Association Aria linda

vendredi 29 mai 2009

Qualite-de-l-air-les-elements-d-appreciation-dont-dispose-le-prefet-de-region-corse-sont-ils-fiables

L’arrêt de la centrale du Vazzio durant plusieurs jours, suite à l’incendie du 7 mai 2009 qui a endommagé un faisceau* de câbles, n’a pas permis de constater de baisse significative de la pollution par les microparticules sur la ville d’Ajaccio. C’est du moins ce que la population a pu constater sur les relevés de l’association Qualit’air Corse.

 

Certains médias, visiblement inspirés, n’ont pas manqué d’en tirer une conclusion un peu hâtive sur la non contribution de la centrale du Vazzio à la pollution de la ville d’Ajaccio. Il faut bien donner consistance à l’affirmation contenue dans le PADDUC «  la qualité de l’air est bonne à Bastia et à Ajaccio »

 

Le Préfet de Région ne l’ignore pas pour avoir présidé le Conseil des Sites qui a validé la dernière mouture de ce très sérieux programme.

 

Pour Ajaccio, si l’on se réfère à ce qui suit, il aurait été plus objectif de préciser où se situent les bons quartiers. Et puisque la compétence Santé du Préfet de Région couvre la totalité de la Région Corse, il aurait été judicieux que l’instance qu’il a présidée, sous son impulsion, s’interroge aussi sur la qualité de l’air hors Ajaccio et Bastia.

 

En effet, un épisode de pollution particulièrement remarqué a affecté la population de la ville d’Ajaccio le 19 mai 2009. La dispersion de cette pollution a été constatée en trois points significatifs de la ville allant de la DDE située au terre plein de la Gare, au bâtiment qui abrite la direction de la Poste, et au dernier étage de la tour Armoise sur la hauteur de Castel Vecchio.

 

Vers 16h00 ce jour là, une importante retombée de suies, dont la source semble être un navire dont le panache à été photographié à 15h30, a maculé au moins ces secteurs de la ville. Pour cette journée le Directeur de Qualit’air Corse joint par téléphone m’a indiqué une valeur de 50 µg/m3 de PM10, tandis que le site indique au public une IQA de 4, donc une qualité de l’air bonne. Je lui ai transmis des photos du pollueur supposé, des locaux touchés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et proposé des prélèvements de ces suies pour analyse.

 

Le directeur de Qualit’air Corse m’a indiqué ne pas disposer de la réglementation applicable aux navires, n’ayant reçu aucune réponse du Préfet Maritime à ce sujet, et envisager de s’adresser au Préfet de Région pour l’obtenir.

 

Nous disposons également de clichés montrant les panaches de navires à quai, machines en marche depuis leur arrivée le matin jusqu’à leur départ le soir, de façon récurrente. Voilà donc, concrètement et directement les retombées de l’activité tourisme pour la population pour les villes qui accueillent l’essentiel des flux de touristes.

 

Ces deux évènements, comme les 2500 phases transitoires comptabilisées pour la centrale du Vazzio en 2008 mais non remarquées, sont révélateurs de la non fiabilité des indications relatives à la qualité de l’air dont dispose le Préfet de Région, et dont il ne peut continuer à se satisfaire.

 

Nous avons essayé, au travers de deux audiences et trois échanges épistolaires d’attirer son attention sur les risques sanitaires pour la population. Un peu comme la Direction des affaires Sanitaires et Sociales à tenté de le faire en 2005. Mais le Préfet de Région nous renvoie toujours à la règlementation, à la bonne qualité de l’air, et à des arguments économiques.

 

En 2005, la dérogation pour polluer dont bénéficiait EDF, était parfaitement légale. C’est en en ayant pris conscience que le Préfet LEMAS y a mis fin.

 

121-3


 

*qui n’avait semble-t-il, aurait été fragilisé du fait sa proximité avec une armoire électrique qui avait déjà subi un sinistre en 2005, mais non remplacé.

 

mardi 26 mai 2009

L'intérêt de la presse pour le manifeste en faveur du raccordement au GALSI est manifeste.

Dans notre Corse Matin de ce jour, Jean-Dominique AUFFRAY s'intéresse au consensus qui réunit des associations, des syndicats, des partis politiques et le Président du Conseil Général autour du raccordement de la Corse au gazoduc et qui s'exprime au travers d'un manifeste qui a déjà recueilli plus de 20 adhésions.

Rien à rajouter à cet article limpide. Il s'agit bien d'un front commun pour le droit de la population à respirer un air moins pollué. Et pour que ce droit exprimé par la LAURE (loi d' utilisation rationnelle de l'énergie) soit enfin appliqué à la population de la Corse, il manque toujours une décision de la France, que le chef de l'Etat n'a pas encore exprimée.

l'article....


 

Lire la suite

GALSI : la partie Algéro-Italienne démarrera après le 30 juin 2010.

L'assemblée du consortium GALSI vient de décider une augmentation de capital de 10 M€ pour soutenir le projet et à confirmé que la décision finale d' investissement interviendrait le 10 juin 2010.

Cette nouvelle date découle des délais nécessaires pour boucler le processus d'autorisations, et réaliser les compléments d'études d'ingénierie, et environnementales que le groupe mène actuellement pour optimiser le projet.

Pour ceux qui en doutaient encore, ceci confirme que le Projet GALSI verra donc bien le jour.

Ce délai permettra à la France de finaliser ses propres études pour le raccordement de la Corse et d'intégrer le projet global. Les études menées par GRT Gaz devraient rendre leurs conclusions sous peu.

Cela permettra également à EDF de modifier sa commande pour des moyens thermiques alimentés au gaz naturel.

Mais au fait, que dit la France sur le sujet? Le Président SARKOSI devrait bientôt répondre à notre deuxième courrier.


Sur le site GALSI :
http://www.galsi.it/index.php?id_menu=31&id_news=76


En VO :
Galsi: riunita l'Assemblea degli Azionisti per l'approvazione del bilancio 2008 e rinnovo del Cda

Si è riunita oggi l’Assemblea degli Azionisti di Galsi S.p.A (Sonatrach 41,6%, Edison 20,8%, Enel 15,6%, Sfirs 11,6%, Hera Trading 10,4%.) che ha approvato il bilancio relativo all’esercizio 2008 ed ha rinnovato, per i prossimi tre esercizi, il Consiglio di Amministrazione, il cui mandato era giunto a scadenza, e che ora risulta così costituito:

- Presidente: Roberto Potì (Edison)
- Amministratore Delegato: Mohamed Yousfi (Sonatrach)
- Amministratori: Fatma Zohra Benoughlis (Sonatrach), Yamina Hamdi (Sonatrach), Riccardo Pasetto (Edison), Giovanni Mancini (Enel), Gavino Pinna (Sfirs), Pietro Musolesi (Hera Trading)

L’Assemblea ha infine deliberato un nuovo aumento di capitale di 10 milioni di euro per sostenere le attività di sviluppo del progetto e confermato la previsione della decisione finale di investimento (FID) per il 30 giugno 2010. Tale data deriva dall’adeguamento ai tempi necessari per la conclusione dell’iter autorizzativo, avviato il 31 luglio scorso presso il Ministero dello Sviluppo Economico, e dagli studi integrativi di carattere ingegneristico e ambientale che Galsi sta conducendo per l’ottimizzazione del progetto.

.

lundi 25 mai 2009

Electeur, fais toi lier au mât, les *sirènes électorales se sont remises à chanter!

Sur le site de la CTC, à l'ordre du jour de la prochaine session du 28.5.2009, figure le rapport du Président de l'Exécutif dont l'objet est:

" Interpellation du gouvernement sur la problématique du développement des énergies renouvelables et sur les conditions d'exercice des pouvoirs confiés par le législateur à la Collectivité Territoriale de Corse "

Loin de nous l'idée de le critiquer dans cette démarche. Pour nous, le Président de l'Exécutif est enfin dans son rôle.

A la lecture, on se rend très vite compte, si on en doutait encore, que c'est dans la seule parcelle de compétence (puissances < 8MW et utilisation des ressources locales) dont elle dispose, que la CTC est obligée de quémander pour user d'un pouvoir que lui confère normalement le CGCT, le Code Général des Collectivités Territoriales.

Reste que c'est un peu comme un aveu d'impuissance pour les "poids lourds" UMP de cette mandature alors que leurs amis politiques sont à la manœuvre à Paris. C'est aussi une excellente démonstration de la puissance d'EDF et du champ libre laissé par la CRE.

____


Dans la presse locale un article relate les propos du Maire de Bastelicaccia. Là aussi, l'édile nous semble dans son rôle, lorsqu'il affirme nettement son hostilité au fioul lourd, et sa préférence pour une centrale au gaz naturel.

Plan énergétique Corse, point sur les ouvrages EDF en cours, rencontre avec des sommités parisiennes, et assurances que rien ne sera fait contre l'attente de la population, coup de griffe au précédent préfet. Celui qui a rédigé cet inventaire à la Prévert connaît bien le sujet!

Suit un petit encart, rédigé par une personnalité se présentant comme compétente, disposant de contacts surs et influents, dont l'intervention aurait été décisive à Paris.

____


A droite comme à gauche, même business: la chasse à l'électeur bat son plein.
Galop d'essai avec les Européennes en 2009, pour se refaire une santé en vue des Territoriales en 2010.

Electeur, n'écoute plus le chant de ces sirènes. Tu vois bien dans quel état elles laissent la Corse après chaque élection.

Parmi les candidats déclarés aux prochaines Européennes, les seuls candidats anti fioul lourd engagés de longue date sont François ALFONSI et Norbert LAREDO, respectivement 2eme et 6 eme sur la liste Europe Ecologie.

____

Dernière nouvelle : c'est mal barré pour le PADDUC, la commission économique du CESC vient de voter contre le Projet de PADDUC par 28 voix contre, 1 pour, 1 abstention, 9 non participations.

   

* Ulysse était le roi d’Ithaque. Il était très courageux et ingénieux.

“ L’Odyssée ” retrace son voyage de retour dans son royaume qui dura dix ans durant lesquels il vécut de nombreuses aventures.

Circé, une magicienne, le prévint des dangers qu’il devrait affronter, en particulier des sirènes.

Les sirènes, filles du dieu-fleuve Achéloos, étaient des êtres fabuleux, à la tête et au buste de femme sur un corps d’oiseau. Elles vivaient sur des rochers escarpés entre l’île de Capri et la côte italienne. Elles attiraient et charmaient les marins par la douceur de leur voix, qui faisait tout oublier et les navires se brisaient sur les récifs.

Prévenu par Circé, Ulysse sut leur résister. Il demanda à ses hommes de se boucher les oreilles avec de la cire pour ne pas entendre le chant des sirènes. Quant à lui, comme il voulait écouter leur voix mais ne pas se laisser entraîner par leur charme, il demanda à son équipage de l’attacher solidement au mât du navire pour être sûr de résister à la tentation.

samedi 23 mai 2009

Manifeste pour le raccordement de la Corse au Gazoduc ALgérie Sardaigne Italie : bonne progression!


Le manifeste pour le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI progresse. De nouvelles soutiens ont été ajoutés.

Le Président du Conseil Général de la Corse du Sud nous a adressé son soutien. Il ne nous manque plus que le soutien du Président de l'Assemblée de Corse.



Lire la suite

vendredi 22 mai 2009

Déjà en 2007, "les tarifs du marché Italien étaient compétitifs comparés aux moyens de production thermiques" de Corse

Dans un document du 3 janvier 2007, un des responsables du Système Electrique Corse décrit, selon lui, les conditions qui permettent de considérer qu’une STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage) serait économiquement intéressante : turbiner en heures pleines et pomper en heures creuses.

Il précise qu'il faut pour cela alimenter la pompe à partir de la connexion SARCO lors des périodes d’heures creuses du réseau électrique Italien. 

Car durant ces périodes, je le cite « les tarifs du marché Italien sont compétitifs comparés aux moyens de production thermiques ».  

Il indique même que la période des heures creuses potentielles s’élève à  6800 heures/an et que cela permet donc d’envisager 19 h/jour de pompage et 5 h/jour  de turbinage sans générer de surcoût, pour des puissances de 157 et 57 MW.

 

Ce document appelle plusieurs commentaires :

-           EDF Corse (PEI) a étudié et reconnu (en interne) l’intérêt des STEP, pourtant elle n’en programme pas dans ses prévisions d’investissement.

 

-          L’équilibre économique de cette étude repose sur une alimentation payante de la pompe.

 

-          Nous proposons d’alimenter la pompe à partir d’électricité d’origine photovoltaïque ou éolienne. A priori l’intérêt  économique de l’utilisation de STEP ne pourrait qu’en être renforcé.

 _____


Les  STEP sont les seuls moyens actuellement connus et utilisables industriellement pour stocker la production d’électricité d’origine photovoltaïque ou éolienne. 

Les  STEP sont les seuls moyens actuellement connus et utilisables industriellement pour augmenter le productible des ouvrages hydroélectriques de Corse sans augmenter la pollution, et en valorisant les abondantes ressources naturelles dont dispose la Corse.

Plus d’indépendance énergétique pour la Corse ?  C’est peut-être bien ce qui dérange. Mais aussi  moins de TIPP pour les ressources des collectivités, et moins de business pour EDF Trading Limited.

Dernier point, et pas des plus anodins !

Si les tarifs du marché Italien sont compétitifs comparés aux moyens de production thermiques, on comprend encore mieux pourquoi EDF nous expose aux 2500 démarrages et arrêts moteurs constatés en 2008.

La surmultiplication des phases dites transitoires qui en résulte génère des volumes de pollution qui ne sont pas comptabilisées dans les émissions. Pourtant nos poumons, qui n’ont pas de prix, les comptabilisent.

Et le Plan Energétique Corse n'est pas respecté.

mercredi 20 mai 2009

Utilisation abusive de l'incendie du Vazzio à des fins médiatiques : Attention à l'effet boomerang!

Un petit article sur le site de Corsica News à attiré l'attention d'un de nos lecteurs. Cette article est disponible par le lien   http://www.corsicanews.net/actualite/article-398.php.

Notre lecteur, fin connaisseur des questions environnementales, a été un peu étonné de l'analyse sur la qualité de l'air, supposée déduite l'arrêt des moteurs consécutif à l'incendie qui a eu lieu au Vazzio faite dans cet article. Et par un mail nous en a informé.

Voici les précisons que nous avons apporté directement sur ce média, dont l'auteur nous a tout de même semblé disposer d'une source plutôt bien documentée:


Nous avons une tout autre analyse sur l'interprétation de la qualité de l'air à Ajaccio, durant l'arrêt des moteurs du Vazzio.

Si rien n'a changé au niveau des enregistrement durant cette période, cela tend tout simplement à prouver que les capteurs sont soit défaillants, soit situés dans des zones non affectées par le panache du Vazzio.

Pour cela, il faut savoir que le vent dominant qui s'exerce la majeure partie du temps sur les émissions gazeuses du Vazzio est de dominante nord-est. Donc la majeure partie de la pollution du Vazzio n'affecte pas la ville dans sa partie la plus dense. Alors que le Vazzio émette ou n'émette pas, le nez des capteurs qui n'y sont pas habituellement sensibles, ne l'a pas été davantage durant l'arrêt des moteurs.

A titre indicatif, Il y a eu hier 19 mai 2009, un épisode de pollution assez fort sur Ajaccio avec des retombées importantes de particules de combustion. Nous avons des photos du pollueur supposé en action vers 15h30 en plein centre ville puisqu'il s'agit à priori d'un bateau sur le départ au quai l'Herminier.

Nous avons prélevé des suies qui ont envahi les véhicules et les locaux voisins qui avaient des vitres ou des fenêtres ouvertes.

Des photos des dépôts, et des cheminées fumantes envoyant leur panache vers le centre ville ont été transmis à M SAVELLI de Qualit'air Corse. Les particules sont à sa disposition pour analyse.


Pourtant, selon le site de Qualit'air Corse, la qualité de l'air pour la journée d'hier était bonne à Ajaccio. Rien au sujet de cette pollution. Curieux non?



Il faut donc être prudent avec des analyses qui dédouanent un peu trop vite les pollueurs dont EDF, qui avec 2500 démarrages et arrêts moteurs par an au Vazzio, arrive à passer inaperçu.

.....étonnant non?


Pour finir, je vous signale que le PADDUC limite son avis sur la bonne qualité de l'air aux seules villes de BASTIA et d'AJACCIO.

Que penser alors de la qualité de l'air que respire les 30% de la population restante? (Le site de Qualit'air Corse montre par exemple que le capteur de PM 10 était hors service lors de la campagne de mesure 2007-2008.)

Une cheminée en action vers 15h30



Au sol d'un bâtiment distant d'environ 500 mètres



Rebord de fenêtre du même bâtiment au 1er étage.




Quelqu'un aurait-il une radio des poumons prise dans le secteur?



mardi 19 mai 2009

GLASNOST au VAZZIO : Foutez le camp, vous nous empéchez de travailler!

Conférence de presse ce matin  devant  la grille de la centrale du Vazzio.

François ALFONSI, candidat sur la liste d'Europe Ecologie aux prochaines élections Européennes, Norbert LAREDO également candidat, des militants politiques et des associatifs sont venus réaffirmer leur volonté de lutter contre les  centrales au fioul lourd. Nos deux candidats ont toujours mené ce combat depuis qu’ils ont eu connaissance du projet du Vazzio. Nous sommes également venus unis pour exiger le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI.

Devant les grilles qui se ferment dès que le vigile réalise que nous nous installons : ballet de voiture.  Une petite voiture blanche avec petit chien à la vitre côté passager sort de l’enceinte de la centrale, puis regagne immédiatement l’enceinte. Puis ressort, et revient tout aussi rapidement. Puis ressort et s’arrête à la hauteur du groupe.  Le conducteur  visiblement agacé, s’adresse à une de nos adhérentes  hors du champ des caméras et des micros : « Foutez le camp, vous nous empêchez de travailler »  

Compte tenu de son comportement, on se demande bien en quoi doit pouvoir consister son propre travail. Son directeur doit probablement le savoir.

Il a en tout cas manqué une superbe occasion, alors qu’il pouvait disposer de toute la presse présente sur place pour s’exprimer,  de faire une déclaration !

 On peut se demander si deux jours auparavant, lors de la venue du Président de l’Exécutif, le même individu a procédé de la même manière à son encontre ?

En effet, l’incendie au Vazzio a providentiellement  permis au Président de l’Exécutif de réaffirmer l’urgence à remplacer cette centrale si vétuste et si dangereuse.  Toute une campagne de communication bien huilée se déroule depuis, et il ne nous manque plus que la qualité de l’air pour avoir la totale. On sait déjà, d’après le projet de PADDUC, qu’elle serait bonne à Ajaccio et à Bastia. (Rien sur la situation  des zones où vit le reste de la population Corse).

Mais quand on demande à des indépendants de venir mesurer ce que respire vraiment la population de la Corse ça énerve beaucoup ! Il y a même des indépendants  (parmi les poids lourds) qui craignent la grosse colère et qui préfèrent jeter l’éponge.  C’est assez révélateur du climat de transparence qui règne autour du fioul lourd. « Foutez le camp, vous nous empêchez de travailler ».  Il manque juste : Continuez de respirer des cancérigènes et fermez là.

Il semble toutefois que la véritable urgence était de contre communiquer.  Le manifeste pro GALSI commence, par le nombre des ralliements qu’il suscite,  à gêner considérablement le camp de plus en plus confidentiel des  pro fioul lourd.

On aurait pu penser que le Président de l’Exécutif se serait rendu au Vazzio pour y dénoncer le non respect du plan énergétique Corse qui prévoyait un fonctionnement de centrales thermiques en bases. 


Car avec  les 2500 phases transitoires

constatées en 2008,

il avait au moins une vraie bonne raison

d’être courroucé, et de se déplacer.

MANIFESTE pour le GALSI : nouvelles adhésions. Elections Européennes : Le bon candidat pour la Corse

Le nombre des signatures au Manifeste pour le raccordement au GALSI a déjà doublé depuis sa première sortie. Des contacts sont en cours avec les groupes politiques représentés à l'Assemblée de Corse pour obtenir leur adhésion.

Il sera dur de convaincre le groupe UMP de mettre sa signature à côté de la notre. Mais le château de cartes n'est pas aussi monolithique qu'il n'y parait. Nous y avons quelques alliés, notamment au travers d'élus de terrain.

L'état major de l'UMP local obéit à "la grosse tête" qui pense à Paris, tout autant pour la désignation de ses candidats que pour répondre sur les bancs de l'Assemblée de Corse. Quand on pense qu'il n'a même pas réussi à faire accepter sa candidate favorite, pourtant ardente défenseuse du PADDUC!

Aux prochaines elections Européennes, ne nous trompons pas de cible:


En février 2008, c'est  bien une coalition
UMP + communistes
qui a voté
contre notre motion
pour un raccordement de la future centrale au GALSI.


La Corse à la chance d'avoir deux candidats compétents, qui ont toujours soutenu l'action des associations et des mouvements qui se sont opposés aux centrales au fioul lourd.

Ces candidats figurent sur la liste Europe-Ecologie menée par la Verte Michèle Rivasi, suivie à la deuxième place, de François Alfonsi, représentant de la Fédération Régions et Peuples Solidaires. I Verdi Corsi sont représentés, à la sixième place de la liste, par Norbert Laredo.


François ALFONSI est en position éligible, il sera tout à fait capable de défendre les intérets de la Corse à Bruxelles, sans entraves parisiennes.

Votons utile


http://www.r-p-s.info/Francois-Alfonsi-l-europeen

Le bureau d'ARIA LINDA précise que les organisations signataires
du manifeste ne sont liées par aucune consigne ou indication de vote.


Dans la presse :

Lire la suite

samedi 16 mai 2009

Il ne suffit pas de se rendre au Vazzio .....pour obtenir le raccordement au GALSI


 

Sauf à vouloir diriger sa communication vers la seule population Corse pour agiter le spectre de la coupure et l’urgence.

 

Le Président de l’Exécutif gagnerait en crédibilité à ne pas calquer sa communication sur celle des syndicalistes pro-fioul. Rappelons-lui quelques faits, plus tenaces que ses mots

 

En novembre 2005, au bout de 9 mois de réflexion l’Assemblée de Corse au travers de la délibération 05/225 adoptait le Plan Energétique Corse, bien que ne disposant d’aucune compétence pour décider de moyens de production supérieurs à 8 MW. L’Assemblée de Corse adossait son vote à une supposée caution populaire, en se portant garante de « l’acceptabilité de ses choix énergétiques par la population. »

 

Ce plan prévoyait notamment la réalisation de 2 centrales thermiques de 120 MW à moteurs propres prévus pour être convertibles et raccordables au gazoduc GALSI, et un fonctionnement des moyens thermiques en base.

 

En contrepied de ce plan, l’évaluation environnementale soumise au Conseil des Sites du 5 mai 2009 contient une nouvelle hypothèse. Celle de la concentration des moyens thermiques en un seul site sur la plaine orientale, et son corollaire, la construction d’une ligne en 225 KV (Très Haute Tension) pour acheminer la part d’électricité destinée à la région Ajaccienne. Ce document, daté de février 2009 est complémentaire à la nouvelle mouture du PADDUC et permet de penser que les engagements de 2005 (2 sites de production) pourraient ne pas être tenus.

 

Un deuxième point capital montre qu’EDF ne respecte pas le vote de 2005. C’est l’utilisation en semi base de l’actuelle centrale du Vazzio, au lieu du fonctionnement prévu en base. Les 2500 phases démarrages et arrêts des moteurs enregistrés pour l’année 2008 le prouvent. Et si l’ADEC,  rencontrée en avril 2009, connaissait ce manquement, son Président ne pouvait l’ignorer.

 

D’autre part, avant d’autoriser l’augmentation de capacité du câble SARCO, l’Exécutif devait s’assurer du bon niveau d’avancement de plusieurs ouvrages destinés à compléter la production électrique. L’autorisation ayant été donné, nous supposons que l’Exécutif a pu disposer d’un constat favorable.

 

Contre toute attente, alors que rien ne l’y obligeait, l’Assemblée de Corse avait même décidé de financer des études au profit de l’opérateur privé sur des crédits du PEI (50% état / 50 % CTC). Cette décision, qui concernait la future centrale de Lucciana, a été depuis remise en cause par le Préfet de Région.

 

Enfin, le directeur d’EDF n’ayant pas respecté son engagement leur communiquer les documents qui le prouvent, les associations n’ont pu vérifier que les moteurs commandés à MAN sont véritablement propres et convertibles au gaz naturel. (Ce qui ne contribue pas à améliorer l’image d’un opérateur qui s’est vu récemment retirer son agreement d’autocontrôle dans le nucléaire par l’Agence de Sûreté Nucléaire.) L’Exécutif a sûrement du obtenir des garanties quant à la conformité des matériels commandés.

 

Cette mansuétude envers l’opérateur contraste avec le rejet en février 2008, d’une motion qui ne visait qu’à bannir définitivement l’usage du fioul lourd et à obtenir le démarrage des futures centrales au gaz naturel. Les deux Présidents de la Collectivité de Corse s’étaient employés à la combattre, aux côtés d’élus communistes, pour défendre l’institution et ……. la sacralité du vote de 2005 !

 

Rappelons nous aussi, qu'en 2005, L'Assemblée de Corse avait confié la responsabilité de faire aboutir le raccordement de la Corse au gazoduc GALSI au Président de l'Exécutif.

 

La population, qui appréciera la rigueur des ces arbitrages, est cependant beaucoup plus soucieuse de l’impact sanitaire et environnemental des centrales au fioul lourd.

 

Et le responsable des questions sanitaires pour la Région Corse, n’est autre que le Préfet. A ce titre, nous ne manquons jamais de lui donner notre lecture des documents qu’EDF met à la disposition des services de l’Etat, dont la DRIRE. 

 

Dès le départ son message a été clair : à Paris, on ne serait pas sensible à l’argumentation sanitaire, il fallait donc essayer de convaincre avec des arguments économiques pour obtenir le raccordement au gazoduc.

 

L’intérêt économique ayant été démontré, on nous laisse entendre depuis le mois de février, que le gouvernement serait acculé à des arbitrages du type « coût du projet / nombre d’habitants », et qu’il faudrait donc que la Collectivité Territoriale de Corse, elle même financièrement exsangue,  contribue financièrement à ce raccordement.

 

A-t-on demandé pareille participation aux autres régions de l’hexagone alors que le Président SARKOSY a décidé de faire construire le deuxième EPR, ou lorsque qu’EDF, dont l’Etat est actionnaire à plus de 80%, a décidé de racheter son homologue British Energy pour la bagatelle de 14,8 milliards d’euros ?

 

Mais les Préfets se suivent et ne se ressemblent pas. Il suffit de se rappeler qu’avant 2005, le fonctionnement de la centrale classée la plus polluante de France était encadré par une kyrielle de textes à l’aspect totalement réglementaire. Ce qui n’a pas empêché le Préfet LEMAS de mettre fin à la dérogation dont bénéficiait jusqu’alors EDF et de lui imposer de ramener une partie de ses émissions à des niveaux comparables à ceux autorisés sur le continent. Une partie seulement, la plus visuelle.

 

Mais le Préfet BOUILLON, et l’Office de l’Environnement font une totale confiance aux constats de Qualit’air Corse. D’ailleurs, pour ceux qui pourraient encore en douter,  la bonne qualité de l’air à Ajaccio et à Bastia, est attestée dans la version remaniée du PADDUC,  l’Exécutif y a veillé.

 

L’émission « les Médicales »  sur le thème du cancer en Corse diffusée sur France 3 était tout aussi lénifiante que le discours officiel local. Pas un mot sur les microparticules cancérigènes émises en Corse par la centrale du Vazzio qui seraient donc sans effets sur les maladies cardiovasculaires et la surmortalité de 7 à 9 % constatée ailleurs dans le périmètre des centrales (et/ou des incinérateurs).

 

N’étant pas visible, comme le sont les émissions chargées de soufres, la pollution aux microparticules inquiète moins la population. Pas vu, pas pris !

 

Quel crédit alors accorder aux mises en garde des instituts AFSSET, INSERM et INVS au sujet du lien entre cancers et microparticules? Et aux alertes prudentes des professionnels locaux de santé ?

 

Nous savons que les nouvelles centrales, qui n’existent nulle part ailleurs, ne pourront pas apporter de réduction des microparticules. Aussi continuons-nous à informer le Préfet de Région pour éclairer la décision qu’il prendra sous peu. En toute connaissance des risques qu’elle comportera pour la population.

 

 

121-3

 

 

 

mardi 12 mai 2009

A CHJAMA NAZIUNALE confirme son adhésion au manifeste GALSI.

Les élus du groupe PNC-CHJAMA NAZIUNALE qui siégent à l'Assemblée de Corse, continuent d'accompagner l'action d'ARIA LINDA.

Depuis sa création, ARIA LINDA et son alliée A SENTINELLA bénéficient d'un soutien sans faille du groupe dans la lutte contre les centrales thermiques au fioul lourd. D'autres membres de groupes ont également apporté une contribution active aux démarches anti-centrales au fioul lourd qui ont été menées au sein de l'Assemblée, et  du Conseil Général.

Le droit de la population à respirer un air moins pollué et à pouvoir protéger son environnement devrait faire l'objet d'un soutien de la même qualité de la part des autres groupes de l'Assemblée de Corse. Des contacts ont été pris pour obtenir leur adhésion.

A l'approche des élections Européennes les électeurs pourront apprécier l'intérêt que porte la classe politique Corse à l'avenir environnemental et sanitaire de l'île au travers de leur adhésion au manifeste GALSI, mais aussi dans leur capacité à refuser l'incinérateur.

Les deux grands risques de pollution figurent encore dans la nouvelle mouture du PADDUC.

Ainsi qu'aime à le souligner son principal défenseur, le PADDUC new look n'a bénéficié que d'un lifting sémantique. Il devrait donc logiquement pâtir du même sort que le premier jus.

lundi 11 mai 2009

1 seule centrale Corse alimentée par le GALSI : fi du Plan Energetique Corse voté par les élus en 2005

Notre fidèle correspondant anonyme a réagi à notre article relatif à la validation du nouveau PADDUC par le Conseil des Sites du 5 mai 2009.

Car un passage de l'évaluation environnementale qui accompagnait la nouvelle mouture du PADDUC, a lui même été validé par le Conseil des Sites. Ce passage, traitant de l'arrivée du gaz naturel en Corse comporte l'hypothèse suivante :

- L’alimentation de la centrale de Bastia uniquement, compte tenu des moindres coûts probables de la construction d’un réseau de distribution dans la plaine orientale. Dans cette configuration, une concentration des moyens de production sur Bastia ou sa région pourrait être envisagée mais elle impliquerait de fait une adaptation du réseau de transport d’électricité. (passage probable du réseau en 225 KV)

Pour l'instant les syndicats de l'EDF n'ont pas réagi. Notre clairvoyant anonyme lui a tout compris et souhaite interpeller les élus territoriaux. Son mail en copie.......

Lire la suite

samedi 9 mai 2009

MANIFESTE pour le GALSI : le soutien de nos partenaires d'U LEVANTE

Lire la suite

jeudi 7 mai 2009

Conseil des Sites du 5 mai 2009 : le "reste" de l'Evaluation environnementale côté énergie.......light, mais voté!

D’autre part, Jean ARRIGHI a, au cours de la réunion, évoqué l’impact sanitaire de la pollution générée par les 2500 « phases transitoires » (démarrages et arrêts) relevés dans les documents d’EDF en 2008 pour la centrale du Vazzio.

La multiplication anormale de ces phases, qui sont les plus polluantes dans le fonctionnement d’une centrale thermique au fioul lourd  est, d’une part, significative du non respect du fonctionnement en base prévu par le Plan Energétique Corse de 2005. En effet, lorsqu’elles fonctionnent réellement en base,  les centrales assurent la production de la consommation stabilisée et ne sont donc que très rarement démarrées et arrêtées.  

D’autre part, et malgré les *(1) réserves formulées par la DSS à la DRIRE en 2005, l’impact de ces phases a été visiblement été jugé infime, et n’est pas donc comptabilisé dans le volume des émissions gazeuses retenues dans le calcul des Valeurs Limites Emission. Ni de fait dans l’Etude de dispersion de 2006 et encore moins dans l’étude d’évaluation des risques sanitaires de 2007, ce qui donne une petite idée de leur objectivité.

Une tentative d’explication est venue d’un cadre de la Collectivité Territoriale, recruté au sein des services de l’Etat, lors des transferts de compétences : « cela est du au fait qu’on travaille sur des valeurs moyennes ».

Malheureusement, il se trouve que les citoyens qui vivent sous le panache du Vazzio n’ont pas en 2008, respiré que les moyennes des 2500 phases transitoires, mais l’équivalent de neuf jours entiers d’overdoses de polluants.  

Reste que la réponse de ce haut fonctionnaire, tout à fait honorable pour qui habite route des Sanguinaires, est dramatiquement caricaturale des arbitrages et des avis qui peuvent être rendus lors de chaque commission collégiale, comme celle du Conseil des Sites, du fait de leur composition.

Un collège représentant l’Etat constitué de fonctionnaires, un collège représentant la Collectivité Territoriale majoritairement constitué de fonctionnaires recrutés dans les services de l’Etat, des personnes qualifiées qui ont souvent le même formatage, et heureusement, quelques associatifs. C’est le paradoxe de la décentralisation positive à la mode Corse : l’Etat sort par la porte et revient par la fenêtre, embauché par la Région.

_____

Les inquiétudes sur l’emploi, évoquées lors de notre rencontre du 5 mai 2009 avec la CGT d’EDF sont matérialisées page 117 :

Le câble, élément central de l’approvisionnement électrique de la Corse :

C’est pourquoi la puissance délivrée par l’interconnexion devra augmenter avec la puissance appelée et les consommations Corses. L’abandon à moyen terme du câble SACOI par la partie *(2)Italienne ouvre des perspectives d’augmentation de la puissance délivrée, potentiellement jusqu’à 300 MW, la puissance maximale du câble.

_____

 

3.3 .2 Incidences des différentes filières sur l’environnement

Centrales thermique

Page 119 un tableau n°7  annonce que la diminution attendue des rejets en NOx ramènerait les 12900 tonnes de rejet (avouées avec 9000 Vazzio et 4000 Luciano) en 2005 à 1464 tonnes en 2015. Le document annonce une différence  à la baisse  de 88,7 %, supposant que la part du thermique baissera de 56 à 40 %. Dans la synthèse page 127 on parle de réduction de 4 à 5, faudrait se *(3) mettre d’accord.

Réflexion bête : la baisse de 88,7 % des masses de NOx est donc due pour partie à 28,57 % de la part thermique production en 2015. Donc un peu plus des 2/3 de la réduction seraient le fait de  l’hypothétique « propreté » des moteurs au fioul lourd qui n’ont pas encore été fabriqués, ni donc éprouvés. Tant qu’EDF n’arrive pas à produire des éléments d’accréditation, la population aspire au légitimement au respect de la LAURE et au principe de précaution dicté par l’expérience Vazzio.

Grosse impasse toutefois*(3): notre bureau d’étude a oublié de dire que les volumes de microparticules PM 10 et PM 2,5 n’avaient connu aucune réduction de volume malgré la mise en place des équipements de dépollution imposés par le préfet LEMAS en 2005.

Et si on comparait ces annonces à celles du Préfet LEYRIT en 2007 : 10 fois moins polluant qu’en 1987 et 3 fois moins qu’en 2007 ?

_____

 

Les énergies renouvelables

En résumé les analyses lisibles:

Eolien : n’a que des désavantages.

Hydroélectrique : beaucoup de désavantages, et  pas un traitre mot sur les STEP.

Bois énergie : des avantages.

Photovoltaïque : applicable à des opérations ciblées !

Solaire thermique : bien pour l’ECS, mais incidences négatives sur l’environnement.

Les câbles

Bien respecter le milieu naturel terrestre et maritime, comme ça a été le cas pour SARCO.

_____

 

 

*  (1) Par sa lettre du 18 mai 2005 en réponse à la consultation de la DRIRE qui préparait la rédaction de l’arrêté préfectoral de 2005, la DDS donnait un avis favorable sous réserve de la prise en compte de deux points suivants :

-  « La DSS souhaite que les seuils maximaux des rejets instantanés soient prescrits pendant les phases transitoires de démarrage et de montée en puissance des moteurs, à moins que l’exploitant puisse prouver que ces rejets sont infimes.  »

 Réponse de la DRIRE : « ……. La mesure en phase stabilisée est représentative des rejets et donc de l’impact sur l’environnement.»

-  « La DSS souhaite que la mise à jour de l’étude d’impact, intégrant le volet sanitaire, évalue le risque pour la santé pour les populations dans les conditions passées et futures.

 

*(2)  Nos voisins Sardes et Italiens vont rapidement délaisser cette connexion rendue moins nécessaire par la réalisation du GALSI. Ils pourraient alors l’utiliser pour concurrencer notre production thermique à base de fioul lourd, tout en gardant le contrôle de l’acheminement. Quid de l’indépendance énergétique et de la pérennité des emplois.

* (3) Sauf pour ceux qui n’ont rien lu, mais s’en gaussent publiquement. 

mercredi 6 mai 2009

Conseil des Sites du 5 mai 2009 : a voté pour l'hypothèse d'une seule centrale raccordée au GALSI!

Une évaluation environnementale a été adressée aux membres du conseil des sites qui a siégé le 5 mai 2009, pour la deuxième fois au sujet du PADDUC.

Ceux qui ont pris soin de la lire n’étaient visiblement pas très nombreux, ainsi qu’ironisait récemment le président de l’Office de l’Environnement au sujet du PADDUC.

Notre ami Jean ARRIGHI, membre d’U LEVANTE et siégeant au conseil des sites à ce titre, s’est donné le temps de porter une attention à ce document. Et ce qu’il y a lu,  contrairement à d’autres interlocuteurs de cette instance qui ont paru la découvrir, n’est pas une information anodine.

A la page 118 de ce document (qui semble porter la signature d’un bureau d’étude filiale de la caisse des dépôts) on parle du gaz naturel. Voici le texte mot pour mot :

                                                                              ___

L’arrivée du gaz naturel

Le projet GALSI vise à raccorder l’Italie et l’Algérie via la Sardaigne. Selon le tracé prévisionnel, un raccordement avec la Corse au niveau de Bonifacio serait envisageable. Dès lors, pour la production d’électricité, si ce projet se concrétise deux options seraient envisageables et ferait, (la faute d’orthographe est dans le document) le moment venu, l’objet d’un choix politique spécifique :

-       L’alimentation des centrales d’Ajaccio et de Bastia : cette configuration permettrait la réduction des émissions de polluants sur les deux sites mais pourrait buter sur l’importance des coûts des infrastructures de transport au regard du niveau de consommation des deux sites.

 

-       L’alimentation de la centrale de Bastia uniquement, compte tenu des moindres coûts probables de la construction d’un réseau de distribution dans la plaine orientale. Dans cette configuration, une concentration des moyens de production sur Bastia ou sa région pourrait être envisagée mais elle impliquerait de fait une adaptation du réseau de transport d’électricité. (passage probable du réseau en 225 KV)

                                                                              ___

Alors, même si le Préfet de Région et le Président de l’Exécutif ont invoqué la méconnaissance de ces 2 options, cela est très inquiétant et révélateur du niveau de vigilance des services, qui devraient œuvrer sous leur autorité respective.

Merci à Jean ARRIGHI, notre partenaire d’U LEVANTE d’avoir eu cette vigilance.

Ce document devrait être corrigé, mais comme il n’y a pas de fumée sans feu, il serait bon qu’on nous indique la source de ces lignes, rapportées par un bureau d’étude, alors que nous en sommes à une deuxième mouture.

D’autres points également remarquables de ce document seront portés à votre connaissance par les ayatollahs verts.

Raccordement de la Corse au GALSI = GALSICO ........ FIOUL INNÒ, GALSICO SI!


Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent jamais !

L’UD CGT n’avait pas répondu à notre invitation à la réunion débat que nous avons organisée le 15 avril 2009, à la Mairie annexe de Sarrola-Carcopino.

 

Quelques jours plus tard, nous lui avons de nouveau écrit pour lui indiquer notre souhait de participer à la journée qu’elle a organisé le 28 avril 2008 au palais des congrès d’Ajaccio sur le thème du GALSI. Cela n’a pas été possible.

 

Notre troisième tentative de rapprochement à été la bonne. Mardi 5 mai 2009, donc hier soir, à 17h nous avions rendez vous au siège de l’UD CGT avec trois représentants syndicaux de l’EDF.

 

 Le compte rendu de nos échanges.....

Lire la suite

mardi 5 mai 2009

MANIFESTE pour le GALSI : nouvelles adhésions.

Quelques jours à peine depuis sa naissance et le manifeste pour le GALSI continue à rallier des partisans à la cause anti-fioul lourd.

Manifeste GALSI Corse

« Pour le Gaz Naturel, Contre le Fioul Lourd »

 

Les centrales convertibles sont un leurre !

 

Si la nouvelle centrale d’Ajaccio démarre au Fioul Lourd,

elle y restera 30 ans et nous n’aurons jamais plus de raccordement GALSI.

 

Sans raccordement GALSI, la Corse sera condamnée historiquement :

- Pollution cancérigène : Avec le Fioul Lourd, aucune réduction possible des volumes de microparticules cancérigènes PM 10 et PM 2,5.

- Vie chère : le propane représente un surcoût par rapport au Gaz Naturel de 40% par an pour 30 000 foyers Corses et les bâtiments industriels et publics. Soit un chauffage plus cher de 300 à 400 Euros par an par foyer !!!

- Frein au développement Economique : Le Gaz propane de GDF SUEZ pénalise les industriels, commerçants et administrations de Corse en gonflant leurs factures de 40% par rapport aux concurrents continentaux servis en Gaz Naturel.

- Emploi : EDF continuera de ne pas respecter le fonctionnement en Base des centrales Corses voté au plan énergétique. Demain, l’électricité Sarde produite au Gaz sera plus propre et encore moins chère qu’aujourd’hui. Le Fioul Lourd est un dangereux handicap pour la pérennisation des emplois.

- Dépendance énergétique et risques de délestage des câbles qui menacent déjà.

- Le Fioul lourd environnemental n’existe pas, c’est un énorme mensonge destiné à tromper la population ! En le transposant  sur une autre réalité catastrophique cela revient à dire, une marée noire environnementale.

 

Mensonges et Trahisons : Faire le lit du Fioul Lourd c’est tuer le raccordement GALSI !

 

La menace d’une crise d’énergie ! Pourquoi faire peur ?

En 2005 nous avons manqué d’énergie. Nous disposons à présent de plus de 120 MW supplémentaires disponibles 24h par jour.

Nous avons donc l’équivalent d’un Vazzio de plus qu’en 2005 !

La nouvelle centrale n’est pas plus puissante. Agiter le spectre de 2005, c’est avoir une guerre de retard !

Le risque principal à présent, comme l’ont montré les épisodes récents de délestage Italo Sarde, c’est que l’apport des câbles est trop important et nous rend trop dépendants de la Sardaigne. La nouvelle centrale ne règlera pas ce problème : elle n’est pas plus puissante que le Vazzio. Le choix Fioul Lourd ne nous sauvera pas !

Mais alors pourquoi faire peur ? Pourquoi jouer sur la peur du manque pour faire condamner la population à 30 ans de fioul lourd… Les Corses ne seront pas dupes !

 

L’important, c’est aujourd’hui, ici et maintenant.

 

Jules César était sûrement favorable au GALSI, mais c’était inutile car ce n’était pas le moment. L’important, c’est ici et maintenant, car c’est maintenant qu’Italiens et Algériens font le GALSI. Et c’est ici, aujourd’hui qu’il faut démarrer la centrale au Gaz Naturel.

Si le raccordement au GALSI voté dans le plan énergétique Corse n'était pas respecté, EDF imposerait définitivement le fioul lourd, avec toutes ses conséquences.

 

Parce que le raccordement de la Corse se joue ICI et MAINTENANT : Nous exigeons pour la population et son avenir que la future centrale d’Ajaccio démarre au Gaz Naturel (GALSI ou GNL), pas au Fioul Lourd !

 

Les 18 premiers signataires ....

Lire la suite

dimanche 3 mai 2009

Coupures de gaz: GrDF va porter plainte.

D’après un article paru dans LIBERATION le 03/05/2009 à 09h10,  :

Des salariés des filiales de distribution d'EDF et GDF multiplient, depuis quelques semaines, les coupures d'alimentation pour faire entendre leurs revendications. Samedi, 7.500 parisiens en ont fait les frais.

La société GrDF (distribution de gaz, filiale GDF Suez) a décider de porter plainte contre X «à la suite d'un acte de malfaisance» se traduisant samedi par une «fermeture de vanne, de robinet» privant de gaz «7.500 clients dans les 18ème et 9ème arrondissement de Paris».

Le gaz devait être rétabli samedi soir pour le 18ème arrondissement et «dans la journée de dimanche pour le 9ème», la société mobilisant «80 agents d'astreinte pour passer chez chaque client opérer le rétablissement», précise un porte parole de GrDF.

Attention, prudence

«Il ne faut surtout pas que le client tente de se réalimenter tout seul», avertit le porte-parole. Parmi les clients figurent indifféremment des particuliers et des sociétés, dont des restaurateurs, qui ont besoin de gaz pour leur cuisine.

Depuis la fin mars, des salariés d'ERDF et GrDF sont en grève pour obtenir des hausses de salaire de 5%, une prime de 1.500 euros ainsi que l'arrêt de projets d'externalisation d'emplois.

«Il y a des coupures depuis quinze jours, mais celle-ci est la plus grosse depuis le début du conflit, après celle qui a touché Corbeil la semaine dernière, également en raison d'un acte de malveillance, et dont 12.000 clients ont été victime. Les autres coupures ont en général touché environ un millier de clients», a dit le porte-parole.

(Source AFP)

Qui est GrDF? C'est un distributeur indépendant.

Gaz réseau de Distribution France garantit un accès équitable au réseau de distribution à tous les fournisseurs de gaz naturel, historique ou non. Aujourd’hui, 11 fournisseurs sont présents sur le marché français dont 4 au niveau du marché des particuliers : vous leur achetez du gaz, GrDF l’achemine.


Lire la suite