Communiqué de presse

du Collectif ARIA LINDA et de l’Association A SENTINELLA

 

 

 

 

 

 

 

La position pro GALSI, récemment médiatisée par le représentant de la CGT d’EDF, semble s’ajouter au consensus pour le gaz déjà exprimé par les autres syndicats de cette entreprise, mais aussi à celle des divers représentants politiques, et surtout à l’avis de la population porté par les associations anti-centrales au fuel.

 

Pour autant, cette annonce de la CGT, concomitante à celle de la « propanisation » de la ville d’Ajaccio et faisant suite à celle du directeur d’EDF, y perd en lisibilité puisque la desserte au gaz naturel par le GALSI aurait de fait moins d’intérêt économique pour cette entreprise désormais privatisée et qui ne fera pas deux investissements de même nature pour des objectifs différents.

 

Les Algériens et les Italiens, qui ont mesuré tout l’intérêt économique de réaliser le GALSI, n’ont pas eu  besoin de nommer un Monsieur GALSI pour mettre en place un échéancier de réalisation. Cet échéancier, consultable en ligne, prévoit un rapport sur la faisabilité au cours du 4eme trimestre 2008, et une décision finale d’investissement mi 2009.

 

Il est donc évident que pour être associés à la décision de 2009, le cahier des charges de la desserte de la Corse et l’engagement financier qu’elle représente devraient être à ce jour bien avancés, mais rien de concret ne nous permet aujourd’hui de le vérifier.

 

Agiter la peur d’une nouvelle crise énergétique type 2005 n’a plus de sens, car depuis la Corse dispose du câble SARCO, de  nouvelles TAC, et la santé de la centrale du Vazzio, dont les contrats d’entretien courent jusqu’en 2015, est bien meilleure que celle de Lucciana.

 

Il n’y a donc aucune urgence à donner des coups de pioche pour tenter d’imposer 30 ans de fioul et de pollution supplémentaire, mais plutôt à respecter les engagements votés en 2005 quant au raccordement de la Corse au GALSI, et ceux concernant la surveillance des émissions de l’actuelle centrale du Vazzio contenus dans l’arrêté préfectoral de la même année. D’ailleurs, y compris en terme d’emplois pérennes, l’avenir est du coté du gaz. En effet, comment imaginer à 18 km de distance au point le plus proche que la Sardaigne puisse avoir une production électrique propre grâce au GALSI et la Corse une production électrique polluante à cause du fioul.

 

Pour finir, la population n’a jamais exprimé, ainsi que se propose de le valider le projet de PADDUC, son « acceptabilité de choix énergétiques » tels que les chimériques centrales thermiques à moteurs propres alimentées au fuel lourd contenus dans la contraction des articles 3 et 4 de la délibération 05/225 votée par l’Assemblée de Corse en novembre 2005.

 

ARIA LINDA tiendra une assemblée générale extraordinaire le vendredi 10 octobre 2008 à partir de 18h30 au restaurant A CASETTA, plaine de Cuttoli Corticchiato. La population est invitée à venir prendre connaissance de la véritable urgence, et de l’inconsistance de certains de nos décideurs, non loin du site « meilleur compromis » de la future centrale.