Une évaluation environnementale a été adressée aux membres du conseil des sites qui a siégé le 5 mai 2009, pour la deuxième fois au sujet du PADDUC.

Ceux qui ont pris soin de la lire n’étaient visiblement pas très nombreux, ainsi qu’ironisait récemment le président de l’Office de l’Environnement au sujet du PADDUC.

Notre ami Jean ARRIGHI, membre d’U LEVANTE et siégeant au conseil des sites à ce titre, s’est donné le temps de porter une attention à ce document. Et ce qu’il y a lu,  contrairement à d’autres interlocuteurs de cette instance qui ont paru la découvrir, n’est pas une information anodine.

A la page 118 de ce document (qui semble porter la signature d’un bureau d’étude filiale de la caisse des dépôts) on parle du gaz naturel. Voici le texte mot pour mot :

                                                                              ___

L’arrivée du gaz naturel

Le projet GALSI vise à raccorder l’Italie et l’Algérie via la Sardaigne. Selon le tracé prévisionnel, un raccordement avec la Corse au niveau de Bonifacio serait envisageable. Dès lors, pour la production d’électricité, si ce projet se concrétise deux options seraient envisageables et ferait, (la faute d’orthographe est dans le document) le moment venu, l’objet d’un choix politique spécifique :

-       L’alimentation des centrales d’Ajaccio et de Bastia : cette configuration permettrait la réduction des émissions de polluants sur les deux sites mais pourrait buter sur l’importance des coûts des infrastructures de transport au regard du niveau de consommation des deux sites.

 

-       L’alimentation de la centrale de Bastia uniquement, compte tenu des moindres coûts probables de la construction d’un réseau de distribution dans la plaine orientale. Dans cette configuration, une concentration des moyens de production sur Bastia ou sa région pourrait être envisagée mais elle impliquerait de fait une adaptation du réseau de transport d’électricité. (passage probable du réseau en 225 KV)

                                                                              ___

Alors, même si le Préfet de Région et le Président de l’Exécutif ont invoqué la méconnaissance de ces 2 options, cela est très inquiétant et révélateur du niveau de vigilance des services, qui devraient œuvrer sous leur autorité respective.

Merci à Jean ARRIGHI, notre partenaire d’U LEVANTE d’avoir eu cette vigilance.

Ce document devrait être corrigé, mais comme il n’y a pas de fumée sans feu, il serait bon qu’on nous indique la source de ces lignes, rapportées par un bureau d’étude, alors que nous en sommes à une deuxième mouture.

D’autres points également remarquables de ce document seront portés à votre connaissance par les ayatollahs verts.