Toute annonce officielle qui consisterait à nous amener à croire qu’EDF serait enfin prête à renoncer à ses objectifs de 100 % fioul lourd pour alimenter ses futures centrales thermiques de Corse serait naturellement de nature à chatouiller notre incrédulité.

Cette annonce, formulée au plus haut niveau, aurait pu d’ailleurs pu avoir l’effet d’un formidable levier électoral pour l’ex majorité, mais il faut observer qu’elle n’a pas été formulée en son temps.

Alors même que les ingrédients de cette bonne recette électorale auraient déjà été réunis, on peut se demander pourquoi Nicolas SARKOZY se serait privé d’en tirer « parti ».

Et si l’on nous annonçait demain, pour le remplacement des anciennes centrales, une perspective transitoire à 28,6 %  fioul lourd, puis 100 % fioul léger en attendant l’arrivée du  gaz naturel, pourrions nous raisonnablement y croire ?

Pourquoi cette perspective qui serait pressentie politiquement correcte, et acceptable par la population après l’élection, ne l’aurait pas été avant, moyennant des garanties?

Lire la suite