Après le désespoir (reproché) de Chantal Jouanno, c'est la Fondation Nicolas Hulot (FNH) qui suite à l'abandon de la taxe carbone, vient d'annoncer qu'elle suspendait sa participation aux groupes de travail mis en place dans le cadre du Grenelle de l'environnement.

« L'abandon pur et simple de la taxe carbone... est symptomatique du net recul de la classe politique qui, à droite comme à gauche, n'a pas pris la mesure des enjeux écologiques »

Le consensus autour du Grenelle de 2007 a du plomb dans l'aile. Jean-Louis Borloo, pompier de service de Nicolas Sarkozy recevra la FDH  : « Il faut rebâtir le consensus. J'espère que ça ne fragilisera pas le débat parlementaire qui s'ouvre le 6 mai. »

Serge Orru, Directeur Général du WWF France, fondateur de Festiventu, a réclamé, hier au Président de la République, une réunion « dans les plus brefs délais » avec tous les acteurs du Grenelle.

Mais où en est-on au plan local? La commission d'enquête publique sur la centrale thermique de Lucciana aurait-elle livré des conclusions qui ne seraient pas publiques?


Quelle place pour l'écologie dans la nouvelle Assemblée de Corse ?

N

 Alta Frequenza   : Agnès SIMONPIETRI au micro d'Alex BERTOCCHINI.


Quelle place pour l’écologie dans la nouvelle assemblée ? La question peut être posée, car même si toutes les listes en présence se sont fortement réclamées, pendant la campagne, de ce courant de pensée, il n’y a pas d’écologiste au sens strict du terme, parmi les 51 nouveaux conseillers. Nous ne pensons pas - bien entendu - à la sorte d’habit vert avec lequel aujourd’hui on prétend se parer, mais bien de l’écologie clairement identifiée comme telle : l’écologie politique.
p

I Verdi Corsi, on le sait, ont manqué le train du succès nationaliste, ou pour être plus précis, ils n’y ont pas été invités. Après avoir envoyé à deux reprises des autonomistes corses au parlement européen, les Verts seront donc absents à l’assemblée de Corse, ce qui, en matière de retour d’ascenseur, peut paraître plutôt surprenant. Agnès Simompietri, l’une des figures de proue du collectif anti-incinération, élue sur la liste de Femu a Corsica, aura sur les épaules, la lourde charge de porter le message écologiste, une charge qu’elle compte bien assumer.


Quelle place pour le Développement Durable en Corse?

La Semaine du développement durable du 1er au 7 avril organisée par le Ministère du Développement Durable qui invite les entreprises, les associations, les services publics, les collectivités et les établissements scolaires à promouvoir,  les principes du développement durable. Si GDF Suez figure parmi les partenaires, la SA EDF ne semble pas en être.

En Corse 9 animations sont pour l'instant annoncées dont 6 organisés par les CPIE, centres permanents d'initiatives pour l'environnement.


Cette année le thème est :

"Changeons nos comportements"


Au plan national EDF et l'Union nationale des CPIE ont signé une convention de partenariat pour le développement de projets locaux. Mais visiblement le message est difficile à faire passer auprès d'EDF/SEI, qui continue à vouloir nous imposer du fioul lourd en Corse.

http://www.cpie.fr/


________

 

Démantèlement contrarié à Brennilis

 

Un article OUEST FRANCE de Ludovic LE SIGNOR

lundi 29 mars 2010

p

La commission d'enquête publique est défavorable au démantèlement du réacteur de la centrale nucléaire finistérienne.

« En l'absence de solution de stockage des déchets, du risque de leur entreposage dans le sous-sol du réacteur, du fait qu'EDF ne démontre pas l'urgence et l'intérêt du démantèlement immédiat, la commission ne peut qu'émettre, à l'unanimité, un avis défavorable. »

p

Telle est la conclusion, rendue samedi, par la commission d'enquête publique sur le démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis (Finistère). L'avis n'est que consultatif. C'est aux ministres de l'Économie et de l'Écologie qu'il reviendra de signer, ou non, le décret autorisant la reprise du démantèlement.Chantier interrompu depuis 2007


« La procédure continue et EDF se tient à la disposition des pouvoirs publics, répond Charles Plourdeau, responsable de la communication d'EDF Bretagne. Notre objectif étant de démanteler dans les meilleures conditions. »

p

Guy Gaillon, premier adjoint de la commune de Loqueffret, sur laquelle se trouve une partie du site, n'est pas surpris des conclusions de la commission. « L'entreposage des déchets pose un réel problème. » Olivier Jégo, de « Sortir du nucléaire », rappelle, lui, la position de la Commissariat à l'énergie atomique (CEA) « préconisant un démantèlement dans 50 ans, en raison du taux de radiation encore trop important au coeur du réacteur ».

p

Achevée en novembre 2009, l'enquête publique avait débuté un mois plus tôt. En 2007, faute d'étude d'impact, le Conseil d'État avait annulé le premier décret permettant le démantèlement de la centrale. Le chantier engagé en 1996, repris en 2006 a été interrompu en 2007. La centrale est arrêtée depuis 1985.

 

.

 

 

 

.