La CRE à reçu, par deux modes d’acheminement, notre courrier. La réponse se fait attendre. Ils ne sont peut-être pas au courant de ce qui se passe en Corse?

Si la réaction est trop longue, nous aurons, à regret, recours à un des moyens que nous avons jusqu’ici voulu éviter à la Corse : la mise au pilori de nos hibernatus locaux sur un des grands quotidiens nationaux qui en sont si friands. Adepte du gagnant-gagnant, Nicolas ne va surement pas apprécier d’être associé politiquement à des loosers !

Ca va jeter un froid, après le rapport sur les comptes qui vient de constater que la collectivité est exsangue, entre autres, du fait du PEI.

Quand on pense que ce plan procurerait  70% de 1,96 milliards d’euros à la Corse, si elle en apportait 30%. Hum!

Mais quand on sait que la CTC à voté le financement de la « mise hors d’eau » de la future  centrale SEI de LUCCIANA, sur  crédits PEI en participant non pas à 30% mais à 50%, là ça jette un froid. Nous allons tous payer la différence en petites coupures!

Connaissant, comme lui,  la problématique, nous n’aimerions pas être à la place de celui qui va être amené à délivrer une autorisation d’installation classée pour la future centrale Vazzio bis au fioul lourd.

A l’utiliser comme un mât, la charte environnement pourrait l’aider à ne pas céder aux sirènes au chant mélodieux !

Nous allons malgré tout tenter de dégeler l'ambiance, avant le jour J, parce que le temps presse.