Conférence de presse ce matin  devant  la grille de la centrale du Vazzio.

François ALFONSI, candidat sur la liste d'Europe Ecologie aux prochaines élections Européennes, Norbert LAREDO également candidat, des militants politiques et des associatifs sont venus réaffirmer leur volonté de lutter contre les  centrales au fioul lourd. Nos deux candidats ont toujours mené ce combat depuis qu’ils ont eu connaissance du projet du Vazzio. Nous sommes également venus unis pour exiger le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI.

Devant les grilles qui se ferment dès que le vigile réalise que nous nous installons : ballet de voiture.  Une petite voiture blanche avec petit chien à la vitre côté passager sort de l’enceinte de la centrale, puis regagne immédiatement l’enceinte. Puis ressort, et revient tout aussi rapidement. Puis ressort et s’arrête à la hauteur du groupe.  Le conducteur  visiblement agacé, s’adresse à une de nos adhérentes  hors du champ des caméras et des micros : « Foutez le camp, vous nous empêchez de travailler »  

Compte tenu de son comportement, on se demande bien en quoi doit pouvoir consister son propre travail. Son directeur doit probablement le savoir.

Il a en tout cas manqué une superbe occasion, alors qu’il pouvait disposer de toute la presse présente sur place pour s’exprimer,  de faire une déclaration !

 On peut se demander si deux jours auparavant, lors de la venue du Président de l’Exécutif, le même individu a procédé de la même manière à son encontre ?

En effet, l’incendie au Vazzio a providentiellement  permis au Président de l’Exécutif de réaffirmer l’urgence à remplacer cette centrale si vétuste et si dangereuse.  Toute une campagne de communication bien huilée se déroule depuis, et il ne nous manque plus que la qualité de l’air pour avoir la totale. On sait déjà, d’après le projet de PADDUC, qu’elle serait bonne à Ajaccio et à Bastia. (Rien sur la situation  des zones où vit le reste de la population Corse).

Mais quand on demande à des indépendants de venir mesurer ce que respire vraiment la population de la Corse ça énerve beaucoup ! Il y a même des indépendants  (parmi les poids lourds) qui craignent la grosse colère et qui préfèrent jeter l’éponge.  C’est assez révélateur du climat de transparence qui règne autour du fioul lourd. « Foutez le camp, vous nous empêchez de travailler ».  Il manque juste : Continuez de respirer des cancérigènes et fermez là.

Il semble toutefois que la véritable urgence était de contre communiquer.  Le manifeste pro GALSI commence, par le nombre des ralliements qu’il suscite,  à gêner considérablement le camp de plus en plus confidentiel des  pro fioul lourd.

On aurait pu penser que le Président de l’Exécutif se serait rendu au Vazzio pour y dénoncer le non respect du plan énergétique Corse qui prévoyait un fonctionnement de centrales thermiques en bases. 


Car avec  les 2500 phases transitoires

constatées en 2008,

il avait au moins une vraie bonne raison

d’être courroucé, et de se déplacer.