leur choix voté dans la délibération 05/225, alors même que la CTC ne disposait

d'aucune compétence pour les moyens de production électriques supérieurs à 8 MW.

Leur choix prévoit que les futures centrales thermiques à moteurs propres

seront convertibles pour passer du fioul lourd au

gaz naturel et raccordables au gazoduc GALSI.

 

Il va donc falloir que nos 51 conseillers territoriaux, même et surtout ceux qui n'ont pas voté pour,  se penchent sur le berceau de la chimère pour que seuls les éléments les moins défavorables qu'ils ont souhaité pour, et sans son assentiment, au nom de la population de Corse en soient conservés.

Il faut donc, avec ou sans Monsieur GALSI:

qu'ils obtiennent la signature du raccordement de la Corse au GALSI, pour que sa réalisation corresponde avec la mise en service des centrales de Corse,

qu'ils obtiennent la propreté "relative" qu'ils ont voté en exigeant le démarrage immédiat au gaz naturel, forts de la convertibilité qu'on leur a fait accepter, sans passer par l'inacceptable phase fioul lourd, en démarrant au gaz naturel puisque l'usage de ce combustible est le seul facteur de nature à accréditer un gain en propreté.