Ca nous donne l'occasion de poser une "petite" question. Lors de la réunion chez le Préfet de Région, le DREAL nous a indiqué que la station de SPOSATA disposait de deux capteurs.

 Mais quand les deux ne sont pas d'accord lequel a raison? Et comment le modérateur du site décide-t-il d'accorder du crédit à l'un ou à l'autre?



Et quand l'un est négatif qui a raison?

Tiens pour l'Ozone aussi on peut avoir des valeurs négatives!



En y regardant de plus près, ce que visiblement personne n'a du faire auparavant, depuis quelques semaines les résultats affichés sont aussi sujets à caution à Ajaccio Sposata, qu'à Bastia Montesoro, qu'à Bastia Giraud. Et ailleurs?

Préciser que notre période de concentration sur les résultats affichés par Q'AC ne porte que sur les deux derniers mois donne une idée de la petite partie visible de l'iceberg que nous avons étudié.

Gros titre dans notre Corse Matin du 19 septembre 2009 et nos quelques extraits, commentés:

http://www.corsematin.com/ra/corse/212469/corse-du-sud-electricite-de-france-dans-la-longue-attente-du-gaz-naturel



à la une : Le directeur d'EDF s'engage dans le GALSI    puis page 5:
 
EDF, dans la longue attente du gaz naturel

....EDF est particulièrement attentif à l'arrivée du gaz naturel......

.... nous demeurons dans l'attente d'une décision......

... Je réaffirme qu'EDF a déjà pris toutes les dispositions pour que les futures centrales soient converties au gaz naturel....

Traduction: elles démarreront au fioul lourd

....L'entreprise n'a pas l'habitude d'investir à fonds perdus....... 

Ca veut dire qu'EDF ne refera pas l'investissement à Lucciana. Si la nouvelle centrale démarre au fioul lourd, elle finira au fioul lourd.

.......Le directeur s'insurge : Nous nous sommes engagés à mobiliser, malgré la crise financière, près d'un milliards d'euros sur une période de quelques années pour garantir la gestion du système électrique Corse.

Auparavant EDF n'était rémunérée pour ses capitaux investis en Corse qu'à 5%. C'est d'ailleurs ce qui ressort du rapport LETEURTROIS qui constate le très mauvais état d'entretien du système électrique Corse lors de ses défaillances de 2005.

Depuis "quelques années" le taux de rémunération a été doublé: 11 %.  C'est nettement plus motivant! Du coup EDF s'est remise à investir en Corse sur un système électrique qu'elle avait laissé décliner.

Exemple: De source interne, le feu de mai 2009 sur une installation électrique qui a provoqué l'arrêt de la centrale du Vazzio pendant  plusieurs jours proviendrait d'un faisceau de câbles dont le remplacement, suite aux incidents de 2005 qui avaient endommagé le coffret électrique attenant, aurait été économisé.


Mon propos n'est pas de dramatiser sur la fiabilité des centrales thermiques actuelles... Ca y est, on vous l'avait annoncé, à la rentrée la bonne vielle menace à la coupure est de retour.

Mais visiblement, le directeur connait moins bien son outil de production que ses cadres. Phlippe GRANDJU, dans le magazine CORSICA, nous rappelle que, depuis 2005, une capacité de production supérieure à une centrale de 120 MW y a été ajouté sous forme de TAC, turbines à combustion et par le câble SARCO. 

...EDF milite pour le respect de la commande publique.....

C'est donc pour respecter la commande publique que les centrales fonctionnent en semi-base (avec 2500 phases transitoires par an) alors que la dite commande publique, le Plan Energétique Corse de 2005, a prévu un fonctionnement en base?

Dans son billet sous le titre "L'étau", le journaliste nous dépeint une Corse de mauvaise foi et une EDF dans l'étau.

Quelle naïveté!  C'est tout le contraire, et ça fait 30 ans que ça dure. 

Monsieur le journaliste, EDF est compensée intégralement pour ses surcoûts en Corse par un dispositif financier qui s'appelle la contribution du service public de l'électricité, et qui est acquitté par tous les utilisateurs finaux de l'électricité. Ce qui nous assure, entre autre, le bénéfice de la péréquation qui fait que tous les utilisateurs payent le même prix du KWh consommé, quelque soit son coût de production.

Un monopole qui perdure et nous prive d'accès à la concurrence, des dérogations pour pouvoir polluer plus en Corse que sur le continent jusqu'en 2005......

Qui est dans l'étau?

Avec une telle naïveté, on va encore en prendre pour 30 ans.
Au fait journaliste,  c'était à quel endroit dans ton article que "Le directeur d'EDF s'engage dans le GALSI "?