Le dossier d'enquête publique déposé par EDF/PEI pour la centrale de Lucciana 2 comporte quelques pépites. 

Ainsi juste après, cette phrase de conclusion du chapitre 2.2 Annexe 2 Etude Faune Flore :

Il ne semble pas justifié de réaliser une étude d’incidence Natura 2000 à propos de ce projet.

on peut lire dans le document intitulé 3 DHC-ICPE - Partie III - Etude d'impact, dans le chapitre qui traite de la dispersion des polluants:

 A défaut de valeur pour les densités de ces deux espèces de particules (poussières et plomb), celles-ci sont fixées à 5000 kg/m 3 (recommandations de l’ASTEE sur les particules émises par les Unités d’Incinération des ordures Ménagères)

N'en déplaise au directeur régional d'EDF, même si nous ne sommes pas des "hommes de l'art", nous avions trouvé cette phrase triplement étonnante, au point d'en appeler au bon sens des commissaires enquêteurs.

A défaut de valeur : alors qu'ils réalisent une étude de dispersion, l'élément essentiel de cette étude, à savoir la densité des particules qui vont être émises par les cheminées semble leur faire défaut.

ces deux espèces de particules (poussières et plomb): Manifestement les hommes de l'art savent que ces deux produits de combustion présentent une différence.

celles-ci sont fixées à 5 000 kg/m 3 : Plus les particules émises par les cheminées seront légères, plus la distance qu'elles parcoureront sera grande. Inversement, plus ces particules seront lourdes, plus elles auront tendance à retomber dans le proche périmètre des cheminées. Donc directement dans les poumons de la population située dans le proche périmètre de la centrale.

La densité du plomb est de ...................   11 350 kg/m3.

La densité de la poussière est inférieure à 1 000 kg/m3.

Chacun, et donc les partisans de l'incinération, appréciera au passage la sérieuse référence et assimilation aux recommandations de l’ASTEE sur les particules émises par les Unités d’Incinération des ordures Ménagères  et la fiabilité qui semble se dégager des études mises en oeuvre pour ces autres ICPE.


 


Pour les besoins de l'enquête publique de Lucciana, les hommes de l'art ont donc réinventé les lois de la physique :

Masse des particules de plomb = Masse des particules de poussières


Voici  la réponse des hommes de l'art, à notre interrogation répercutée par les commissaires enquêteurs :

"Le plomb qui se trouve dans les poussières en sortie de cheminées se trouve en réalité « adsorbé » sur des poussières de diamètre < 2,5 µm, ce qui peut expliquer que l’ASTEE propose une densité identique pour le plomb et les PM 2,5. "




Après avoir consulté le dictionnaire, l'adsorption, à ne pas confondre avec l'absorption, désigne une liaison plus ou moins forte entre 2 éléments.

Les hommes de l'art ont du faire une moyenne d'arithmétique : (11 350 + 1 000) / 2 = 6 175 .... et un petit arrondi à 5 000.
                                                                                                                       
Le rapport de l'inspection des installations classées, établi après la navette entre les commissaires enquêteurs, et EDF/PEI, n'a pas commenté ce détail.  Mais que la population se rassure, selon les propos de Monsieur LEBEAU directeur de PEI, en présence du Préfet de Haute Corse le 29 juin 2010 à la préfecture :

"tout n’est pas vrai dans le rapport des commissaires enquêteurs"

300 000 morts par an