Pour ARIA LINDA:

La permanence et la continuité des mesures n'est pas respectée puisque toutes les phases actives des moteurs mentionnées (sur des feuilles sans identification) ne sont pas portées sur les "feuilles de déclaration des émissions mensuelles".

Les poussières, selon l'arrêté, doivent être mesurées, et non évaluées ainsi que le précise le commentaire de la DRIRE.

Même dans les faibles proportions avancées par EDF, les Valeurs Limite d'Exposition sont souvent dépassées. Et malgré un calcul avantageux de moyenne réalisé moteur/moteur, les citoyens respirent,  globalement les rejets, en permanence et en continuité.

Cerise sur le gâteau, les "résultats" sur les rejets en oxyde de souffre, sont estimés et basés sur les teneurs en souffre déclarées à la livraison du combustible, et les paramètres de fonctionnement de l'installation.

Dans un prochain billet, nous ferons aussi un petit développement sur les rapports Qualit'air Corse..

Et la nécessité de faire appel à des organismes indépendants des sphères de décision pour obtenir la réalité sur la qualité de l'air.

En attendant, voilà un bilan de la qualité de l'air en Corse en 2004 :  http://www.amnistia.net/news/articles/corsdos/centrale/vazzio_119.htm