ont pu donner libre cours à leur intime conviction sur la mauvaise qualité de la copie.

On peut facilement concevoir que d'autres, parmi leurs collègues nationaux ou territoriaux, craignant d'être exposés à des représailles suite à l'inévitable analyse que le dépouillement allait susciter, aient voté à leur coeur défendant pour cette mauvaise copie.

Car le projet est suffisamment mauvais pour être autodestructeur par simple lecture! C'est probablement pour cette raison que sa diffusion a été si tardive, comme pour ne laisser que peu de recul à ses potentiels détracteurs, avant sa validation.

C'était sans compter sur le réflexe citoyen de quelques " ayatollahs verts", ainsi que les a qualifiés l'un des présidents, frappant d'un seul coup d'anathème les ayatollahs et les verts!

Si les verts n’ont pas inventé le fil à couper le beurre, ils n’ont pas, comme l’Assemblée de Corse en 2005, inventé les centrales thermiques à  moteurs propres au fioul lourd !

Et ils n’acceptent pas de laisser le projet de PADDUC valider cette chimère au travers de « l’acceptabilité par la population des choix énergétiques de l’Assemblée de Corse »

Pour ARIA LINDA, Ce Padduc est mauvais, autant pour la démocratie, que du fait de l’impact que les centrales au fioul continueraient d’avoir sur la santé de la population et sur l’environnement de la Corse, aggravé par les émanations de l’incinérateur, toujours présent dans le PIEDMA.