Nul ne peut être juge et partie. 

La loi n’autorise pas un opérateur qui réalise le contrôle technique de votre véhicule a être également celui qui le répare et l’entretient.

p

Ce principe s’applique à tous, ou presque.

p

Pour produire de l’électricité, EDF émet une pollution liée à ses seuls choix de moyens de production. Et  cette pollution est mesurée par EDF en auto-surveillance!  Tout à fait légalement puisqu’un arrêté préfectoral le prévoit.

p

Un arrêté préfectoral qui indique que la pollution doit être mesurée en permanence et en continu.

p

Un arrêté préfectoral qui indique que les phases transitoires (démarrages et arrêts), les phases de rodage et les périodes durant lesquelles les moteurs ne sont pas à 70 % de la puissance nominale ne sont pas comptabilisées dans les Valeurs Limites d’Emission.

p

Depuis peu, EDF communique ses résultats d’auto surveillance à la Direction Régionale de L’Environnement de l’Aménagement et du Logement  sous une nouvelle présentation en indiquant, noir sur blanc, que les VLE mesurées durant ces fameuses phases transitoires ne sont pas reportées dans les tableaux. 

p

Pourtant, rien dans l'arrêté préfectoral d’exploitation de la centrale du Vazzio n'autorise pas EDF à occulter certaines  valeurs dans sa présentation à l’Unité Prévention des Risques de la DREAL. No comment.

p

Ceci faisant probablement suite à nos remarques à la DRIRE lors des réunions publiques de Bastelicaccia et de Sarrola Carcopino sur les heures de fonctionnement "oubliées" et sur les phases transitoires non comptabilisés.

p

Dans son courrier d'accompagnement du 27 mai 2010 à la DREAL, EDF affirme par exemple pour le groupe 3:

p

" Le 15, le moteur était en phase de rodage, ce qui correspond à une période d’opérations de réglage des équipements thermiques et non à une période de fonctionnement au sens de l'article 3.2.3.2.1.6.   Par conséquent les valeurs limites d'émission ne sont pas reportées dans le tableau pour cette période"

p

" Le 19, le moteur a démarré sans atteindre 70 % de sa puissance nominale, conformément à l'article 3.2.3.2.1.2 les valeurs limites d'émissions ne s'appliquent pas, et par conséquent les valeurs limites d'émission ne sont pas reportées dans le tableau pour cette période"

 

Autre point remarquable pour le mois d'avril 2010, en cumulant les heures de fonctionnement déclarées dans les relevés d'auto surveillance pour les 7 moteurs du Vazzio, on obtient 1328 h. Dans le même mois la TAC n’a pas du tout fonctionné.

 

Sans aller jusqu'à un illusoire taux d'utilisation de 100 %, donc 24/24h de fonctionnement pour les 7 moteurs, ce qui représenterait 5040 h, et en ne conservant comme réaliste qu'un taux d'utilisation de 75 %, donc environ 3800 h……. on atteint tout juste 35 % d'utilisation.

 

Autant dire que « nos » moyens thermiques ne sont pas sur-utilisés, qu'on n'y retrouve pas l'impact de la croissance de la consommation annoncée par EDF et que l'expression des besoins en nouveaux moyens de production thermiques par EDF reste énigmatique. D’autant que Lucciana n’est actuellement qu’à 50% de sa future capacité de production.

 

Cela confirme que l’interconnexion assure la base, et qu’on pourrait passer les prochaines années dans une relative sérénité.

 

Cela pose aussi quelques questions quant à la consommation annoncée de 300 millions de m3 de fioul lourd………….

 

Pour l’anecdote, chaque phase transitoire (1 démarrage + 1arrêt ) constitue un surcoût de production que la CRE rembourse 3000 €  à EDF. En 2008,  nous avions comptabilisé 1250 de ces phases, soient 2500 démarrages et arrêts. Ce chiffre de 2500 avait irrité le directeur d’EDF qui l’avait contesté…..sans pour autant étayer sa contestation.

 

Pour le seul mois d’avril 2010, avec des moteurs sollicités à seulement 35 %, on a quand même comptabilisé 78 phases transitoires !