Le 16.6.2010 de 16 à 17h, Madame Marie GUIDICELLI, Conseillère Exécutive en charge de l’énergie, en la présence d’Alexis MILANO, Directeur Délégué à l’énergie, recevait, à leur demande, les Présidents d’A Sentinella et d’Aria Linda.

p

 Prenant acte de la déclaration publique de Jean Louis BORLOO indiquant que l’Assemblée de Corse avait la compétence énergétique, nous l’avons tout d’abord félicitée pour cette évolution institutionnelle majeure intervenue depuis sa prise de responsabilités dans le domaine de l’énergie.

Plus pragmatiquement, nous avons pris acte d'une avancée assez significative dans son annonce relative à la mise en place à Lucciana, dès le démarrage de la future centrale, de moteurs 51/60, puisque ces moteurs sont décrits par leur fabricant MAN comme pouvant fonctionner au gaz naturel et au fioul léger.

Nous avons ensuite abordé les points suivants :

p

 LUCCIANA.

p

Actuelle centrale de Lucciana :

p

 Ainsi que le précisent les PPI 2006 et 2009, au 31 décembre 2010,  l’actuelle centrale de Lucciana devra être équipée de catalyseurs pour la dénitrification ou définitivement arrêtée. Selon nos informations, à cette heure,  rien ne nous semble mis en œuvre pour respecter cette échéance, alors que la même opération avait duré plus de deux ans à la centrale du Vazzio.

p

Compte tenu de l’impossibilité, selon EDF, de priver le système électrique Corse de l’apport de la centrale de Lucciana, sans le mettre en péril, celle-ci devrait  être maintenue en activité avec l’équipement nécessaire, ou remplacée par des moyens extérieurs, comme en 2005.

p

Nous avons lui avons fait remarquer que la décision de ne pas équiper la centrale de Lucciana, ainsi que cela apparaît dans le reportage Lumière Noire, émanait du directeur de la DRIRE, selon ses propres dires.  Le temps nous a manqué pour évoquer les dépassements des VLE autorisés par la  DRIRE en août 2008 (pour éviter une réédition de la « crise énergétique  Corse de 2005)

p

La Conseillère Exécutive en charge de l’énergie nous a indiqué que le Préfet s’était engagé à obtenir une dérogation pour cette centrale, dérogation qui frapperait l’ensemble des centrales thermiques situées en ZNI. (Corse et DOM)

p

Future centrale de Lucciana: 

p

Fioul lourd ou fioul léger ?

p

Compte tenu de la motion votée par l’Assemblée de Corse le 13 novembre 2009, demandant au Ministre de l'Industrie l'abandon définitif de toute construction de centrale fonctionnant au fuel lourd (et que les choix d'implantation considèrent en priorité les aires de diffusion des pollutions) et de la récente annonce publique du dit Ministre nous suivrons les avis des autorités Corses, nous lui avons indiqué qu’une clarification dans la communication de l’Exécutif s’imposait quant à la qualité du fioul, et qu’il fallait préciser lourd ou léger compte tenu de leur impact sanitaire très différent. Il ne nous semble pas politiquement correct de laisser le Préfet de Haute-Corse assumer seul toute la décision au travers de l’arrêté qu’il s’apprête à présenter au CODERST.

p

La Conseillère Exécutive en charge de l’énergie nous a fait part de l’obligation de maintenir la part de production et du risque de glissement de calendrier lié à la modification du stockage prévu pour du fioul lourd en stockage pour du fioul léger.

p

Nous lui avons indiqué qu’il est tout à fait réalisable de lancer immédiatement le génie civil, de demander à MAN de préparer une livraison de moteurs contractuellement garantis pour fonctionner au gaz naturel et au fioul léger, et de lancer parallèlement une modification des stockages. L’économie d’un stockage de fioul lourd qui n’aurait qu’une courte période d’utilisation n’étant pas à négliger.

p

Quels moteurs ?

p

Autre clarification nécessaire, celle relative aux futurs moteurs. Si la précédente mandature avait voté pour des moteurs propres, le Président de l’Exécutif parle maintenant de moteurs bi et/ou de moteurs mixtes, ceci ajoutant à la confusion dans les esprits. Si l’appellation commerciale 51/60 n’est pas transcriptible au travers d’un arrêté préfectoral, celui devra clairement indiquer que les moteurs sont conçus pour fonctionner au gaz naturel et au fioul léger. Nous faisons remarquer que l’hypothèse d’un fonctionnement de ces mêmes moteurs au fioul lourd avec une supposée perte de rendement de 5% n’a fait l’objet d’aucune notification par le constructeur.

p

La Conseillère Exécutive en charge de l’énergie a indiqué la nécessité de la construction de la nouvelle centrale avant 2012, et son intention de réunir le Conseil Energétique avant la fin du mois de juillet.

 p

Projet de raccordement de la Corse au Projet de Gazoduc ALgérie-Sardaigne-Italie:

p

Après avoir fait un tour des dernières déclarations publiques concernant les deux projets, nous avons souhaité revenir sur une partie de l'annonce du Préfet de Région le 26 avril 2010 devant les élus, notamment sa petite phrase relative à la future centrale d'Ajaccio "ce sera du gaz ou rien" en attirant l'attention à notre interlocutrice sur la profondeur de ce rien. Il ne pourrait selon nous, en cas de non réalisation du projet GALSI, ou de la non-réalisation du projet de raccordement de la Corse à ce gazoduc que se traduire par la pérennisation du fioul comme combustible.

p

« Rien » ne peut  être laissé au hasard, d'autant que la Collectivité de Corse à connaissance d'une solution alternative micro-chaîne GNL, Gaz naturel Liquéfié, étudiée et comparée avec des conclusions favorables à la solution gazoduc par le bureau d'étude IED à la demande du CE d'EDF en 2006

p

Nous lui avons indiqué que selon nous, le site 6 ter est idéal pour implanter une centrale à fioul lourd, alors que le gaz naturel nous affranchit des contraignantes conditions d’acheminement du combustible fioul lourd, et que ce choix placerait  la future centrale d’Ajaccio dans une zone de mauvaise dispersion, en la soumettant de plus à une servitude aérienne de nature à réduire la hauteur des cheminées et donc à aggraver la mauvaise dispersion.

p

.La présence à cet entretien d'Alexis MILANO, chimiste dont j'ai pu apprécier la compétence au cours d'une période professionnelle commune dans l'industrie, ayant accédé au poste de délégué à l'énergie sous la précédente mandature, pourrait avoir un intérêt indéniable en matière de comparaison de la concentration en polluants émis par le gaz naturel, par le fioul léger et bien évidement par le fioul lourd lors de leurs combustions respectives, du fait de leurs compositions respectives.

 

Nous ayons manqué de temps pour en discuter alors que nous abordions les solutions alternatives (GNL, STEP, voitures électriques), aussi nous n'avons nous pas eu le temps de vérifier s'il a bien été rendu destinataire dossier de pré-étude GNL que le Préfet de Région a remis au Président de l'Exécutif  lors du dernier Conseil Energétique.

 

Nous avons également fait remarquer à la Conseillère Exécutive que les autres régions de l’hexagone ne participent pas financièrement à la réalisation des gazoducs qui alimentent leurs centrales thermiques. Que ces centrales thermiques ont des rendements énergétiques de 60%, alors que les moyens commandés à MAN n’atteindront jamais que 40% en fonctionnement idéal.

 

Pour finir, nous avons indiqué qu’une notification de la réservation des 5 % nécessaires à l’alimentation en gaz naturel des centrales de Corse serait un gage supplémentaire de la part de l’Etat.

Concernant les sources de pollution autres que celle des centrales thermiques, La Conseillère Exécutive en charge de l’énergie a évoqué celle des bateaux et son intention de s'intéresser globalement au problème.

Un entretien très ouvert.