Association Aria linda

mercredi 30 décembre 2009

Taxe carbone: le principe pollueur-payeur va-t-il être enfin appliqué?

Le Conseil constitutionnel a annulé la taxe carbone qui devait entrer en vigueur au 1er janvier, estimant que la loi créait  trop d'exemptions, et allait à l’encontre de « l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique ».

p

 Les juges constitutionnels, saisis le 22 décembre par les parlementaires socialistes sur le projet de budget pour 2010 qui prévoyait d’instituer cette nouvelle taxe (dite verte!) ont considéré que "l'importance des exemptions totales de contribution carbone étaient contraires à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique et créaient une rupture d'égalité devant les charges publiques".

p

 Du fait de ces multiples exemptions : "Moins de la moitié des émissions de gaz à effet de serre aurait été soumise à la contribution carbone"

p

 Certaines professions, grosses consommatrices de carburant et disposant d’un fort pouvoir de lobbying, avaient obtenu un régime de faveur :

p

  "Etaient totalement exonérées de contribution carbone les émissions des centrales thermiques produisant de l'électricité, les émissions des 1.018 sites industriels les plus polluants" (raffineries, cimenteries, cokeries...), "les émissions du transport aérien et celles du transport public routier de voyageurs".

p

 D’après le communiqué du Conseil constitutionnel : « Ces exemptions auraient conduit à ce que 93 % des émissions d'origine industrielle, hors carburant, soient exonérées de contribution carbone »

p

Mais le gouvernement n’entend pas renoncer à la taxe et selon Matignon, François Fillon devra donc présenter le 20 janvier en conseil des ministres un nouveau dispositif de taxe carbone qui tiendra  « pleinement compte des observations du Conseil constitutionnel »

p

Le ministre de l'Environnement, Jean-Louis Borloo, n’a pour l’instant fait aucun commentaire. Il s'y livrera peut-être dans le prochain Vivement Dimanche!

 p

Jocelyne RUIZ nous a transmis le livre gris de l'énergie réalisé en 2007 par une Association du continent.........mêmes maux, même manque de remèdes!

mardi 29 décembre 2009

La prime à la vache?

Multiplier le nombre de démarrages des centrales thermiques ça rapporte gros.

Comment y arriver ?

Il suffit de s’affranchir du plan énergétique Corse qui a prévu que les centrales thermiques fonctionnent en base, et de les faire travailler en semi-base.

Cela implique aussi de s’affranchir du plan énergétique Corse qui a prévu que les deux câbles de l’interconnexion soient en semi-base et de les faire travailler en base.

Bref, il suffit de ne pas respecter la commande publique.

Cela comporte-t-il un risque de sanction pour l'opérateur historique?

Aucun!

Visiblement les élus qui ont voté le plan énergétique Corse ne s'offusquent pas de cette transgression, d'autre part, il n'y a aucun moyen de mesure de la qualité de l'air sous le panache des centrales.

Cerise sur le gâteau, l'Etat autorise EDF/PEI à ne pas comptabiliser ces phases dites transitoires dans le cumul des émissions polluantes.

Petit exemple illustré sur 10 jours.

En 2008, nous avons comptabilisé 2500 démarrages et arrêts, soient 1250 ensembles. Même tendance pour 2009,à confirmer. 

Chaque ensemble étant considéré par la CRE comme un surcoût de production, celle-ci rembourse à EDF/PEI, à la fin de chaque année chaque démarrage+arrêt à hauteur de 3000 €.

Sur 10 jours, avec 35 (démarrage+arrêt)s  pour une seule centrale, le jack-pot atteint 105000 €.

Sur un an, il atteint 3.750.000 € par centrale. Donc sur 2......

 

Mais il y a des effets pervers!

Cela accélère le vieillissement prématuré des moteurs qui ne sont pas conçus pour ces sollicitations répétées, et en s'ajoutant aux autres sources de pollution non comptabilisées, cela affecte aussi notre excès de mortalité aggravée, nos maladies cardiovasculaires, notre génétique.

Si l'électricité produite en Corse coute plus cher que sur le continent…… le coût sanitaire, que le système de santé prend de moins en moins en charge, est de loin le plus lourd. L'impact est à venir.

Et EDF, dont l'Etat est le principal actionnaire, voudrait nous condamner encore à 30 ans de fioul lourd, bien que cela ne respecte pas la commande publique.

"Il n'a jamais été question de fioul lourd" rappelait le conseiller territorial communiste Michel STEFANI lors de la session de l'Assemblée de Corse du 7 février 2008.

 

samedi 26 décembre 2009

L?arroseur arrosé !

La France va-t-elle rouvrir des mines de charbon ?

Dans la Nièvre, entre intérêts économiques et impératifs écologiques, le gouvernement hésite… En juillet 2006, une société d’exploitation minière a déposé une demande d’exploitation pour un gisement évalué à 300 millions de tonnes au sud-est de Nevers. La réponse de Jean Louis Borloo aurait dû être donnée au plus tard en août 2009.

Grand dilemme pour le ministère de l’Ecologie et de l’Energie: devrait-il autoriser de nouveau l’exploitation charbonnière en France ?

Le monde n’a pas donné de réponse lors de la morne Conférence de Copenhague. Difficile alors de résister à l’exemple venu d’Outre atlantique où l’exploitation du charbon dévaste des territoires à l’échelle de nos départements et empoisonne les cours d’eau.

D’ailleurs, il faut bien remarquer que la place que la France a donné au charbon dans la PPI 2009, aux côtés du nucléaire. La Programmation Pluriannuelle des Investissements, dont la publication au JO ne saurait tarder, prône en effet l’utilisation du charbon, source énergétique bien moins chère que le pétrole ou le gaz.

Autre dilemme en Corse, d’où il est originaire, pour Jean Louis Borloo, malgré ses déclarations publiques :

La France, principal actionnaire d’EDF, va-t-elle autoriser EDF/SEI à y implanter de nouvelles centrales au fioul lourd ?

En 2008, Jean Louis Borloo avait obtenu  le prix Press club humour et politique 2008 pour sa phrase :

«Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par l'Elysée pour devenir Premier ministre.»

La délégation que le Président de l’Exécutif Corse aurait du former pour aller rencontrer Jean Louis BORLOO à Paris sous l’arche ne verra jamais la capitale. Et après avoir endossé l’habit de premier ministre, le Président de la République endossera celui de ministre de l’industrie qui rencontrera la délégation jamais formée.  

Désormais, victime d’une décision du Président de l’Exécutif Corse irrespectueuse du vote de l'Assemblée de Corse, Jean Louis Borloo devrait pouvoir ajouter :

«Sarkozy, c'est le seul qui a été obligé de passer par la Corse pour devenir ministre de l’écologie.»

 

Info:

Afin d'améliorer les conditions d'accueil,

LE MUSEE FESCH EST FERME AU PUBLIC.


jeudi 24 décembre 2009

Le père Noël est passé. La PPI 2009-2020 vient de sortir: toute en subtilités!

C’est sur le site du Ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer :

Jean-Louis BORLOO a adopté la nouvelle feuille de route de la France en matière de production d’énergie, issue du Grenelle Environnement

http://www.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=6535

Notre petit résumé, surement très peu objectif pour nos détracteurs!

Lire la suite

lundi 21 décembre 2009

Il n'a jamais été question de fioul lourd à l'Assemblée de Corse : Pace è .....................SALUTE!

La qualité de l’air dans la vallée de la Gravona n’est pas aussi bonne qu’on voudrait nous le faire croire. D’ailleurs elle n’est pas du tout exprimée par l’IQA donnée par Qualitair.

Effectivement, lors de sa réunion publique à Ajaccio, Qualitair Corse nous confirmait que les concentrations de polluants relevées dans la vallée n’étaient pas intégrées au calcul de la moyenne  de l’IQA, l’indication qualité de l’air relative à la seule ville d’Ajaccio.  Et précisait que les valeurs relevées dans la vallée affecteraient la moyenne urbaine.

Cette particularité de l’IQA s’applique également  à  la seule ville de Bastia, et n’est donc nullement représentative de la qualité de l’air que respire la population autour de Lucciana.

Nous avions fait remarquer, à plusieurs occasions et à M. le Préfet de Région, que le PADDUC mettait en évidence cette différence de niveau de surveillance puisqu’il exprime de façon très explicite « que la qualité de l’air est  bonne à Ajaccio et à Bastia ».

D’où, probablement, la proposition de Qualitair Corse de créer un indice industriel spécifique, adoptée par le dernier CA du 18/12/2009 à Corte.

Une occasion de faire remarquer au Président de l’Exécutif que les demandes des ayatollahs verts n’étaient pas aussi infondées qu’il voulait le faire croire à l’opinion publique. Un peu négligé l'électorat que les présidents savent pourtant solliciter, notamment du côté de Lucciana et de Borgo!

D’autres élus aussi sont parfois amnésiques, comme le conseiller territorial Michel STEFANI qui s’exprime dans TERRE CORSE n°118 de décembre 2009, en fustigeant l’Assemblée de Corse pour son vote du 13 novembre 2009 (lui, absent n’a pas voté) qui dit non au fioul lourd. Il oublie un peu vite ses propos consignés dans le PV de la session de l’Assemblée de Corse du 7 février 2008 :

« Nous avons auditionné la direction d’EDF et les syndicats, Il n’a jamais été question de fioul lourd »

Les associations ont donc de réelles et légitimes raisons de pallier aux défaillances de certains de nos élus en prenant en charge la qualité de l’air dans notre région.

A cet effet, nous avons déposé nos remarques dans l’enquête publique relative à la future station d’épuration de Campo Del’Oro.  Si on laisse le champ libre à ces apprentis sorciers, ils nous voudront nous imposer une usine d’incinération des déchets, après avoir tenté de nous imposer une centrale au fioul lourd. Même problématique probablement bientôt entre Bastia et Lucciana.

Ils sont très silencieux les candidats aux perchoirs territoriaux sur les problèmes environnementaux !

Ceux qui n’ont pas assisté aux réunions avec le Préfet sur les centrales doivent continuer de penser que cela n’intéresse pas la population du rural, et qu’on peut bien continuer fourguer à ces naïfs toutes les installations dont les 2 capitales sont les plus grandes utilisatrices.

Un coup d'oeil sur le dernier magazine L’ISULA édité par la Collectivité Territoriale de Corse, pour constater qu'il ne contient aucun article sur la qualité de l’air.

Le Pace è Salute de la dernière page doit bien s’adresser aux populations du rural ? 

SALUTE

Lire la suite

jeudi 17 décembre 2009

La volonté d'EDF et .....la commande publique.

On a encore eu l’occasion d’entendre le directeur regional d’EDF sur France 3 Corse hier soir.

 

Alors que les barrages qui assurent, selon le commentaire, 20 % de la production sont pratiquement pleins, le directeur nous indique “qu’on est en situation de vigileance”.

 

Puis:

 

“EDF a mobilisé des moyens humains et financiers pour respecter la commande publique, et si les projets prennent du retard c’est pour des raisons qui échappent à la volonté d’EDF.”

 

Dans une seule phrase le directeur d’EDF a réussi à synthétiser toute la problématique de l’énergie en Corse. 

 

Peut-on accepter de lui laisser dire que si les projets prennent du retard c’est pour des raisons qui échappent à la volonté d’EDF?

 

Rien, dans l’action citoyenne des associations, ne s’oppose physiquement à la volonté d’EDF. Nous trouvons malheureusement trop d’arguments à charge dans sa manière d’exécuter la commande publique pour avoir besoin de recourrir à d’autres moyens d’action.

 

Le projet de Lucciana, au stade de l’enquête publique, suit son cours normal sans être affecté par un retard qu’EDF voudrait bien imputer aux associations. Cette enquête rendra des conclusions que le Préfet sera libre de suivre pour autoriser ou ne pas autoriser l’exploitation de la future central.

 

Nous serons tout aussi libres d’attaquer sa décision, dans le cadre normal de la procédure, toujours de façon citoyenne.

 

Et si à Lucciana EDF est en retard, c’est aussi pour n’avoir pas encore dénoxé l’actuelle centrale, et donc pas respecté la commande publique qui lui en fait obligation avant le 31.12.2010.

 

EDF est-elle mise en retard pour la réalisation de la future central d’Ajaccio?

 

Non a répondu le Préfet de Région accusé de perdre du temps par la CGT et les communistes lors du dernier conseil énergétique, la procédure de consultation de la population est un passage obligé qui lui permettra de gagner du temps en aval sur la procédure.

 

Alors effectivement, le directeur d’EDF a superbement résumé en une seule phrase toute la problématique de l’énergie en Corse, en opposant la commande publique, expression de la volonté démocratique, à la seule volonté d’EDF.

 

 

mardi 15 décembre 2009

La CGT veut 75 emplois à Lucciana et 75 à Ajaccio......... Oui, mais la population ne veut pas de fioul lourd!

Le galsi, les centrales au fuel lourd ou léger ont été au centre du magazine de RCFM aujourd'hui.

Quel avenir énergétique pour la Corse?

C'est à cette question qu'ont répondu les invités de Thomas BRUNELLI, Antoine MANDRICHI pour la CGT d'EDF, Dominique LANFRANCHI pour A SENTINELLA et Jean Nicolas ANTONIOTTI pour ARIA LINDA dans le magazine de la rédaction de 12h10 à 12h30.

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-bleu/global_ramgen.php?tag=Corse&sound=info/mag151209.rm

 



Antoine MANDRICHI    1’55 ‘’

Rendons à César, la CGT est la seule OS avec le PC à porter le projet galsi depuis 20 ans

 

Dominique LANFRANCHI  1’24’’

Nous attendons de l’Etat un engagement  et un calendrier

 

Jean Nicolas ANTONIOTTI    0’40’’

Jean Louis Borloo a annoncé que le gouvernement  réaliserait les infrastructures

Une délégation devait aller le rencontrer pour obtenir des précisions

 

Intervention Préfet

 

Dominique LANFRANCHI    1’34’’

EDF essaye de passer en force en imposant le fioul lourd

 

Antoine MANDRICHI      3’38’’

Les études pour le stockage du fioul léger vont nous retarder et risquent de nous valoir des coupures en 2011-2012

On risque de donner raison à ceux qui veulent mettre un câble

 

Intervention Directeur EDF

 

Jean Nicolas ANTONIOTTI    0’35’’

Il faut dissocier le site de production du site de stockage et mener les 2 opérations en parralèle

 

Intervention Jean BIANCUCCI – Ange SANTINI

 

Antoine MANDRICHI      3’13’’

La CGT n’est pas le bras séculier de la direction

Les études pour le stockage du fioul léger vont nous retarder

 

Dominique LANFRANCHI    1’23’’

Il n’y a pas de temps perdu, le stockage du fioul léger sera nécessaire

L’argument économique ne tient pas

 

Jean Nicolas ANTONIOTTI    0’56’’

EDF a monté son dossier de Lucciana pour installer le fioul lourd durablement, sans prévoir le gaz.

 

Antoine MANDRICHI      1’02’’

Lourd ou léger ce qui sortira des cheminées sera la même chose

Donner un coup de chapeau aux agents

 

 

Total temps de parole

 

Antoine MANDRICHI  ………………………………      9’48’’

 

Dominique LANFRANCHI           4’21’’

& Jean Nicolas ANTONIOTTI      2’11’’  ……..     6’32’’

Stérile Pulitichella à l'Assemblée de Corse - La qualité de l'air asphyxiée?

Scandaleux: Le Président de l'Exécutif prend des libertés avec les décisions solennelles votées par l'Assemblée de Corse.


Qualité de l'Air: ARIA LINDA envisageait depuis plusieurs mois de s'équiper d'appareils de mesure pour que la Corse dispose d'une mesure indépendante. Les nouvelles orientations du gouvernement risquent de nous inciter à investir rapidement ......

Lire la suite

dimanche 13 décembre 2009

Il n'a jamais été question de fioul lourd à l'Assemblée de Corse : Session des 14 et 15 décembre 2009.

Le Conseiller Territorial Jean BIANCUCCI a déposé une question orale pour la session des 14 et 15 décembre 2009.

samedi 12 décembre 2009

Sans même aborder la question sanitaire, quelle est la différence entre le fioul lourd et le fioul léger?

C'est TOTAL qui nous le dit:

"
Des raffineries composées uniquement d’une tour de distillation, comme autrefois, ne suffisent donc plus. Il faut d’autres unités de production dont le but est de transformer (on dit aussi convertir) les produits lourds en produits légers. Pour cela, il existe plusieurs techniques de raffinage."

"C’est pour ces raisons de coûts de transformation que les bruts plus lourds coûtent moins cher que les légers."

http://www.planete-energies.com/contenu/petrole-gaz/raffinage.html#

 D'autres explications...... encore moins philanthropiques.....

Lire la suite

vendredi 11 décembre 2009

En 2005, Il n'a jamais été question de fioul lourd...... C'est dans les PV d'audition de la direction d'EDF et des syndicalistes.....

En 2005, lors du vote du Plan Energétique Corse, et c'est le Conseiller Territorial Communiste Michel STEFANI qui l'affirme lors de la session l'Assemblée de Corse du 7 février 2008:


Il n'a jamais été question de fioul lourd

Comme cela est noté dans le PV des débats ci dessous, à trois reprises Michel STEFANI le rappelle à ses collègues, et personne ne contredit ses propos quand il affirme que la direction d'EDF et les syndicalistes ont été auditionnés sur ce point :

Et Michel STEFANI, insiste et suggère de ressortir les PV des dites auditions par la commission en 2005.

Alors, on les ressort ces PV qui auraient permis à une majorité de Conseillers territoriaux, en leur âme et conscience, de voter avec les solides garanties apportées par le direction d'EDF et les syndicalistes?

dimanche 6 décembre 2009

Réunion publique sur la qualité de l'air du 5 décembre 2009: On l'a appréciée.

Une réunion publique organisée par Qualitair Corse s’est tenue le 5.12.2009 au palais des congrès d’Ajaccio.

 

Le directeur a fait une présentation de l’association en retraçant son évolution depuis sa création en 2006. Avec le président de l’association, ils ont répondu aux questions du public.

 

Public, peu nombreux malgré l’intérêt du sujet, qui était essentiellement constitué des membres des associations U LEVANTE, ARIA LINDA et A SENTINELLA, du directeur régional d’EDF venu en tant que simple citoyen, et de son directeur adjoint. Côté médias, France 3 et RCFM étaient présents.

notre compte rendu ..........

Lire la suite

samedi 5 décembre 2009

Conférence de presse régionale du 5 décembre 2009.

Assistaient et participaient à la conférence de presse :

 

Le Collectif « LUCCIANA Centrale au Gaz » : le Dr Edmond SIMEONI,

 

L’Association TAVERA Environnement : Jacques LAURENT,

 

Le Collectif des résidents de LUCCIANA : Michel ANGELI et Fabienne GIOVANNINI,

Le Dr Pierre LIEUTAUD,

 

A SENTINELLA : Le bureau, des Adhérents, le Dr Sauveur MERLENGHI,

 

Le PNC:  la Conseillère Territoriale Nadine NIVAGGIONI,

 

U LEVANTE : le Dr Geneviève SOBREPERE, Sophie MONDOLONI, Jean Pierre DUCOUSSO,

 

SALVEMU U RIZZANESE, Marysa SUSINI,

 

Le Député Européen François ALFONSI,


INSEME PER A CORSICA, INSEME PA' AIACCIU: Thierry CASANOVA.

 

I VERDI CORSI: Norbert LAREDO.

 

ARIA LINDA : Le bureau, des Adhérents,

 

Un petit public qui s’est spontanément associé à la conférence de presse,

 

Et bien sur les journalistes que nous remercions d’avoir répondu à notre invitation.

 

 

Les Conseillers Territoriaux Jean BIANCUCCI et Etienne FERRANDI,  retenus par le tragique accident dont été victimes trois agents de la CAPA ce jour, s’étaient excusés.

Lire la suite

mercredi 2 décembre 2009

Conférence de presse régionale le 5 décembre 2009: il n?a jamais été question de fioul lourd!

Conférence de presse régionale le

5 décembre 2009 à 9h00

devant la préfecture de région à Ajaccio


Malgré les assurances données par le Ministre Jean Louis BORLOO dans l’émission Vivement dimanche, aucun représentant français n’assistait au colloque GALSI qui s’est tenu en Sardaigne le 23 novembre 2009. Les propos des officiels Algériens et Italiens à l’issue de ce colloque sont clairs : la France n’a toujours pas formalisé son intention de raccorder la Corse au gazoduc GALSI.

Missionné depuis 19 mois par le gouvernement pour faire avancer le projet, Monsieur GALSI n’a pas encore rendu un seul document écrit. Le temps perdu renforce EDF dans sa détermination à imposer le fioul lourd contre le refus de la population. Dernièrement le Préfet de Région a même remis en cause le vote de l’Assemblée de Corse contre le fioul lourd.

Le dossier d’enquête publique de LUCCIANA nous a d’ailleurs confirmé que rien dans la stratégie d’EDF et de son principal actionnaire l’Etat n’indique la moindre intention de raccorder la Corse au gazoduc GALSI, tandis qu’un renforcement durable des installations de dépotage et de stockage du fioul lourd est programmé. 

C’est dans ce contexte, et alors qu’il vient de lancer la campagne de sa formation politique pour les prochaines élections régionales, que la venue du Président SARKOZY nous est annoncée.


Conférence de presse régionale le

5 décembre 2009 à 9h00

devant la Préfecture de Région à Ajaccio

Co-organisée par L’Association A SENTINELLA, et le Collectif ARIA LINDA avec les participations :

du Député Européen François ALFONSI, des Conseillers Territoriaux Jean Louis LUCCIANI, Jean BIANCUCCI,  Dr Edmond SIMEONI,  le Dr Sauveur MERLENGHI,  du Conseiller Général Alexandre SARROLA, Norbert LAREDO, Noël PINZUTTI…..

Le Collectif des résidents de la Marana contre la centrale au fioul et pour le raccordement au Galsi : Michel ANGELI et Fabiana GIOVANNINI participeront à la Conférence de presse, l’association U LEVANTE, I VERDI CORSI, Le Collectif Centrale à u Gaz naturale,  

L’Association SALVEMU U RIZZANESE, INSEMI PER A CORSICA, INSEMI PA’ AIACCIU, représentés par Thierry CASANOVA,  L’Association le GARDE,  le Collectif Corse contre l’Incinération des Déchets, l’Association TAVERA Environnement.

Fanfan DOMINICCI, qui ne pourra être présent, apporte son soutien à cette action. La présence de tous est nécessaire et indispensable.

 

Lire la suite

A la CTC, il n'a jamais été question de fioul lourd..... et dans le dossier EDF?

Michel STEFANI, le 7 février 2008 à l'Assemblée de Corse, rappelle à ses collègues conseillers territoriaux qu'il n'a jamais été question de fioul lourd.

Pourtant dans le dossier déposé par EDF pour obtenir l'autorisation préfectorale d'exploiter la future centrale de Lucciana, c'est tout le contraire: il n'est question que de fioul lourd!

Cela figure, entre autre, dans les remarques que nous avons pu formuler au titre de l'enquête publique de la centrale de Lucciana, qui a été clôturée le 20 novembre 2009. Remarques qui devraient sous un mois, faire l'objet de réponses de la part de la commission d'enquête présidée par M. Yves POGGI.

Ensuite, le reste de la procédure consistera a attaquer l'arrêté préfectoral au tribunal administratif.

Mais le statut de la Corse, qui dispose des 2 connexions SARCO et SACCOI,  est-il vraiment celui d'une Zone Non interconnectée? 

C'est encore un point que remet en cause le conseiller communiste sur le blog du PC!

On aimerait bien vérifier ça avec le président du groupe UMP à l'Assemblée de Corse............s'il accepte de répondre à notre mail.

A en croire notre amie, la Corneille de TOLLA qui a encore fourré son bec dans les très instructifs écrits de la CRE, le statut de la Corse serait assez ambigu.................

Lire la suite