D'après son collègue d'EDF, M. LEBEAU, l'ex directeur régional d'EDF SEI,  Frédéric BUSIN se serait trompé lorsqu'il a affirmé publiquement lors de son dernier Cuntrastu sur France 3 Corse, que les futurs moteurs propres étaient commandés et que la convertibilité, exigée par la commande publique, était optionnelle.

C'est du moins ce qui ressort de la réunion du jeudi 24 septembre 2009 au collège de Balèone au cours de laquelle le Préfet de Région, après celle de Bastelicaccia,  rencontrait la population de SARROLA CARCOPINO.

L'ex se serait-il aussi trompé lorsqu'il affirmait au cours de la même émission que " l'électricité était un produit vital"? Et sur la propreté des moteurs?

A entendre le Docteur Sauveur MERLENGHI énumérer les pathologies et l'excès de mortalité engendré par les polluants issus de la combustion des fiouls lourds, les microparticules et les HAP on pouvait légitimement se poser la question.

Au cours de cette deuxième réunion, l'ordre des interventions était inversé et le représentant de la DRIRE, probablement en souhaitant tirer profit de l'expérience de la première réunion, prenait la parole à la suite du Préfet de Région. A l'issue de son intervention, le bilan sur les informations nouvelles, voir les nouvelles études annoncées qui auraient permis de rassurer la population quant aux critères de sélection d'un site,  était plus que maigres pour ne pas dire cadavériques.

Comme à Bastelicaccia, alternativement les citoyens et les associations opposaient une argumentation solide, des chiffres, des documents et même des images à travers un petit film de 6 minutes illustrant une des 2500 phases transitoires ignorées dans la comptabilité des émissions polluantes. Ce qui permettait de mettre le doigt sur le non-respect par EDF de la commande publique qui prévoit le fonctionnement des centrales thermiques en base. Avec pour conséquence une augmentation de ces phases transitoires ignorées par la réglementation, et qui avaient pourtant fait l'objet de réserves de la DSS  lors de la rédaction de l'arrêté préfectoral de 2005.

Puis EDF SEI intervenait à travers son directeur régional M. MONTI et M. LEBEAU, spécialiste de l'installation des centrales jouissant d'une expérience acquise dans les îles. Pas plus convaincants qu'à Bastelicaccia à en juger par les réactions de l'assistance.

Revenant sur la notion de plan A: alimentation des centrales au gaz naturel à partir du GALSI, et plan B alimentation au fioul lourd en cas de non-réalisation du gazoduc, le Préfet demandait aux associations de lui présenter rapidement les solutions alternatives GNL élaborées par EDF pour la Corse (ils les auraient perdues!) Et GPL votée par l'Assemblée de Corse en 1992.

Nous voilà donc enfin au stade d'études de plans A et B faisant appel à des carburants sans microparticules.

Ca fait plusieurs mois que nous les avons proposés, ainsi que les STEP, et rencontré l’ADEC pour lui remettre des documents.

Mais au fait, qu’a donc fait le Président de l’Exécutif de nos propositions depuis des mois ?


Merci à la population d'avoir répondue présente et de belle manière.