Bonjour,

 

  

Par son courrier du 29 juillet 2010 Madame la Conseillère Exécutive en charge de l’Energie m’a adressé une invitation à participer, le mercredi 15 septembre 2010, à la visite du chantier Arc Fos-Port de Bouc à Martigues .

 

Une visite de terrain devant permettre aux élus territoriaux, ainsi qu’aux membres du Conseil Energétique d’appréhender les questions liées au déroulement d’un chantier de pose de canalisation de gaz naturel, à ses impacts potentiels et aux enjeux qui y sont associés.

 

Je vous prie de bien vouloir remercier Madame la Conseillère Exécutive en charge de l’Energie pour cette invitation.

 

Toutefois, il me semble prématuré, compte tenu de l’état d’avancement du dossier, de lui porter attention très en amont. La réalisation du projet de raccordement de la Corse au projet de gazoduc GALSI comporte en effet des phases d’études qui ne sont pas encore terminées, et des phases de réalisation qui ne pourraient démarrer qu’après que tous les arbitrages technico-économiques aient été rendus, et que toutes les autorisations administratives aient été accordées.

 

Il me semble d’une part, que les réponses aux questions liées au déroulement d’un chantier de pose de canalisation de gaz naturel peuvent être apportées, dans un cadre général, par les techniciens de GRT Gaz. D’autre part, je ne suis pas convaincu que l’appréhension des impacts potentiels qui pourraient, spécifiquement, affecter la Corse et des enjeux qui y seraient associés progresserait notablement lors d’une heure de présentation délocalisée et d’une heure de visite d’un chantier présentant à priori peu de similitudes avec notre topographie. .

 

L’expérience des « moteurs diesel propres, alimentés au fioul, conçus comme convertibles au gaz  naturel » du plan énergétique Corse de 2005 nous montre qu’il ne faut laisser place à aucune incertitude. Et même si les affaires semblent menées par des hommes de l’art, il faut intervenir très en amont en 2010 pour ne pas risquer à nouveau de se voir objecter en aval, en 2015-2016 qu’on est déjà dans l’urgence. Le directeur d’EDF/ PEI nous l’a assez répété : les grands projets industriels ne s’improvisent pas.

Je persiste dans l’idée que la Collectivité Territoriale de Corse ne peut se dispenser d’un plan B, consistant, à défaut de gaz naturel acheminé par gazoduc, à prévoir l’alimentation des centrales thermiques de Corse en gaz naturel liquéfie acheminé par méthaniers. A cet effet, il me semble plus intéressant de visiter un terminal méthanier à l’échelle de nos besoins pour en appréhender la mise en place éventuelle.

Je vous remercie de bien vouloir faire part de ma réponse à Madame la Conseillère Exécutive en charge de l’Energie.

Cordialement,

 Jean Nicolas ANTONIOTTI

Représentant  Force Ouvrière

549 visites en 2008,

1358 visites en 2009,

2760 visites en 2010,

le site d'Aria Linda a encore bien résisté en ce mois d'août.