrites par l'arrêté d'exploitation des actuelles centrales alimentées au fioul lourd TTBTS, avec l'arrêté des nouvelles centrales alimentées avec le même fioul lourd TTBTS..

Alors JMR et JG, revoyez vos copies!

Chez nous, tout baigne:

Selon le Journal de l’Environnement,  Le fonds de l’air urbain effraie. Mais en Corse, on nous dit que tout va bien !

Renouvelables :

L’Europe tiendra son engagement…..la France sera tout juste limite.

Sondage & 303000.......

Lire la suite

lundi 3 janvier 2011

FIOUL LOURD / FIOUL LEGER : NKM volontairement à côté de la plaque?

Tout comme Pierre François HUGON de GRT Gaz, ils adorent surfer sur le site d’Aria Linda ! Après avoir lu notre billet, les services de l’Etat ont corrigé leur mauvaise annonce au JORF.  Ouf, le Maire d’Ajaccio peut « respirer », la centrale EDF au fioul lourd de la Corse du Sud sera aussi sur sa commune.

 

Dans son courrier du 20 décembre 2010, c'est Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, NKM, qui répond au courrier que le Maire de Lucciana , avait adressé à Jean Louis  BORLOO..... le 20 mai 2010. Curieuse et tardive réponse puisque le courrier de Joseph GALETTI était adressé à un Ministre d'Etat alors en charge de l'ECOLOGIE, de l'ENERGIE, du DEVELOPPEMENT DURABLE et de la MER.

ENERGIE, une compétence dont ne dispose pas NKM.

NKM est "seulement" Ministre de l'Écologie, du Développement durable des transports et du Logement. Elle n’a donc pas toute la compétence pour répondre, puisque le ministère que lui a confié
François FILLON a été allégé d'une partie de ses compétences au profit du Ministre de l’Industrie de l’ENERGIE et de l’Economie Numérique qui est actuellement Eric BESSON.

Elle aurait probablement du lui transmettre ce courrier auquel JL BORLOO avait négligé de répondre en son temps.

Une réponse tardive qui contraste avec la rapidité de communication de la lettre adressée par JLB au député Sauveur GANDOLFI-SCHEIT le 19 octobre 2010 (suite à la rencontre JLB, SGS et FA du 6.10.2010).

Et le contraste n'est pas que de forme!

NKM confisque en effet la définition élargie à l'ensemble des polluants contenue dans le courrier que JLB a adressé au député SGS le 19 octobre 2010:

L'Etat a en outre décidé de réduire de façon très significative les émissions de polluants durant cette phase transitoire. Ainsi. le combustible prescrit à EDF en attendant l'arrivée du gaz naturel est un fioul particulier dont la teneur en soufre est même inférieure à celle des fiouls commerciaux à très basse teneur en soufre, ce qui explique la dénomination « très très basse teneur en soufre» parfois utilisée. Ce carburant occasionnera des émissions de polluants comparables à l'utilisation des fiouls légers. De plus, les cheminées de la centrale seront remontées de 10m afin de réduire l’impact local des rejets

en la ramenant à celle de l'arrêté préfectoral du 14 septembre 2010:

 Dans l’éventualité où les travaux de construction du gazoduc GALSI n’ont pas débuté 3 ans après la date de signature du présent arrêté, l’exploitant engagera et transmettra, dans les 12 mois suivants, une étude technico-économique relative à l’amélioration de la performance environnementale liée aux émissions de SO2 pour obtenir un niveau de rejet équivalent à celui du fuel léger.



Le courrier de NKM à JG

 

Lire la suite

dimanche 2 janvier 2011

Indignez-vous!

Indignez-vous!



C'est le message de Stéphane HESSEL qui s'adresse à tous ceux qui s'inscrivent dans une démarche citoyenne.

Indignez-vous aussi contre les vraies fausses bonnes nouvelles contradictoires!

Malgré les assurances données par nos officiels sur la solidité des accords entre France et Italie, le raccordement de la Corse n'est pas évoqué par le
Ministre italien des Affaires étrangères: 

"En vue d’accroître la capacité de transport de gaz algérien vers l’Italie, et en Europe,
il a été entrepris la construction d’un nouveau gazoduc, le Galsi, qui reliera directement l’Algérie à la Sardaigne et la Toscane, dont l’entrée en service est prévue d’ici à la fin de 2014".

On note également dans cette annonce que des travaux auraient démarré alors que rien n'a encore été signé entre les parties concernées.

Un peu en décalage avec les infos du site GALSI dont la dernière communication remonte au 02.12.2010 avec pour objectif de répondre aux inquiétudes nées de la non réaffirmation du caractère prioritaire du projet GALSI pour l’Europe. Le rédacteur tente de convaincre en expliquant que si l’Europe n’a pas de nouveau énuméré le GALSI parmi ses objectifs prioritaires, il le resterait :

Galsi: immutata la strategicità del progetto per la UE.   Galsi resta un progetto prioritario per l'Unione Europea

Info non confirmée par le planning du site GALSI !  

 

 




 

Lire la suite