Conférence de presse de la CGT hier, 29 octobre 2009 à la centrale de Lucciana.

 

Dans Corsica Sera,  on apprenait d’abord que la CGT, principale organisation syndicale d’EDF avait réuni sa force de frappe pour réclamer la poursuite du plan énergétique.

 

Une position tout à fait en accord avec celle des organisations de protection de l’environnement qui demandent également la pleine application du plan énergétique Corse, notamment celle de  l’article 4 de la délibération AC 05/225 qui prévoit que les centrales soient conçues comme convertibles au gaz naturel et raccordables au gazoduc GALSI.

 

Le reportage indique ensuite que le syndicat répond à la mobilisation de la population par celle du personnel, inquiet pour les emplois.

 

De l’avis même des spécialistes d’EDF, le nombre d’emploi ne sera nullement affecté par le choix final du combustible qui alimentera les futures centrales à moteurs diesel.

A quoi sert de chercher à opposer une population à des agents dont le dévouement et la compétence sont reconnus et appréciés?

 

Le représentant syndical affirme : « Nous avons des garanties suffisamment importantes sur les moteurs et sur la pollution » .

 

On se demande de qui émanent ces garanties, compte tenu de la teneur des propos d’un cadre d’EDF, Monsieur LEBEAU, filmé et enregistré lors de la réunion organisée par le préfet de Région à Sarrola Carcopino le 24 septembre 2009, alors qu’il s’exprimait sur la réalité de moteurs dits propres et de l’existence d’un fioul environnemental. Propos tenu en présence du directeur  régional d'EDF M. MONTI qui n'a jamais tenu sa promesse de nous apporter des éléments de nature à accréditer la propreté et la convertibilité des moteurs.

 

Pour la CGT, les opposants au projet EDF trompent la population.

 

L’actuelle centrale de Lucciana n’ayant jamais été équipée des équipements de dépollution qui ont été mis en place au Vazzio, et toujours soumise aux émissions d’un fioul lourd à plus haute teneur en soufre,  la population locale appréciera.

 

_________

 

Corse Matin du 30 octobre 2009 aborde le traitement de l’info avec un autre éclairage, puisque le représentant syndical s’inquiète d’une supposée mise en cause des agents, sur de supposées accusations , sur une supposées mise en cause des personnels.

 

La ficelle est un peu grossière et usée. Visiblement certains responsables syndicaux appréhendent un  passage au gaz qui ne manquera pas de modifier la représentativité syndicale au sein de SEI.

 

L’article évoque ensuite une contestation qui serait portée, à Lucciana par les associations.

 

Autre grosse ficelle, la CGT de la Haute-Corse qui nous reprochait hier, dans un tract interne, de n’avoir rien fait pour la population et pour les agents, nous reproche aujourd’hui exactement son contraire, à savoir de répondre à l’appel citoyen de la population ! Et sur un mode que chacun appréciera.

 

Eloquent, enfin le taux de soufre contenu dans le fioul lourd évoqué par la CGT, qui passera pour la future centrale de Lucciana de 1%  à 0,5%.

 

Ceci met au jour la  disparité de traitement entre les populations qui vivent dans le voisinage de la centrale du Vazzio, déjà alimentée par du 0,5% (plus cher) et celles qui vivent sous le panache de la centrale de Lucciana toujours alimentée par du 1%, et ne disposant pas des SCR mises en place au Vazzio.

 

On se souvient encore des allusions amusées de l’ex directeur d’EDF sur la différence de réactivité des populations, lors de son dernier Cuntrastu.

 

L’enquête publique devrait apporter toutes les réponses dans la sérénité.