1) Le tableau de COMPARAISON DES FACTEURS D’EMISSION DE POLLUANTS LIES A LA COMBUSTION DE BOIS, DE CHARBON, DE FUEL ET DE GAZ NATUREL de l'ADEME.


Etude intégrale disponible sur  http://www.google.fr/search?q=Les+%C3%A9missions+atmosph%C3%A9riques+de+la+combustion+de+biomasse++&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a


2) La circulaire n° 96-85 du 11/10/96 relative aux cendres issues de la filtration des gaz de combustion de combustibles d'origine fossile dans des installations classées pour la protection de l'environnement:

Extrait :

2.1 - Le cas du gaz et du fioul domestique

Les caractéristiques chimiques de ces combustibles font que les rejets atmosphériques de poussières issues de leur combustion sont limités. Par conséquent, aucun système de récupération et d'élimination de cendres n'est nécessaire, puisque les seules poussières produites sont émises à l'atmosphère en quantité réduite.

2.3 - Le cas du fioul lourd

Les quantités et les caractéristiques des cendres résultant de la combustion du fioul lourd sont aujourd'hui assez bien connues.

Les quantités produites chaque année sur l'ensemble du parc des installations utilisant du fioul lourd s'élèvent à quelque milliers de tonnes, quantité qui devrait croître régulièrement avec la mise en oeuvre de systèmes de dépoussiérage plus performant à l'avenir. Les quantités à éliminer sont donc beaucoup plus faibles que celles résultant de la combustion de charbon.

Toutefois, les cendres résultant de la combustion du fioul lourd contiennent des teneurs variables, mais importantes, de certains métaux lourds (nickel et vanadium, par exemple). Par ailleurs, elles présentent bien souvent des pH faibles. Les filières de valorisation mentionnées ci-dessus ne sont donc pas utilisables pour ces cendres. La valorisation par extraction des métaux lourds contenus, si elle paraît prometteuse et intéressante pour l'environnement, ne paraît pas pouvoir être retenue actuellement pour des raisons économiques. En outre, ces cendres comportent généralement une proportion importante d'imbrûlés, souvent supérieur à 50 %.

Disponible sur le site du Ministère du Développement de l'Ecologie de l'Energie du Développement Durable et de la Mer :  http://www.ineris.fr/aida/?q=consult_doc/consultation/2.250.190.28.8.3493

3) La comparaison des arrêtés préfectoraux d'exploitation

Le premier tableau est celui des émissions autorisées pour la centrale du Vazzio. Il fait apparaître la nette différence d'émission entre fioul lourd et fioul léger pour les poussières totales, ou cendres.





Le deuxième tableau intègre les paramètres d'émission du projet d'arrêté de la future centrale de Lucciana. On voit nettement qu'il n'y a aucune baisse de niveau d'émission en poussières, aucune baisse en métaux lourds, aucune baisse en HAP et que les coeficients de réduction par 10 et par 3 annoncés par le préfet Leyrit, EDF, et la CGT ne peuvent pas être atteints.

Paramètres

Arrêté préfectoral  VAZZIO 1

Projet arrêté préfectoral LUCCIANA 2

Coefficient

de réduction

SOX  équivalent SO2

1500

850

1,7

NOX équivalent NO2

1900

600

3,2

Amoniac

30

30

0

CO

650

650

0

Poussières        (microparticules PM 10 et PM 2,5)

100

100

0

Métaux lourds

20

20

0

HAP       

(hydrocarbures aromatiques polycycliques)

0,1

0,1

0

COV     (à confirmer)

150

20

7,5


Les seules baisses effectives correspondent à une baisse de la teneur en soufre (SOX) et à l'utilisation de catalyseurs combinés avec une injection d'urée (NOX).

4) INERIS confirme l'intérêt du gaz naturel pour la production d'électricité :



Etude intégrale :

 http://www.google.fr/search?q=L%E2%80%99industrie+du+raffinage+et+le+devenir+des+fiouls+lourds&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a