Association Aria linda

lundi 30 novembre 2009

Mesure des microparticules PM 10. Il n'a jamais été question de fioul lourd

La mesure des microparticules PM 10 (la combustion du fioul lourd en émet énormément, contrairement au gaz naturel) semble toujours poser quelques problèmes.

Notamment sur la station de mesure de
Sposata, péri-urbaine d'Ajaccio, qui est la station de référence pour les 4 station de mesure de PM 10 en Corse, et qui devrait donc permettre de corriger les dérives de mesure pour l'ensemble de la Corse.

Mais si la station de référence est elle même sujette à dérive, et ce malgré son double système de mesure,  où est la vérité?

La vérité? C'est qu'il n'a jamais été question de fioul lourd.


PJ : Extrait du PV des débats du 7 février 2008 à l'Assemblée de Corse. C'est Michel STEFANI qui s'exprime :

 « La réalité c’est que lorsqu’il a été question de moteurs de nouvelle génération, il n’a jamais été question de fioul lourd et ça c’est la discussion que nous avons eu, y compris lorsque nous avons auditionné, pas simplement la direction d’EDF en commission, mais y compris les syndicalistes sur les nouveaux moyens technologiques »
 « …en l’état actuel des choses ce qui a été présenté, y compris aux élus de l’Assemblée de Corse avant la délibération du 24 novembre 2009, ce n’était pas des centrales au fioul lourd ».

La suite sur ....

http://www.arialinda-asso.com/index.php/2009/11/28/340-lettre-au-prefet-de-region-ce-qui-a-ete-presente-y-compris-aux-elus-de-lassemblee-de-corse-avant-la-deliberation-du-24-novembre-2009-ce-netait-pas-des-centrales-au-fioul-lourd

Mesure des microparticules, la suite ....







Lire la suite

samedi 28 novembre 2009

Lettre au Préfet de Région : « ce qui a été présenté, y compris aux élus de l?Assemblée de Corse avant la délibération du 24 novembre 2009, ce n?était pas des centrales au fioul lourd ».

« …en l’état actuel des choses ce qui a été présenté, y compris aux élus de l’Assemblée de Corse avant la délibération du 24 novembre 2009, ce n’était pas des centrales au fioul lourd ».


La population et les élus auraient donc été victimes d'une manipulation? 

.................


Lire la suite

jeudi 26 novembre 2009

Le Maire de LUCCIANA nous l'avait promise......

La voilà cette fameuse délibération....

Elle a inspiré le commentaire suivant à notre amie la Corneille de Tolla:


Décidément l'opérateur historique pensait ne pouvoir en faire qu'à sa tête sans s'être au préalable et à minima concerté avec la commune d'accueil. 

Bien mal lui en a pris en effet car la commune de Lucciana accepte bien de continuer à recevoir sur son territoire la future centrale thermique de la région Bastiaise mais, aprés celui de Pineto, elle refuse catégoriquement et très logiquement l'implantation d'un inutile deuxième nouveau dêpot pétrolier de 25 000 m3 de fuel dans le quartier de Casamozza.

Toutes les explications sont dans la délibération de la commune du 13 novembre 2009, il suffit de la lire.

La vrai problématique qui se pose aujourd'hui sur l'ile peut se résumer simplement par la seule et unique question suivante:

" A quel moment l'opérateur va t'il enfin commencer à étudier normalement, sérieusement et complétement le dossier de renouvellement des centrales thermiques insulaires ? "

Merci Corneille, la délibération suit.....

Lire la suite

mercredi 25 novembre 2009

Un simple CLIC.......

Le Préfet de Haute Corse, nommé par décret du 11 juin 2009, doit bien connaitre le fonctionnement d'un CLIC, Comité Local d'Information et de Concertation, pour avoir en présidé un en tant que Secrétaire Général de la Préfecture du VAL de MARNE le 9 mars 2009.

Nous n'avons pas pu trouver trace d'un CLIC relatif aux risques industriels de l'établissement industriel de Lucciana......

D'ailleurs, puisque la Corse à la chance de pouvoir bénéficier d'un homme averti en matière de CLIC, (ça en vaut deux en matière de claques style Boilover), on pourrait bien lui demander si le nombre de contrôles inopinés réalisés par les services de l'Etat sur la centrale de Lucciana est aussi élevé que ceux réalisés dans son précédent poste.

Juste pour le fun.

Car nous n'avons pas connaissance de la pratique d'un tel contrôle en Corse.

Nous avons pu vérifier que le Maire de cette commune connaît bien mieux le montant de la taxe professionnelle que lui rapporte la centrale, que le nombre de capteurs qui mesurent la pollution autour du site.

Le CLIC............



Lire la suite

lundi 23 novembre 2009

En 2005, la direction d?EDF et les syndicalistes avaient assuré les Conseillers Territoriaux que les moteurs ne seraient pas alimentés au fioul lourd.

Visiblement les propos de Jean Louis BORLOO dans l’émission Vivement dimanche n’ont pas plu au représentant de la CGT.  Ni à d'autres! Il semblerait même que la rediffusion du passage vilipendé aurait été retirée de la rediffusion de l’émission sur France 5 !

 

« En démarrant au fioul léger,  il y aurait des retards induits par le stockage du carburant.» 

 

Apparemment, le flou savamment entretenu sur la qualité du fioul a vécu,  et on est bien loin des propos de Michel STEFANI, qui affirmait, lors de la session du  7 février 2008:

 

 

« Il n’a jamais été question de fioul lourd et ça c’est la discussion que nous avons eu, y compris lorsque nous avons auditionné, pas simplement la direction d’EDF en commission, mais y compris les syndicalistes sur les nouveaux moyens technologiques »

 

 

« Il faut ressortir les PV des auditions et vous verrez les auditions lorsque la commission s’est réunie que nous n’en étions pas là »

 

La direction d’EDF et les syndicalistes auraient donc auraient trompé les Conseillers Territoriaux en leur assurant que les moteurs seraient alimentés au fioul léger?

 

Il faut donc ressortir ces PV qui confirmeront si l’Assemblée de Corse était bien informée sur le type de combustible au moment du vote de 2005.  

 

Mais revenons aux retards. Le syndicaliste ignore probablement, que pour avoir sous estimé le risque boilover propre au stockage du fioul lourd, les concepteurs de la future centrale de Lucciana ont sûrement généré de bien plus importants retards. Nonobstant les risques pour les salariés  et la population.

 

Le risque de boilover, projection d’une boule de fioul lourd enflammé sous l’effet d’un incendie, aurait des conséquences dans un rayon de 730 m autour de site de stockage. Qualifié de DESASTREUX dans la hiérarchie des risques, un boilover aurait des effets irréversibles sur plus de 100 personnes.

 

L’enquête publique a permis au public et aux associations de prendre connaissance du dossier de la centrale de Lucciana. Et le boilover est loin d’être le seul point qui nous a fait dresser les cheveux sur la tête. D’autant que le risque de boilover en couche mince a été ignoré

 

Un autre exemple simple que chacun pourra apprécier : Pour évaluer le parcours des particules de plomb émises par la combustion du fioul lourd dans l’atmosphère, les spécialistes des études de dispersion choisis par EDF ont pris comme hypothèse que les particules de plomb avaient la même densité que les particules de poussières de même taille en leur attribuant une valeur moyenne de 5000 kg/m3.

 

Hallucinant quand on sait que la densité du plomb est de 11350 kg/m3 alors que celle de la poussière atteindrait au mieux 1700 kg/m3 ! 

 

Là où le responsable de la CGT dit vrai, c’est que le coût de production de l’électricité issue d’une centrale  thermique au fioul lourd est supérieur à celui de la même électricité issue d’une centrale nucléaire. Mais il faudrait arrêter de verser des larmes de crocodiles pour la SA EDF qui est intégralement compensée pour l’ensemble des surcoûts de production par la manne de la CSPE, la contribution du service public de l’électricité.

 

Elle réussit même à se faire rembourser les très polluantes phases transitoires, alors qu’elle ne les comptabilise pas dans ses volumes d’émissions polluantes, malgré les réserves de la DSS en 2005.

 

Il a encore raison lorsqu’il affirme qu’EDF a âprement négocié les conditions de son investissement en Corse. Alors que 6,5 % de rémunérations des capitaux investis en Corse ne la motivaient pas, elle a obtenu du ministre de l’industrie en mars 2006 une contrepartie qui a ravivé son intérêt avec une évolution à 11 % de rémunération.

 

Après avoir laissé se dégrader le système électrique Corse pendant des années. Le rapport de l’ingénieur Leteurtrois décrit d’ailleurs très bien le contexte peu philanthropique de la crise de 2005.

 

Lorsque le représentant de la CGT nous parle des risques hivernaux, il oublie toutefois de préciser que même en été, comme durant le mois d’août 2008, la Corse à frôlé la rupture énergétique, tout en subissant une pollution 3 fois supérieure aux normes à Lucciana, passée sous silence. Le propos est également bien éloigné des rapports de la CRE qui épinglent les erreurs de gestion de l’entreprise.

 

Quant à la peur du câble, on sait très bien que la solution n’est pas envisagée sérieusement par EDF, sauf pour mobiliser. Et visiblement ça marche toujours aussi bien.

 

Pourtant le câble n’est pas plus prévu dans la PPI que n’est imposée l’option fioul lourd choisie par EDF.

 

A soutenir les intérêts de l'acheteur-vendeur de fioul lourd, on ne sauve pas durablement les emplois en Corse, on lui permet seulement de continuer à faire du business au détriment des intérêts de la Corse.

 

En face de ces intérêts financiers, il y a une population s’est exprimée pour l’abolition du fioul lourd pour des raisons sanitaires et environnementales, et l’Assemblée de Corse qui a exprimé cette volonté.

 

Il faut donc commander les moteurs en version 51/60 car ils sont prévus pour fonctionner aussi bien au fioul léger, qu’au gaz naturel.

 

Cela n’occasionnera aucun retard supplémentaire à celui qu’à déjà pris EDF à Lucciana.

 

.

dimanche 22 novembre 2009

GALSI: les bons chiffres! Qualité de l'air: les chiffres.





Lire la suite

samedi 21 novembre 2009

Le père Noël passera-t-il en avance en Corse cette année?



Nicolas SARKOZY serait en CORSE à la mi décembre 2009 pour nous parler du GALSI.

Et tant pis pour qui ceux qui n'ont pas vu le Ministre BORLOO dans Vivement dimanche sur France 2, et qui comptaient, en suivant TV 5 aujourd'hui, le revoir dire qu'on ne ferait plus de centrales au fioul lourd en Corse!

Pour la rediffusion sur TV5, le passage sur les "centrales extrêmement polluantes" a disparu. Tumasgiu censuré ?

Allez on donne des notes.....

Lire la suite

vendredi 20 novembre 2009

POKER MENTEUR

Centrale de LUCCIANA : Enquête publique

Il sera trop tard ce soir après minuit pour s'exprimer sur la future centrale de LUCCIANA.

Les associations A SENTINELLA, U LEVANTE, et ARIA LINDA ont transmis hier aux commissaires enquêteurs leur analyse du dossier.  

Extraits



Sur le fond, le dossier EDF/SEI versé à l’enquête publique de la centrale de Lucciana, offre-t-il des garanties sanitaires pour la population? Est-il respectueux du plan énergétique Corse, révélateur du meilleur choix de l’opérateur en matière énergétique, fidèle aux engagements du Grenelle de l’environnement, et de la promesse du Président de la République d’engager la Corse dans le Développement Durable ?

Cette vingtaine de pages, sur quelque 1760 parcourues en trop peu de temps, n’a pas la prétention de résumer l’important travail réalisé par l’opérateur, mais, pour tenter de le rendre crédible, en extrait les contradictions, les approximations et les erreurs.

Après l’avoir examiné, les associations A SENTINELLA, U LEVANTE, et ARIA LINDA vous demandent de bien vouloir noter leur ferme opposition  à la réalisation de ce projet.  

Alors que rien ne l’y autorisait dans la commande publique exprimée par le plan énergétique Corse de 2005 adopté par la délibération AC 05/225, la PPI 2006, et l’arrêté  de 2006, EDF-SEI a manifestement opéré un choix de combustible, et mené de façon arbitraire l’essentiel de son étude en privilégiant  le fioul lourd au détriment des autres combustibles.

 


JACKPOT au pollueur :

Nous avons indiqué que le nombre des phases transitoires, en 2008 à la centrale du Vazzio s'élevait à plus de 2500.
Donc 1250 démarrages
+  1250 arrêts moteurs, très polluants mais exclus de la comptabilité des émissions polluantes.

Devant la population, à Bastelicaccia, le directeur d'EDF contestait partiellement ce chiffre en n'en reconnaissant qu'un
millier. Il faut dire qu'à EDF, ce qui compte vraiment c'est ce qui rapporte, et que seuls les démarrages rapportent.



Le document de la CRE

Pour la centrale de Lucciana, dont le fonctionnement sans équipement de dépollution est encore autorisé jusqu'au 31/12/2010, un démarrage rapporte, au tarif 2009, entre
2205 € et 2999 €. Au vazzio, avec l'équipement SCR,  le tarif doit être encore plus élevé.

Mais allez, puisque la pollution est observée en valeur moyenne, comptons une valeur moyenne de
2602 €:

2602 €
x 1250 démarrages = 3 252 500 €, pour le Vazzio

et comme on n'a pas réussi à avoir la comptabilité pour la centrale de Lucciana, sachant qu'elle n'a que 50 % de la puissance du Vazzio, 50 % on estime très bêtement qu'elle démarrerait deux fois moins.

 2602 € x 750 démarrages = 1 951 500 €, pour Lucciana

Les phases transitoires dont la DDS, pour raisons sanitaires, a demandé en vain à la DRIRE de voir comptabiliser rapportent donc à EDF/SEI , au bas mot :
5 204 000 €


EDF/SEI  communique

Conférence de presse de la CGT pour exprimer sa légitime inquiétude quant aux 150 emplois qui pourraient être menacés par l'éventuelle mise en place du câble. En ajoutant le chiffre des emplois indirects, à celui des agents réellement affectés à la production en centrale thermique, on devrait y arriver.

A l'hôpital d'Ajaccio aussi l'emploi indirect est menacé, notamment un poste de médecin allergologue spécialiste des affections respiratoires..... 280 000 habitants concernés.

La différence c'est que la pollution des centrales au fioul lourd n'est pas qu'une menace, c'est une réalité reconnue par le Ministre d'Etat BORLOO.


Dans le même temps, certains "organes" de presse traversent la crise comme ils peuvent. Le commentaire d'un de nos correspondants,  un peu critique ......


Ca c'est sûr, Corsica Verde, un numéro hors-série qu'il ne faut pas rater !!!!!
Et surtout un bel exemple de l'indépendance de la presse . . . édité en " partenariat avec la Collectivité Territoriale de Corse ".

Pourquoi un hors série sur l'écologie et le développement durable ?
D' abord, parce qu'il était temps ! Ensuite, parce que c'est dans l'air et que les élections territoriales sont proches. 
Mais aussi parce que le sujet étant porteur, il y a des pages de pub à vendre et un Hors- série, on le sait, ça ce n'est pas nouveau, c'est juste un piège à pub ( que nous, lecteurs paierons quand même 4,90€ )
Le rédactionnel pseudo - culturel, n'est là que pour servir de faire - valoir aux annonceurs/partenaires, n'oublions pas que le magazine Corsica est édité par une agence de communication et d'achat d'espaces publicitaires. 

Corsica Verde c'est, entre autre, 2 pages de pub EDF ( publi - reportage ) + 1 page EDF déguisée ( Livre de Reporters sans frontières 100 photos de la nature pour la liberté de la presse, soutenue par la fondation EDF Diversiterrre . . . ) précédées de quelques articles; EDF, une entreprise au service de la Corse , Histoires d'eau, Les grandes ambitions photovoltaïques . . . 
C'est une page de pub  de l 'ATC - agence de Tourisme de la Corse ( réalisée par Dixit - Médiacorse ) et plus loin un entretien de 3 pages avec son président.
C'est une longue interview d'un député européen vert ingénieur à l'ADEME, juste avant un publi - reportage d'une double page sur l 'ADEME.
Le Hors-série Corsica Verde,  c'est donc aussi cette sale habitude du publi - reportage* ( page 7 pour Casino ) qui prend les lecteurs pour des . . . ( qu'ils ne sont pas ) en utilisant les mêmes couleurs que la page de rubrique qui lui fait face.
C'est une page de pub Gîtes de France et un peu plus loin une double page: Tourisme durable / Gîtes de France.
C'est 4 pages sur les déchets suivies d'une page de pub de la Syvadec ( pub réalisée par qui ????? Dixit - Médiacorse bien sûr ! )

LE partenaire n'est pas oublié, 2 pages d' entretien avec le président de l'exécutif, qui précède la double d'ouverture du " grand papier " : La Corse mène une politique exemplaire et pour finir, une quatrième de couverture ( ça c'est plus cher ! ) où la CTC - Collectivité Territoriale de Corse - met en avant ses "actions " en faveur de la " préservation du patrimoine naturel et de la biodiversité "  ( la forêt primaire détruite, les truites macrostigma, les discoglosses du Rizzanese apprécieront ) . . . une page de publicité réalisée par qui ? . . .
et oui !!!!!
Pouvoir & Média, main dans la main, pour le meilleur et pour le pire.

La lecture de la page d'autopromotion ( ci jointe )  nous a laissé perplexe & la cascade de mots pompeux ( Notoriété, image, lancement de produit, fidélisation, conseil, logo etc . . . ) n'a fait que renforcer notre inquiétude : 
De quel chimère accouchera la souris suite à son accouplement avec un crayon en érection, monté sur deux beaux kiwis ?
A suivre. . . 

 

Un conseil, tout de même, pour éviter toute contagion, après avoir lu Corsica verde . . . lavez vous les mains  et trouvez vite une poubelle pour papier à recycler .


* Un publi-reportage est une tromperie légale, c'est un espace publicitaire acheté par un annonceur déguisée en contenu éditorial ( souvent le lecteur pense lire un véritable article, la mention " publi-reportage " est obligatoire, mais souvent assez discrète )
Un article veut informer, une publicité vendre . . . la différence est commerciale tout simplement



mercredi 18 novembre 2009

EDF sur tous les fronts ??.. pour interpréter pour la commande publique à sa manière

Corse Matin donne la parole au directeur régional d’EDF :

http://www.corsematin.com/ra/corse-du-sud/222797/ajaccio-avec-600-mw-la-corse-fera-face

 

« EDF a reçu de l’Etat une commande publique en 2006 .. pour concrétiser les investissement prévus par l'arrêté du 7 juillet 2006 …. relatif à la Programmation Pluriannuelle des Investissement….

 

Banco, parlons de la PPI, il est possible de la retrouver par le lien

 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/electric/pdf/ppi2006.pdf

 

Page 7 :  le déclassement en cas d'absence de mesures de dépollution concerne la centrale de LUCCIANA

qui n’est pas encore aux normes de dépollution et qui devra être équipée au lendemain du 31.12.2010 faute d’être déclassée.

 666

Page 84 : Choix des moyens, la PPI retient la solution diesel ou charbon pour la base

5

Page 88:  Si d’ici 2010 il n’existe pas d’alternative aux moteurs diesels, la production à partir de gaz peut être envisagée pour les besoins des années suivantes.

 

On peut aussi préconiser pour les nouveaux moyens le recours à des moteurs diesels pouvant à l’avenir fonctionner au gaz naturel.

 

 

Monsieur le directeur, on comprend page 7 pourquoi vous êtes pressé!

Nous sommes fin 2009. Bientôt mi 2010, les travaux du GALSI débuteront. 

Il serait temps de respecter la commande publique!

 

 Merci à la Corneille de Tolla pour le lien

mardi 17 novembre 2009

Les masques tombent!

Le Préfet de Région, qui a toujours été un interlocuteur attentif des associations, et donc de la population, estime que la délibération de l'Assemblée de Corse remet en cause le Plan Energétique Corse.

Il va donc falloir que le plus haut représentant de l'Etat dans l'île nous explique sa prise de position, et sa lecture du Plan Energétique Corse et de la délibération AC 05/225.

Car pour l'avoir pour livre de chevet depuis 18 mois, nous avons la certitude que la délibération de nos élus est parfaitement en accord avec le Plan Energétique Corse et la délibération AC 05/225 qui adopte ce plan.

En fait, ce qui nous semble poser un problème à EDF/SEI, c'est l'interprétation à son avantage que cet l'opérateur unique a estimé pouvoir faire de ce plan, largement inspiré par le rapport LETEURTROIS.

D'ailleurs cette interprétation est manifeste dans le dossier qu'EDF/SEI a soumis à l'enquête publique.

On comprend maintenant pourquoi le directeur d'EDF n'a jamais tenu sa promesse de nous remettre un dossier technique!

Car les belles promesses de réduction de la pollution par 3 ne sont pas au rendez vous.

Et visiblement EDF/SEI qui n'a que très peu évoqué le raccordement au gazoduc
, a déjà un avant projet de renforcement du point de dépotage fioul lourd.

Pourtant, dans la délibération AC 05/225, le raccordement au gazoduc est prévu bien bien en amont du renforcement du point de dépotage fioul lourd.

Pierre Paul, notre membre pro de l'image nous a concocté quelques petits extrait de la table ronde GALSI à Festiventu. Retrouvez les sur  http://www.dailymotion.com     taper isulaviva et piocher dans les vidéos présentées....
Merci PP



Lire la suite

lundi 16 novembre 2009

Merci Thomas!

Vendredi 13 novembre 2009,

l'Assemblée de Corse, en parfait accord avec le plan énergétique Corse, demande au Ministre de l'industrie de l'industrie l'abandon définitif de toute construction de centrale fonctionnant au fioul lourd, demande le démarrage de Lucciana au fioul léger, et décide, après avoir réaffirmé sa volonté,  d'aller rencontrer le gouvernement pour obtenir des précisions la réalisation du raccordement de la Corse au gazoduc GALSI.

Dimanche 15 novembre 2009,

Si le Ministre n'avait pas honoré Festiventu de sa présence, Thomas lui, a répondu à son invitation dans "Vivement dimanche".

Et Tumasgiu, balaninu untu è finu, devant des millions de téléspectateurs,  a obtenu la réponse de la bouche même de Jean Louis BORLOO:

Nicolas SARKOZY va venir nous faire une annonce.

Merci Thomas!

Sébastien nous indique comment retrouver son intervention:

1) aller sur http://vivementdimanche.france2.fr/
2) cliquer dans la colonne de droite sur "Voir ou Revoir la dernière émission..."
3) Dès que la vidéo commence à se jouer, aller directement à 1h28 d'émission


 

vendredi 13 novembre 2009

Vendredi 13 : Les lignes ont bougé à l'Assemblée de Corse.

Une motion a été votée aujourd'hui à l'Assemblée de Corse:

L'ASSEMBLEE DE CORSE

RENOUVELLE sa volonté de voir la Corse raccordée dès que possible au Gazoduc Algérie-Sardaigne-Italie et à cet effet
DECIDE de constituer une délégation pour obtenir du gouvernement les précisions nécessaires sur l'état d'avancement du projet, notamment sur ses aspects techniques et financiers,

SOUHAITE que dans l'intervalle, le renouvellement de la centrale de LUCCIANA pour une puissance de 120 MW prévoie dès sa mise en service son alimentation au fuel léger; et que l'on surseoye à toute décision concernant la centrale d'Ajaccio,

DEMANDE en tout état de cause au Ministre de l'Industrie l'abandon définitif de toute construction de centrale fonctionnant au fuel lourd; et que les choix d'implantation considèrent en priorité les aires de diffusion des pollutions.

Voilà donc l'expression que les Conseillers Territoriaux ont donné des deux motions déposées par Jean BIANCUCCI pour PNC-CHJAMA, et Antoine OTTAVI au nom de POUR UNE CORSE DE PROGRES.

Seuls les communistes ont voté contre!

Lire la suite

Après les vérités d'EDF et de ses soutiens, la conférence de presse du 12 novembre 2009.

 

Conférence de presse du 12 novembre 2009

A SENTINELLA   ARIA LINDA

 

L’intérêt économique du raccordement de la Corse au gazoduc GALSI

Absent chronique depuis des mois, M. GALSI était présent au conseil énergétique du 30 octobre 2009 alors qu’il n’y était pas annoncé  Il n’y a pas remis son rapport écrit sur la faisabilité économique du raccordement de la Corse au gazoduc GALSI, promis par le Préfet de Région pour fin octobre.

Nommé par le premier ministre le 24 avril 2008, le chargé de mission du projet de gazoduc GALSI, qui a su rendre, en 3 mois, un rapport très fouillé sur la crise énergétique Corse de 2005, ne parviendrait pas, au bout de 18 mois à conclure sur ce dossier. Qui veut nous faire croire cela ?

Sa présence inopinée et son annonce du non intérêt économique de la desserte de la Corse, intervient curieusement après la création d’un collectif anti fioul lourd à Lucciana. Par ailleurs sa théorie consistant soudainement à nier l’intérêt économique du gaz en prétextant un surcoût de 40 M €/an par rapport au fioul lourd n’abuse personne. M. GALSI deviendrait-il M. FIOUL LOURD ? Il échafaude ses assertions sur la théorie fumeuse d’un baril à 60 $ alors qu’au moment même où il s’exprimait, le baril s’échangeait à 77,5 $, et que tous les spécialistes s’accordent à reconnaître que l’intérêt économique se manifeste à partir de 70 $ ?

 Il faut apprécier l’intérêt du gaz à plus long terme que ne l’a fait M GALSI. A partir de 2015, selon les économistes, le prix du baril de pétrole devrait subir de fortes hausses, alors que celui du gaz, du fait de sa disponibilité à plus long terme évolue deux fois moins vite, son pic n’étant pas prévu avant 2030. Il serait temps que la CRE, la Commission de Régulation de l’Energie, dont le Président a été saisi de la situation par notre courrier du 29 octobre 2008, se positionne.

Il serait condamnable qu’à la suite de manœuvres dilatoires, certains soient responsables du choix de la solution fioul lourd qui se révèlerait très rapidement plus nocive pour la santé et plus coûteuse pour la collectivité. 

C’est pourquoi nous réitérons notre proposition de commander les deux centrales en configuration gaz, conformément au plan énergétique, ce qui permettra de faire démarrer Lucciana au fioul léger, en attendant l’arrivée du gaz naturel et n’occasionnera aucun retard à sa mise en service.

La CGT est dans son rôle quand elle défend l’emploi. Par contre on peut se demander pourquoi elle défend l’utilisation du fioul lourd alors le fait de changer de combustible, pour le même type de moteur diesel, garantit les mêmes emplois, une pénibilité moindre pour les agents des centrales thermiques, et la création de nouveaux emplois gaziers liés aux applications professionnelles et individuelles que l’intérêt économique du gaz naturel développera ?

 

Le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI n’est pas prévu par EDF

Le conseil énergétique du 30 octobre 2009, a été le théâtre d’une déclaration surréaliste de la part du directeur régional d’EDF-GDF, qui répondant a une question du Président de l’Assemblée de Corse, lui a indiqué qu’EDF est acheteur de gaz et que si le gaz naturel lui était livré aux portes des centrales il l’utiliserait. En effet ce dernier dans sa précipitation à défendre le fioul lourd a tout simplement oublié sa casquette GDF et par ailleurs fait mine d’ignorer que EDF est opérateur gazier à Dunkerque, comme le nous lui avons rappelé.

« Si le gazoduc arrive en Sardaigne, il arrivera en Corse »

Compte tenu de la position d’EDF, qui s’affranchit ainsi de la commande publique exprimée par le plan énergétique Corse voté en 2005, cet engagement de Camille de ROCCA SERRA, Président de l’Assemblée de Corse devant le conseil énergétique, ne pourrait être respecté qu’à travers une réponse qu’il situe « au plus haut niveau de l’Etat », sans pouvoir la situer dans le temps.

Cela implique la réalisation immédiate des études de détail, et la réservation des volumes de gaz dont EDF aura besoin pour alimenter les deux centrales, et répondre à la demande des particuliers.

Les réponses au plan B des associations

Devant le refus du fioul lourd exprimé par la population, le Préfet de Région a accepté, lors de la réunion publique de Sarrola Carcopino, de faire évaluer la proposition des associations consistant à prévoir la mise en place d’une microchaîne GNL, gaz naturel liquéfié, au lieu du plan B (fioul lourd) qu’il proposait de prévoir en cas de non réalisation du gazoduc GALSI.

L’étude que nous avons remise au représentant de l’Etat, n’est autre que celle réalisée par le bureau d’études IEC en 2006, à la demande du comité d’entreprise d’EDF. Elle se termine par un tableau comparatif gazoduc/microchaîne GNL, et conclut à l’intérêt de cette solution alternative pour la Corse.

EDF nous a montré, sur plusieurs points, qu’il est lui est possible de s’affranchir du plan énergétique. La mise en place d’une microchaîne GNL sera le seul point au bénéfice de la population.

L’enquête publique de Lucciana

Le rapport de l’ingénieur de Mines, Jean-Pierre LETEUTROIS, sur la faisabilité économique du raccordement de la Corse au gazoduc GALSI n’a pas été remis à la fin octobre comme l’avait annoncé le Préfet de la Région Corse, sa remise étant reportée à la fin décembre 2009. 

Ces éléments feront défaut au rapport et aux conclusions motivées que les commissaires enquêteurs pourraient établir, avoir vérifié que le projet déposé par EDF est parmi toutes les solutions existantes, le meilleur compromis, et à minima de vérifier, que les conditions permettant le fonctionnement au gaz ont été étudiées et sont réunies.

La Mairie de Lucciana aurait identifié un risque sérieux et inacceptable constitué par le stockage du fioul lourd en cas de « Boil-Over » qui pourrait affecter un rayon de 730 m. (en cas d’élévation importante de la température, incendie par exemple, l’eau contenue en partie basse dans un bac d’hydrocarbures se vaporise. La masse de fioul lourd, produit pâteux se comportant alors comme un piston, est projetée à l’état de boule de feu.)

Nous avons déposé en Mairie de Lucciana, le 10 novembre 2009, une première liste de 31 observations au regard du document intitulé « Résumé non technique de l’étude d’impact et de l’étude de dangers » dont nous avions préalablement connaissance. Cette première lecture nous a interpelés par la fragilité de plusieurs constructions intellectuelles.

Le résumé non technique de l’étude d’impact et de l’étude de dangers versé au dossier d’enquête publique indique page 13: « EDF-PEI, en tant que producteur d’électricité, a donc déposé une demande, et obtenu, le 2 mai 2008, une autorisation d’exploiter une centrale de production d’électricité de 120 MWe sur le site Lucciana au titre de la loi du 10 février 2000 ». Selon la Préfecture de Haute-Corse, la demande d’autorisation a été déposée le 5 mai 2009, complétée le 3 septembre 2009, et l’arrêté d’enquête publique signé le 17 septembre 2009.

L’avis des services techniques de l’Etat aurait-il été rendu par anticipation?

Si elle était alimentée au fioul lourd, la nouvelle centrale de Lucciana polluerait 3 fois moins ?

Cette réputation initiée par les propos du Préfet en 2007, a trouvé un écho lors d’un récent débat radiophonique par la bouche du représentant de la CGT d’EDF. En fait, elle ne peut s’appliquer qu’aux seuls polluants réduits par la mise en place de catalyseurs et par l’injection d’urée, et par la baisse de la teneur en souffre. Par contre, il n’en n’est rien en ce qui concerne les microparticules, PM 10 et PM 2,5, dont l’AFSSET a récemment indiqué les effets sur la santé.

Selon le registre français des émissions polluantes, en 2007, la centrale du Vazzio dont la puissance installée est de 120 MW aurait émis 190 tonnes de microparticules par an alors que la centrale de lucciana qui ne dispose que de 60 MW de puissance installée, et en sous activité par rapport à celle du Vazzio,  aurait  émis la même année 66,7 tonnes de  microparticules.

http://www.irep.ecologie.gouv.fr/IREP/index.php

A noter que seuls les rejets des moteurs diesels, hors phases transitoires, sont pris en compte dans ces indications qui ne sont que purement déclaratives.

 

Lorsque  la centrale de Lucciana disposera d’une puissance doublée, elle émettra sensiblement la même quantité de polluants que celle du Vazzio qui est déjà équipée pour la dépollution comme le sera future centrale de Lucciana.

Même si l’on accepte l’optimiste hypothèse d’école  avancée par EDF, qui affirme  que le rendement énergétique des moteurs,  dit de nouvelle génération,  passerait de 35 à 44 %, la réduction de pollution qui en résulterait  serait de l’ordre de 25 % du tonnage de microparticules actuellement déclaré  pour la centrale du Vazzio.

D’après nos calculs, et en acceptant  l’hypothèse optimiste d’EDF, la future centrale de Lucciana émettra donc au moins 142 tonnes de microparticules.

Faire  croire à la population que la pollution de la future centrale de Lucciana pourrait être réduite par 3, revient à dire que le tonnage de microparticules de Lucciana pourrait baisser de 66,7 tonnes à 22,3 tonnes.

En fait la future  centrale de Lucciana émettra au moins 142 tonnes de microparticules contre 66,7 actuellement. C’est donc 2 fois plus pour les microparticules.

 

 

 


Dumè LANFRANCHI sur Alta frequenza

http://www.alta-frequenza.com/fr/l_info/l_actu/avenir_energetique_les_associations_remontent_au_creneau_37841



Antoine OTTAVI, Maire de BASTELICACCIA sur Alta frequenza

http://www.alta-frequenza.com/fr/l_info/l_actu/centrale_au_fioul_les_inquietudes_du_maire_de_bastelicaccia_37840

 

lundi 9 novembre 2009

Le système électrique Corse aurait frôlé une nouvelle crise énergétique en août 2008.


Objet : Observations tirées des relevés d'auto surveillance 2008 et 2009 de la centrale thermique de Lucciana.

                                      


1) La crise énergétique Corse de l'été 2008  


 Le bilan mensuel  de la surveillance des rejets gazeux de la centrale thermique de Lucciana pour le mois d'août 2008 nous apprend qu'au cours de ce mois d'été  :


" les groupes ont été maintenus en production malgré des situations prolongées de dépassement des VLE en CO et/ou poussières."


" Ce mode de gestion a été choisi en accord avec la DRIRE, compte tenu de l’état de tension du système électrique Corse". 


Les échanges de courriers électroniques qui suivent, contiennent les éléments qui auraient entrainé l'accord de la DRIRE:


                                                                                ------------


Le 6 août 2008 à 18h05, mail adressé par EDF à la DRIRE :


Objet : Equilibre Offre-Demande


Certains évènements récents sont venus impacter la situation du système électrique :


indisponibilités fortuites sur certains moteurs du Vazzio,

niveau des réserves d’eau légèrement inférieur aux situations moyennes

dépassement des VLE de CO sur le moteur 7 de Lu, conduisant à son arrêt depuis la nuit du 5 au 6 août.


De ce fait, la sollicitation des TAC est passée en quelques jours de 700-800 m3 de FOD/semaine à 2100 m3, réduisant nos stocks à 7j.  Compte tenu de nos capacités d’approvisionnement, ce niveau de stock devrait se maintenir durant les 2 à 3 semaines prochaines.


Aussi, la situation de l’équilibre Offre-Demande parait tendue.


De ce fait, et sauf avis contraire, nous allons remettre en fonctionnement le G7 de Lu afin de préserver autant que faire se peut nos stocks de FOD et ne pas menacer encore plus la sécurité du système.


Les investigations se poursuivent sur ce groupe 7 afin de la ramener dans un fonctionnement normal, et les éventuels écarts de VLE seront tracés et expliqués dans le rapport mensuel


signé

 

Le 7 août 2008 à 7h41, mail de la DRIRE à EDF


Objet : RE : Equilibre Offre-Demande


 conforme à notre entretien d hier ; j ai bien note, pas de remarque

particulière, vous faites au mieux pour assurer la fourniture électrique 

; attention aux stocks de produit petrol ; vous avez mon accord pourd

Eventuels écarts de vle que vous expliquerez dans le rapport mensuel.

signé

 

Le 7 août 2008 à 8h43, mail interne EDF


Objet : RE : Equilibre Offre-Demande


confirmation de la position donnée hier soir

compte tenu de la tension, merci de réaliser et de communiquer aux acteurs prod+syst+direction un suivi journalier de nos stocks FOD mis en perspective du prévisionnel de consommation.


signé


                                                                  ------------


Il faut remarquer que du 5 au 6 août   +  indisponibilités fortuites sur certains moteurs du Vazzio  +  niveau des réserves d’eau légèrement inférieur aux situations moyennes  +  réduisant nos stocks   +   Compte tenu de nos capacités d’approvisionnement  = ingrédients de la crise de 2005 qui a eu lieu en hiver, sauf qu'en 2008 cela s'est produit au mois d'août.


C'est donc passé inaperçu pour le grand public.



Le dépassement  de CO sur le groupe 7, évoqué par EDF, 698 µgr/m3 alors que la VLE est à 650 µgr/m3, est relativement minime, 7%, par rapport au dépassement  enregistré sur  le moteur 4 pour les PM 10 lors de la même journée, 129 µgr/m3 alors que la VLE  est à 100 µgr/m3, soit un dépassement de 29 %. 


Il lui permet pourtant d'obtenir un accord de le DRIRE, qui n'a apparemment pas d'indication écrite de ce dépassement  en  PM10. On peut donc se demander si au cours de la conversation téléphonique qu'il évoque, il avait été fait mention de ce dépassement. .


On peut aussi se demander si le dépassement des VLE CO et des VLE  PM 10 est autorisé par la DRIRE, puisqu'elle ne semble pas avoir fait pas de commentaires à la réception du rapport mensuel qui précise que les dépassements ont concerné les deux polluants, et que la situation se reproduit.


Après cet événement, des dépassements supérieurs en CO, VLE = 650 µgr/m3,  ne semblent pas avoir fait l'objet d'échanges entre EDF et la DRIRE:


724 à 1154 µgr/m3 sur le groupe 1 entre le 01 et le 11 septembre 2008,


695 à 1043 µgr/m3,  sur le groupe 8 entre le 12 et le 17 décembre 2008,


1543 à 3412 µgr/m3 sur le groupe 8 entre le 1 et le 15 janvier 2009 qui passait également à 10473 µgr/m3 alors que la VLE est de 7000 µgr/m3. (par la suite attribuées à un défaut de l'enregistreur, ou imputées aux opérations de maintenance des cabines de mesure).


731 µgr/m3,  sur le groupe 7 le 20 mai 2009, 


On peut également se demander si les responsables locaux (maires) ont été tenus informés de la situation.


2) Phases transitoires: 


 Impact du fonctionnement en pointe sur l'accroissement de la pollution en microparticules PM 10:


Alors que la VLE poussières à été dépassée,  EDF écrit : Au mois de mai, grâce à la forte disponibilité des ressources hydrauliques, le groupe a été sollicité uniquement en pointe (53 heures de marche). Ce mode de sollicitation, qui implique de fréquents démarrages, ne permet pas de stabiliser le rendement du moteur ce qui explique les dépassements sur les moyennes journalières.    (cf. fiche du groupe 1 pour mai 2008)



3) Le procédé HAM qui a été mis en route depuis 28 juillet 2008:


- Il est censé réduire les NO2, mais il aurait pour effet pervers de favoriser les PM10.

- On constate  paradoxalement une légère hausse des NO2 sur les relevés de Qualitair pour le capteur de Marana à la même période.


4)  Divers


- A Lucciana, les mesures ne sont pas réalisées en permanence et en continu, comme pour la centrale du Vazzio.


- D'après ses indications, EDF ne mesure, sous la dénomination  VLE poussières, que les microparticules PM10. (cf bilan du G1 en avril 2008)


- Les émissions des chaudières ne sont pas quantifiées.


- La mesure des émissions des TAC n'est pas exprimée.


- Les SO2, ne sont ni mesurés, ni exprimés dans les tableaux des valeurs journalières.  Le pourcentage de mesure est égal à zéro. La teneur en soufre du fioul lourd approvisionné n’est pas indiquée.


-  Les périodes et nombres d’heures de fonctionnement des moteurs ne sont pas précisés.


-  Alors que le pourcentage de mesure des PM 10 (et d'autres polluants) est plusieurs fois indiqué comme étant égal à zéro, des valeurs d'émissions sont pourtant exprimées.


-  Selon EDF, les deux centrales actuelles utilisent le même combustible, fioul TTBTS. Le fait que les deux centrales aient les mêmes VLE pour les poussières est révélateur du fait que l'équipement de dépollution dont a bénéficié la centrale du Vazzio n'a apporté aucune réduction significative des émissions de ce polluant.


-  A partir du mois de mai 2009 apparaissent, suite à une recommandation: 


 une indication sur l'estimation de la teneur en soufre: 592 µgr/m3 uniforme pour tous les moteurs. Les mois suivants,  les valeurs évoluent, mais toujours uniformément.


 des commentaires sur les rejets atmosphériques des TAC 1,2,3 et 4, conformément à l'arrêté préfectoral 2008-183-1 art 10.3.2.2. Il est indiqué que le dépassement des VLE CO est du à la prise en compte des phases de démarrage et d'arrêt.


- Le bilan de juin 2009 nous apprend qu'on peut forcer les valeurs d'une baie de mesure pour les rendre identiques à celles des autres.


- Le bilan de septembre 2009 nous apprend qu'on peut forcer les valeurs des oxymétries.


- Il semble que le respect retrouvé des VLE aille de pair avec de très faibles pourcentages de contrôle.

                                       ______________

INFO:  Le reportage réalisé par terre.tv durant Festiventu 2009 à Calvi est en ligne:


http://www.terre.tv/#/fr/energies-renouvelables/reportage/2452_la-corse-veut-sa-part-de-gaz

A noter que la bonne définition de la CSPE est : La Contribution au Service Public.de l'Electricité.

                                     ___________________

 


Article L221-6
En vigueur depuis le 3 Août 2008
Modifié par LOI n°2008-757 du 1er août 2008 - art. 7.


Les résultats d'études épidémiologiques liées à la pollution atmosphérique, les résultats d'études sur l'environnement liées à la pollution atmosphérique ainsi que les informations et prévisions relatives à la surveillance de la qualité de l'air, aux émissions dans l'atmosphère et aux consommations d'énergie font l'objet d'une publication périodique qui peut être confiée, pour leur zone de compétence, aux organismes agréés mentionnés à l'article L. 221-3. L'Etat publie chaque année un inventaire des émissions des substances polluantes et un inventaire des consommations d'énergie. Il publie également un rapport sur la qualité de l'air, son évolution possible et ses effets sur la santé et l'environnement. L'inventaire des émissions des substances polluantes et le rapport sur la qualité de l'air, son évolution possible et ses effets sur la santé et l'environnement sont soumis à l'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail. Lorsque les normes de qualité de l'air mentionnées à l'article L. 221-1 ne sont pas respectées ou risquent de ne pas l'être, le public en est immédiatement informé par l'autorité administrative compétente. Cette information porte également sur les niveaux de concentration de polluants, les conseils aux populations concernées et les dispositions réglementaires arrêtées. L'autorité administrative compétente peut déléguer la mise en oeuvre de cette information aux organismes agréés prévus à l'article L. 221-3.




vendredi 6 novembre 2009

Débat sur RCFM : Quelle énergie pour les deux nouvelles centrales corses. Gaz ou Fioul ?

8 h00 sur le site de la station, le Directeur d'EDF juge les positions des écolos

Le directeur d’Edf Jacques Thierry Monti, juge inadaptées les solutions préconisées par les défenseurs de l’environnement, pour éviter de faire fonctionner les deux futures centrales d’Edf au fuel lourd….Récemment il sont émis l’idée de les faire tourner au Gpl, le gaz de pétrole liquéfié ou au Gnl, gaz naturel liquéfié …Réponse du directeur d’edf, le Gpl exige des sites de stockage très importants et des normes de sécurité drastiques. Quand au Gnl, il faudrait construire une plateforme pour réceptionner le gaz explique encore le directeur D’edf. Il précise en outre que ces solutions s’écartent totalement du plan énergétique voté par l’assemblée de Corse.


12 h00 L'annonce du débat sur RCFM:


Ce sera le débat en présence du directeur régional d'EDF Jacques Thierry Monti, du député européen François Alfonsi, du secrétaire de la CGt edf Antoine Mandrighi, et du porte parole de l'association Aria Linda Jean Nicolas Antoniotti..


Alors que la contestation s'amplifie autour de l'implantation des deux centrales, et que les échéances approchent se pose toujours la question du choix du terrain pour remplacer la centrale du Vazziu, mais surtout dans ce débat c'est la question de l'alimentation au GAZ qui est relancée, une chose est sûre pour Edf la centrale du Lucciana devra impérativement démarrer avec une alimentation fioul.

Notre prise de notes.........

Lire la suite

mardi 3 novembre 2009

Si le GALSI arrive à Cagliari, il arrivera en Corse.

L’effet de cette déclaration solennelle de Camille DE ROCCA SERRA, Président de l’Assemblée de Corse, devant le conseil énergétique réuni le 30 octobre 2009, a immédiatement été coupé par Jean Pierre LETEURTROIS, ingénieur des mines, pourtant désigné par l’Etat pour faire avancer le dossier du raccordement de la Corse au GALSI.

En assenant à la Corse le supposé manque d’intérêt économique du gaz par rapport au fioul lourd, l’objectif de Monsieur GALSI semble clair, il apporte de fait une réponse négative au plan B des associations qui ont demandé au Préfet de Région d’évaluer la solution alternative d’une microchaîne alimentée au GNL, gaz naturel liquéfié.

La présence de Monsieur GALSI à cette réunion n’était ni prévue, ni annoncée, mais Il fallait rapidement porter un coup fatal à l’intérêt de la solution GNL,  dangereuse car validée par une étude réalisée par le bureau d’études IED à la demande du comité d’entreprise d’EDF.

Par la bouche de Monsieur LETEURTROIS, l’Etat, actionnaire à plus de 80 % d’EDF, nous répond donc: ni GALSI, ni microchaîne GNL pour la Corse.

En reportant ses conclusions à fin décembre, Monsieur LETEURTROIS, représentant de l’Etat, rend service à la majorité en place à l’Assemblée de Corse. Il est en effet capital, pour le Président de la République, de conserver l’une des deux régions françaises encore de son obédience politique. Et de lui permettre de se rapprocher de l’échéance électorale dans les moins mauvaises conditions. Un deuxième gros coup de pouce, après l’institution du bonus à la liste arrivée en tête.

Entre le représentant de la Corse, habitué du jeu, et ses amis politiques au pouvoir, la partie de poker menteur continue, au détriment des intérêts de la Corse. Et s’amenuisent d’autant les possibilités de raccorder les deux centrales au gaz naturel.

Suite....

Lire la suite