Compte rendu de la réunion du 3 juin à 2009

CCI d’Ajaccio + associations

 

Présents :

Pour la CCI

M. GRIMALDI    Directeur du port

M. LEANDRI   Marcel  Président de la commission portuaire

Mme GIUDICELLI Marie Louise

Pour U LEVANTE

Mme SOBREPERE Geneviève

Mme ALBIN MONDOLONI Sophie

Pour ARIA LINDA

M. ANTONIOTTI  Jean Nicolas

 

Objet :   Pollution de l’air et pollution sonore des navires au quai et en mouvement.

 

Le rendez-vous fait suite à une lettre de Mme ALBIN MONDOLONI au sujet de la pollution émise par un navire constatée le 19 mai 2009. Début de la réunion à 14h30.

Mme ALBIN MONDOLONI fait état des différents courriers concernant les deux formes de pollutions (pollution sonore, pollution de l’air) avec les services officiels, et signale que la situation perdure puisque des navires continuent d’émettre des quantités importantes de polluants lors des manœuvres d’arrivée, de stationnement, et de départ.

M. ANTONIOTTI demande des précisions sur la règlementation applicable. 

La CCI indique que la réglementation applicable découle des OMI et qu’elle ne dispose pas n’a pas de pouvoirs  de police. Selon la CCI, c’est le commandant du port (Capitainerie) qui est chargé de la police.

La CCI indique que la bonne conformité des navires en matière de respect des normes de rejets est attestée par des certificats sur la qualité des réglages

Nous évoquons photos à l’appui  la pollution survenue le 19 mai 2009 vers 15h30 qui a pollué une grand secteur de la ville, et qui contrastent avec la bonne qualité de l’air affichée sur le site de Qualit’air pour cette journée.

D’après un échange entre Mme GIUDICELLI et Mme SOBREPERE, La CCI aurait signalé oralement cet évènement à la capitainerie.

La CCI nous indique que la norme de mesurage NFS  31.010 à été utilisée à Propriano par la préfecture qui a imposé une mesure par capteurs suite à une plainte d’un riverain contre la pollution sonore .

M. ANTONIOTTI demande si le port est en capacité d’alimenter électriquement tous les navires simultanément à quai.

La CCI répond que c’est impossible et qu’il faudrait l’équivalent de la puissance utilisée par une ville comme Porto-Vecchio. D’autre part la CCI précise que les temps de redémarrage rendent impossible l’arrêt des moteurs.

M. ANTONIOTTI demande si l’impossibilité résulte de la puissance délivrée ou du réseau de distribution. La CCI n’a pas de réponse à cette question.

 15h20 : Nos interlocuteurs nous quittent rapidement car ils sont attendus.

_______