HARO à l’origine était un cri destiné à exciter une meute de chiens. Aujourd’hui, le mot sert à celui qui veut manifester publiquement son indignation ou sa réprobation envers quelqu'un ou quelque chose.

24 ore estime que la réaction la position de l’écologiste del Comitato sardo contro la costruzione del gasdotto Galsi « ne devrait pas laisser sans réaction ses homologues Corses fervents défenseurs du projet »

Comme ses statuts l’énoncent, ARIA LINDA  est un Collectif opposé, pour raisons sanitaires,  à la construction de centrales au fioul lourd qui regroupe des citoyens, des syndicalistes, des politiques, et des associations de défense de l’Environnement. Celles qui trop souvent pallient aux carences des pouvoirs publics en assurant au quotidien, et bénévolement, un travail de préservation de notre patrimoine collectif.  

Si 24 ore vient de découvrir l’existence del Comitato sardo contro la costruzione del gasdotto Galsi, nous en avions découvert l’existence bien auparavant. Au regard des réactions aux billets émis par le rédacteur, la fréquentation du site parait confidentielle au regard de celle que nous constatons. http://prosardegnanogasdotto.blogspot.com/

Too much ado about nothing !  En France continentale, des centaines de kilomètres de gazoducs enterrés, financés par les opérateurs, alimentent les 6 coins de l’hexagone. Et il y a, au prorata du linéaire gazier moins de fuites de gaz que les canalisations qui alimentent la centrale de Lucciana n’ont connu de fuites de fioul lourd.

Et ce ne sont pas des actes terroristes qui ont laissé 18 des tranches nucléaires françaises sur 58 à l’arrêt en plein hiver, mais bel et bien la gestion l’opérateur historique.

L’objectivité aurait nécessité qu’une argumentation du même type soit développée sur les dangers d’un fioul lourd qui porte atteinte à la santé de la population à Lucciana depuis 40 et au Vazzio depuis 30 ans.

Mais dans la même page le même journaliste nous montre qu’il sait monter une grosse mayonnaise avec un seul œuf et s’interroger sur un épiphénomène : un regrettable et seul décès suite à un apéro géant détourne notre attention des 8 % d’excès de mortalité et autres affections cardiovasculaires, respiratoires et incidences génétiques constatés par les médecins dans la vallée de la Gravona.

Tellement alarmiste que ça en devient caricatural, et erroné: le gazoduc aura une capacité de 8 milliards de m3 et non de 9 ! Cela apparaît même sur la photo de l’article qui ressemble d’ailleurs étrangement à celle de JCC !  

Le journal de JGP, visiblement toujours aussi anti-écolo de Corse, donne plus facilement la parole à ceux de Sardaigne.... pour la bonne cause.

Pas facile de gagner des parts de marché


Dernière minute du samedi 15 mai 2010

à 22h57

La copie du mail que le réalisateur de LUMIERE NOIRE,

Jean Charles Chatard vient d'adresser au "rédacteur" de l'article.

 

Jean-Charles Chatard           Lama, le samedi 15 mai 2010
Directeur de l’agence de presse CORSE TV
43 e Curtaline
20218 Lama



                                                                 à l’attention de Jean-Michel Verne
                                                         Directeur adjoint du journal 24 Ore


Objet : mise au point relative à l’édition du samedi 15 mai 2010.


                                                                 Cher confrère,

Nous avons croisé le fer la première fois au Mont des oiseaux, à Tour Tour puis à Bormes les Mimosas. A l’époque de « trottinette » et « encornet », très sincèrement, je vous estimais beaucoup car vous symbolisiez un « grand » courage journalistique. Dix huit années ont passé, je constate aujourd’hui que le temps a fait un sacré bout de chemin. Je vous retrouve à présent en Corse…. à la tête de la rédaction d’un quotidien insulaire, 24 Ore. Dont acte. Mais ce samedi 15 mai 2010 marque, pour ma modeste personne, une certaine dérive « éthique » de votre part…Comment est-il pensable que vous ayez publié, sans la moindre autorisation, d’abord en couverture puis en double page intérieure du quotidien 24 Ore, des photographies de l’Agence de presse CORSE TV ? Vous avez poussé le bouchon toujours un peu plus loin….en usurpant l’identité de l’auteur des clichés pris à Hassir’mel (Algérie) et au siège de GALSI à Milan, c'est-à-dire que vous n’avez pas hésité à signer les images « Pierre Murati ». Pire, vous avez détourné le sens initial réservé à ces illustrations…
Cher Jean-Michel, vous comprendrez que je souhaite ni en faire « un brocciu », ni une  procédure judiciaire, mais il y a quand même des petites règles à respecter entre confrère responsable. Dans le cas contraire, si tout est possible, vous ouvrez la porte à l’anarchie, et à travers elle, la perte de crédibilité de l’ensemble de notre profession.
Pour vous remettre dans la bonne direction, un petit rappel s’impose…A la veille du premier numéro de votre journal, souvenez-vous, je vous avais déposé (à la rédaction bastiaise) une copie DVD du documentaire « Lumière noire » et une série de photos du tournage afin que vous puissiez écrire et illustrer un papier sur ce film « d’intérêt collectif ». Cela était très clair dès le départ.... Vous n’avez jamais écrit le moindre article approfondi (même négatif) sur ce reportage d’investigation. En vain. Je ne me permets pas de juger et commenter ce choix éditorial, c’est le vôtre,  il vous appartient, je le respecte…Par contre, vous n’avez pas fait preuve de la même retenue quand il a été question d’utiliser, à mon insu, les images du tournage de « Lumière noire » pour sauver la « une » et les pages intérieures du journal paru le samedi 15 mai 2010.
Vous ne vous êtes pas posé la question comment votre photographe « maison » avait pu réaliser ces images en Algérie et en Italie ? Il se trouve que ce journaliste photographe est un ami de longue date, sachez que nous nous connaissons depuis 15 années. A CORSE TV, nous avons pris l’habitude de respecter le droit d’auteur des journalistes photographes. A titre d’exemple, nous avons fait appel en 2008 aux à talents de Pierrot, pour agrémenter un documentaire d’investigation (Mortel Amiante). Lors de la diffusion de cette œuvre de création, je n’ai pas hésité à payer ses photographies exceptionnelles et citer son nom à  l’antenne de l’émission ORIZONTI (France 3 Corse). Pierre Murati le mérite, je le considère aujourd’hui comme le meilleur reporter photographe actif dans notre île.
Par ailleurs, je passerai sur l’ensemble des nombreuses informations « exclusives » que j’ai donné à vos journalistes rédacteurs, depuis 2 mois, souvent par affection, pour illustrer certaines de leurs enquêtes…en les aidant de la sorte, je n’ai jamais imaginé la moindre contrepartie…alors, quand vous dépassez allègrement la ligne blanche en publiant des photographies détournées à la « une » de votre quotidien 24 Ore, cela me laisse très perplexe…

Très cordialement.

JEAN-CHARLES CHATARD, DIRECTEUR DE CORSE TV