Dans l'antichambre du CODERST (le hall de la préfecture de la Haute Corse) ce vendredi 9 juillet 2010, un responsable du futur site Lucciana 2 attend la sortie du pipi-room du reste des troupes de PEI (5 dont certains sont venus spécialement de Paris) après leur audition par le comité départemental de l'environnement des risques sanitaires et technologiques.

J'engage la conversation: "Bonjour, Pourquoi n'avez-vous pas encore démarré les travaux alors que vous avez obtenu le permis de construire? Rien ne s'y oppose légalement ?"

Lui: "Ce n'est pas évident compte tenu des manifestations récentes d'opposition de la population"

Moi:  "Vous avez probablement connaissance des attentes formulées par la chargée de l'énergie, et de la proposition du député François ALFONSI.  Cela vous paraît envisageable de démarrer Lucciana 2 au fioul lourd avec des 51/60 le temps de boucler une enquête publique pour le stockage du fioul léger ?"


Lui  : "Heu non, on peut pas! Comme il y aurait une surconsommation de 5%, il y aurait de fait une pollution supplémentaire du même ordre. On serait encore accusés de sur-pollution"

Moi " Vous plaisantez?  Selon le projet d'arrêté préfectoral de Lucciana 2, vous avez des VLE limitées à 800 µgr/m3 alors qu'actuellement l'arrêté du Vazzio dépollué est à 1900 µgr/m3 pour les polluants règlementés."

Les autres sortent du pipi-room....... fin de la conversation!

Pas le temps de lui répondre que
5 % de consommation supplémentaires, ça ferait du 840 µgr/m3, tout de suite et qu'assorti de la garantie d'un passage au fioul léger à la fin de la procédure d'enquête publique pour Lucciana 2, c'est peut-être préférable à l'option envisagée par EDF de laisser encore tourner Lucciana 1 en prolongeant la dérogation, et donc en continuant à dépasser 1900 µgr/m3.

Et que ça mérite au moins réflexion. Sur Altafrequenza les explications du Député Européen.

http://www.alta-frequenza.com/index.php/fr/l_info/l_actu/centrale_au_fioul_lourd_de_lucciana_intervention_de_francois_alfonsi_42878

 




Selon un responsable syndical, le slogan " Pas de fioul lourd, pas d'emplois " inspirerait une véritable crainte aux agents des centrales. Ceci explique peut-être cela.