Un troisième EPR serait donc  programmé sans qu’on ne sache pas vraiment comment fonctionne la chaine des décisions en la matière, et comment ce genre d’investissement est arbitré. On se demande bien à quoi à servi la grand messe du grenelle!

Alors que le pays atteint déjà 80 % de production d’origine nucléaire, que nous en vendons à nos voisins au point de ne plus en avoir assez pour couvrir nos besoins, et que cela conduit EDF à rouvrir ses vieilles centrales polluantes au fioul lourd !

 

Un EPR c’est quoi ? Un European Pressurized  Reactor est  un Réacteur à Eau Pressurisée.

Capable de produire 1 600 mégawatts, l’ EPR utilisera de l’uranium enrichi à 5 % et aussi un combustible nucléaire appelé MOX.

L'EPR est supposé avoir un rendement amélioré de  22 % par rapport à un réacteur traditionnel en utilisant de la même quantité de combustible nucléaire, et diminuer de 30 % le volume de déchets radioactifs..

Deux autres EPR sont en cours de construction en FINLANDE, et en France à Flamanville. Les deux chantiers rencontrent de grosses difficultés. En France l’ASN vient de suspendre les travaux et  en Finlande on compte 2 ans de retard. Chine et États-Unis préparent également leurs équivalent locaux d'EPR.

 

Pendant ce temps, Exxon Mobil, que nous connaissons en France à la pompe sous Esso (depuis la marée noire causée par le pétrolier Exxon Valdès) et Mobil annonce un bénéfice reccord de 45 milliards de dollars, soit 11 % de mieux qu'en 2007 malgré un dernier trimestre 2008 en recul de 30 %.

Le fuel lourd à encore des beaux jours, méfions nous en, surtout en Corse, où il demeure le combustible préféré de l'opérateur unique.