La centrale de Lucciana



Le futur site, juste à côté de l'actuel, donc avec les mêmes problèmes de dispersion.



La conférence de presse, merci à tous ceux qui sont venus se joindre à nous, merci à la presse.



Le premier jeu des erreurs:

Par le mail ci-dessous, le chargé de communication de la Mairie de Lucciana nous confirme que le permis de construire a été accordé le 23.12.2009.





Pourtant la date sur le panneau affiché par EDF est différente: ce serait le 14.09.2009!




Visiblement, la Mairie de Lucciana et EDF ne sont en accord ni sur la date de délivrance du permis de construire de la centrale, ni sur la qualité du combustible qui doit être utilisé, ni sur les volumes de stockage.


Le texte de la conférence de presse :

Notre santé est menacée, après 40 ans de pollution au fioul lourd, EDF s’apprête à récidiver avec la bénédiction de l’Etat en condamnant la population de Corse à 30 années de pollution cancérigène supplémentaires. En effet, la décision de remplacer la centrale de LUCCIANA en doublant sa capacité de production est imminente et il est urgent de rassembler la population Corse contre l’imposition du fioul lourd par l’Etat et EDF.

 

 

Pour répondre à cette impérieuse nécessité, vendredi 14 mai 2010 à 15h00 à Corte, 22 représentants d’organisations ont répondu présents à la réunion de travail proposée par les responsables des Collectifs, des Associations, et par les responsables politiques qui ont contribué à initier le front du refus du fioul lourd.

 

Dans cet esprit, concernant un problème de société qui dépasse tous les clivages politiques, la présence de plusieurs élus et/ou représentants d’organisations politiques à cette réunion a été sollicitée par mail et/ou directement par téléphone, notamment trois membres du nouvel Exécutif.

 

La restitution des entretiens du 28 avril 2010 avec le Préfet de Région à Ajaccio, puis du 29 avril 2010 avec le Préfet de Haute Corse ont servi de préambule aux débats qui ont suivi.

 

La stratégie énergétique de l’Etat n’est ni garantie, ni crédible :

Une délégation a été reçue par le Préfet de Région le 28 mars 2010 à Ajaccio, lequel nous parlé en tant que Préfet de la Corse du Sud de la centrale Ajaccienne et s’est astreint à ne pas empiéter sur la compétence de son homologue de Bastia. 

Une délégation régionale formée de 12 représentants d’associations, de collectifs et de partis politiques a été reçue par le préfet de Haute Corse à Bastia le 29 avril 2010 pour évoquer les suites de l’enquête publique de la centrale de Lucciana et notamment la solution envisagée par le Préfet.

Il ressort de ces deux entretiens que tous les voyants sont au rouge, et que pour faire échec aux stratégies de division et de menaces mises en œuvre pour imposer le fioul lourd, nous devons élargir le cercle du refus et renforcer une cohésion souhaitée par la population et organiser une grande mobilisation.  A l’évidence, les déclarations du Préfet de Haute Corse le 6 mai 2010 dans la presse écrite le démontrent, tout en nous promettant de la concertation sur le dossier de Lucciana,  l’Etat se prépare à y imposer une solution qui figerait 7 des 7 moteurs prévus sur ce site dans une configuration fioul lourd, conformément à la commande d’EDF. 

Le Préfet nous annonce que 4 moteurs seulement tourneront au fioul lourd pour assurer le fonctionnement en base et que les 3 autres tourneraient au fioul léger pour écrêter les pointes.  Nous savons pourtant que la commande globale d’EDF concerne 54 moteurs qui sont uniquement garantis par contrat pour fonctionner en régime stabilisé au fioul lourd (moteurs modèle 48/60).. Le moment venu, EDF disposera donc d’un argument contractuel pour faire imposer le fonctionnement des 7 moteurs au fioul lourd.  On se moque donc de nous.

Par un premier arrêté d’autorisation d’exploitation d’une Installation Classée pour la Protection de l’Environnement, qu’il peut prendre entre le mois de juin et le mois de septembre, le Préfet

de Haute Corse permettrait  donc à EDF de réaliser plus de 57 % de ses objectifs initiaux au fioul lourd sans aucune concession. 

 

La deuxième partie de son annonce n’est assortie d’aucun engagement. Comment nous garantir que le Préfet qui sera en fonction en 2015 sera tenu par des engagements pris en 2010 et en mesure d’imposer à EDF un abandon définitif du fioul lourd sur le site de Lucciana un passage au gaz naturel, ou à défaut de GALSI, au fioul léger dès le début 2016 ? 

D'autant qu'il obligerait ainsi EDF à financer un investissement supplémentaire de 36 millions d’euros pour la conversion des moteurs, qui demandera 2 mois d'arrêt par moteur, auquel s'ajouterait le coût de la modification des infrastructures de stockage. Et de surcroit, prendre le risque, si le GALSI ne devait pas se réaliser, d’y ajouter le surcoût lié à la différence d’achat du fioul léger par rapport au fioul lourd, et ce sur une période de 30 ans.

Qui pourrait sérieusement y croire?

Dans le même temps, le Préfet de Corse du Sud, après avoir laissé toute compétence à son homologue de Haute Corse, annonce que la centrale de Corse du Sud sera « au gaz ou rien » (Faut-il traduire rien par fioul lourd puisque le Préfet a, contre toute logique, dénigré le GNL?), mais oriente son choix d’implantation vers un terrain dont les caractéristiques respectent  les critères imposés par EDF pour installer idéalement une centrale alimentée au fioul lourd, terrain qualifié de« meilleur compromis possible » par la préfecture. Le site composé d’une ZNIEFF et de terres agricoles, est de plus situé au cœur de la basse vallée de la Gravona notoirement connue pour des phénomènes climatiques qui favorisent la concentration des polluants.

Le constat est clair : EDF,en imposant son cheval de Troie à Lucciana réussirait ainsi à s’affranchir du Plan Energétique Corse de 2005, de la PPI 2006, de la PPI 2009, du vote de l’assemblée de Corse du 13 novembre 2009 et à dicter ses conditions aux Préfets, malgré les annonces du Président de la République le 2 février 2010 et à réduire considérablement l’intérêt économique du GALSI.

L’action de Michelle RIVASI auprès de la commission européenne de l’énergie pourrait certes avoir des conséquences sur l’avenir énergétique de la Corse. Mais le temps nous est compté, puisque le Préfet de Haute Corse s’apprête, au lendemain de la consultation du CODERST, à prendre un arrêté d’autorisation d’exploitation d’une ICPE pour la future centrale de Lucciana. Cet arrêté ne sera attaquable que durant les deux mois qui suivront sa publication. A cet effet, nous avons envisagé de faire appel aux services du cabinet spécialisé en droit de l’Environnement de Corinne LEPAGE. Il est donc souhaitable qu'une solidarité financière, puisse être mise en œuvre en sollicitant aussi bien les organisations que la population.

Selon nos informations de la mairie de Lucciana, le permis de construire aurait été accordé le 23 décembre 2009, et selon EDF le 14 septembre 2009. De toutes les façons les possibilités de recours contre le permis semblent déjà épuisées.

Le deuxième  jeu-photo :

Devinez où est le fioul léger et où est le fioul lourd!

Si vous avez trouvé, téléphonez vite au directeur régional d'EDF pour lui indiquer la différence: lui ne s'en est pas encore rendu compte!


La photo est de Fabienne!
Chez Aria Linda, on n'utilise pas les photos des autres en mettant notre nom
!