La qualité de l’air dans la vallée de la Gravona n’est pas aussi bonne qu’on voudrait nous le faire croire. D’ailleurs elle n’est pas du tout exprimée par l’IQA donnée par Qualitair.

Effectivement, lors de sa réunion publique à Ajaccio, Qualitair Corse nous confirmait que les concentrations de polluants relevées dans la vallée n’étaient pas intégrées au calcul de la moyenne  de l’IQA, l’indication qualité de l’air relative à la seule ville d’Ajaccio.  Et précisait que les valeurs relevées dans la vallée affecteraient la moyenne urbaine.

Cette particularité de l’IQA s’applique également  à  la seule ville de Bastia, et n’est donc nullement représentative de la qualité de l’air que respire la population autour de Lucciana.

Nous avions fait remarquer, à plusieurs occasions et à M. le Préfet de Région, que le PADDUC mettait en évidence cette différence de niveau de surveillance puisqu’il exprime de façon très explicite « que la qualité de l’air est  bonne à Ajaccio et à Bastia ».

D’où, probablement, la proposition de Qualitair Corse de créer un indice industriel spécifique, adoptée par le dernier CA du 18/12/2009 à Corte.

Une occasion de faire remarquer au Président de l’Exécutif que les demandes des ayatollahs verts n’étaient pas aussi infondées qu’il voulait le faire croire à l’opinion publique. Un peu négligé l'électorat que les présidents savent pourtant solliciter, notamment du côté de Lucciana et de Borgo!

D’autres élus aussi sont parfois amnésiques, comme le conseiller territorial Michel STEFANI qui s’exprime dans TERRE CORSE n°118 de décembre 2009, en fustigeant l’Assemblée de Corse pour son vote du 13 novembre 2009 (lui, absent n’a pas voté) qui dit non au fioul lourd. Il oublie un peu vite ses propos consignés dans le PV de la session de l’Assemblée de Corse du 7 février 2008 :

« Nous avons auditionné la direction d’EDF et les syndicats, Il n’a jamais été question de fioul lourd »

Les associations ont donc de réelles et légitimes raisons de pallier aux défaillances de certains de nos élus en prenant en charge la qualité de l’air dans notre région.

A cet effet, nous avons déposé nos remarques dans l’enquête publique relative à la future station d’épuration de Campo Del’Oro.  Si on laisse le champ libre à ces apprentis sorciers, ils nous voudront nous imposer une usine d’incinération des déchets, après avoir tenté de nous imposer une centrale au fioul lourd. Même problématique probablement bientôt entre Bastia et Lucciana.

Ils sont très silencieux les candidats aux perchoirs territoriaux sur les problèmes environnementaux !

Ceux qui n’ont pas assisté aux réunions avec le Préfet sur les centrales doivent continuer de penser que cela n’intéresse pas la population du rural, et qu’on peut bien continuer fourguer à ces naïfs toutes les installations dont les 2 capitales sont les plus grandes utilisatrices.

Un coup d'oeil sur le dernier magazine L’ISULA édité par la Collectivité Territoriale de Corse, pour constater qu'il ne contient aucun article sur la qualité de l’air.

Le Pace è Salute de la dernière page doit bien s’adresser aux populations du rural ? 

SALUTE

Lire la suite