Renato SORU, président centre gauche de la région SARDE  battu aux dernières élections des 15 et 18 février 2009, a  été un fervent défenseur d’une politique de protection environnementale, et souhaitait davantage d’autonomie par rapport à l’Italie.

SORU, fondateur de TISCALI, prônait l’identité Sarde face au colonisateur Italien et avait démissionné en novembre 2008 refusant de céder aux pressions des promoteurs, et après avoir créé une taxe de luxe pour les yachts rupins, jugée par la suite inconstitutionnelle.

Il s’est ainsi attiré les aigreurs des promoteurs  et investisseurs potentiels.  Silvio BERLUSCONI a pesé de tout son poids pour faire élire son poulain parfait inconnu hier, Ugo CAPPELLACCI, a qui il vient de faire remporter les élections avec 51,9 % des voix.

BERLUSCONI, qui possède une propriété au nord est de l’île, a été jugé très envahissant pendant cette campagne.

La lutte fraternelle qui se profile en Corse entre les deux présidents sera elle également arbitrée depuis Paris par un président qui opérerait ainsi une reprise en main alors que sa représentation locale est de plus en plus contestée en sa fin de mandature et ballottée par l’opposition au PADDUC sur fond de dé-sanctuarisation du littoral?

Toute similitude avec des personnes…….

Quoique! En Corse aussi il y a aussi un jeune loup qui essaye de se faire les crocs.

Benito, Silvio, Nicolas  …..      a gabbia  senza l’acelli ?