La démission de Marie-Dominique LOYE, de son poste de Vice-Présidente, représentante de l'association U Levante, avait été annoncée lors de la conférence de presse du 28 septembre 2009:

 http://www.arialinda-asso.com/index.php/2009/09/28/299-u-levante-et-le-garde-ne-cautionnent-pas-les-resultats-de-qualitair-corse 

L'ordre du jour était donc la désignation d'une, ou d'un nouveau vice-président.

Présent dans la salle Prosper ALFONSI, aux côtés d 'U Levante, en tant que membre d'U Levante et se présentant aux autres participants, assez peu nombreux, sous son étiquette Aria Linda, Jean Nicolas ANTONIOTTI.

Ouvrant la séance, le Président Jean ARRIGHI, qui est également Président de l'Observatoire Régional de la Santé, objectait au Président d'Aria Linda qu'il n'était pas membre de QAC, et qu'il ne pouvait donc assister à cette AG extraordinaire.

Ce premier signe officiel de la volonté de dialogue n'empêchait pas JNA de rappeler que Qualitair Corse étant sous le statut associatif, de loi de 1901, toute personne non membre peut assister, sans voix délibérative, à une assemblée générale. Après une rapide consultation, le Président de QAC acceptait la participation de JNA qui l'en remerciait.

Sans rentrer précisément dans tous les détails qui figureront dans le compte rendu qui devrait être réalisé et diffusé aux membres de droit, voici les grandes lignes de la tenue de cette AGE.

Le Président Jean ARRIGHI, évoque la création de QAC, qui répond à une attente de la population, et remercie Dominique RENUCCI de n'avoir pas démissionné de son poste de trésorière.

Dominique RENUCCI, qui siège en tant que membre du GARDE, indique avoir voulu assurer la continuité de l'exercice en cours et précise qu'elle n'envisage pas, au moins pas avant la fin de l'exercice comptable, de démissionner de son poste de trésorière.

Marie Dominique LOYE rappelle les raisons de sa démission évoquées lors de la conférence de presse du 28 septembre 2009.

Jean Pierre DUCOUSSO, expert désigné par U Levante, fait également remarquer que lors des fréquentes communications dans les médias de QAC, notamment celles de son directeur, la participation des associations de défense de l'environnement est systématiquement évoquée comme une caution au fonctionnement de QAC.

Et que ce type de communication ne résulte d'aucune concertation au sein du bureau, qui n'est d'ailleurs que rarement réuni et en petit comité auquel U Levante n'est pas convoqué.


Le Président et le Directeur de QAC indiquent que les réunions du bureau auraient uniquement concerné des questions de trésorerie et que donc la convocation du bureau n'était de ce fait pas formalisée.

Le Directeur de QAC,  après avoir indiqué qu'il n'apprécie pas du tout que les critiques aient été formulées dans la presse, dresse un bilan des différentes critiques en apportant à chacune ses explications.

JNA demande la parole et présente un bilan de la situation actuelle du dispositif de mesure.

Gilles NOTON, universitaire, représentant les personnes compétentes rebondit sur la présence de valeurs négatives, également observées, lors de ses mesures de rayonnement solaires et les considère comme acceptables dans un certain pourcentage, le Président de QAC ayant évoqué des valeurs de -1 et -2.

JNA lui fait remarquer que la quantification des microparticules est exprimée en µgr/m3, qu'il s'agit donc de mesures de masses qui ne peuvent être négatives et que les dernières mesures, d'après les relevés QAC du 12/10/2009 montrent des valeurs atteignant -9 et -8 sur les stations de Canetto et de Sposata, qui est de plus la station de référence pour la correction des 4 stations qui mesurent les microparticules pour la Corse.

D'autre part JNA estime qu'il n'est pas rationnel de ne corriger que les valeurs négatives rencontrées en les ramenant simplement à 0, et que l'on devrait plutôt procéder à un recalage complet de l'ensemble des points dans le référentiel approprié. JNA indique aussi qu'il n'est pas rationnel que des valeurs, confirmées ou non confirmées soient définitivement supprimées de l'affichage disponible en ligne.

Au cours de la réunion, les différents intervenants font part de leur volonté d'améliorer la mesure de la qualité de l'air, il y a donc un consensus sur ce point.

La réunion s'achève sans que le seul point à l'ordre du jour, le remplacement de la vice-présidence, ne soit traité. Le Président considérant, malgré la confirmation physique apportée par la démissionnaire, que cette démission n'est pas actée; puisqu'il n'a pas reçu la lettre recommandée que Marie-Dominique LOYE lui a adressé.

Alta fréquenza interrogeait AJN au sortir de cette AG : http://www.alta-frequenza.com/index.php/fr/l_info/l_actu/qualitair_les_associations_hors_jeu_37248






.