Association Aria linda

mardi 24 avril 2018

A quai pour une escale de moins de deux heures, les navires tournent au fioul lourd.


C'est un tout petit article découpé dans Var Matin du 21 avril 2018, scanné et envoyé à un correspondant niçois qui l'a ensuite envoyé à Aria Linda.

Curieusement, alors que le PDG de la Corsica Ferries donne au journaliste donne deux informations très précises pour bien informer ses lecteurs, le journaliste coiffe son article d'un médiocre chapeau bleu qui n'en restitue pas l'essentiel. 



"Ils sont mal informés:
lorsque nous sommes à quai pendant plus de deux heures,
nous utilisons du gasoil léger à 0,1%.
Pour tous nos bateaux"








 ....lorsque nous sommes à quai pendant plus de deux heures, nous utilisons du gasoil léger..... La phrase aurait pu interpeller notre journaliste.

Car lorsque les navires sont à quai pendant moins de deux heures, ils peuvent comme le prévoit la règlementation, continuer à utiliser du fioul lourd. Il semblerait même que ces occurrences soient majoritaires, notamment au cours de la période estivale.

 

".......branchement à quai des navires ..... à port Savone,
que nous équipons nous-même...."


.... que nous équipons nous-même.....  Chapeau, quand c'est bien, il faut le dire!  Il faut donc saluer là saluer l'effort de la Corsica Ferries pour réduire l'impact polluant de son activité dans ce port de Ligurie. Que les navires y accostent plus ou moins de deux heures par escale!

Et remarquer que ce qui est bon pour Savone doit l'être aussi pour Ajaccio, Bastia, Toulon.

Baccalà per Corsica ?    

Alors, c'est pour quand en Corse?


dimanche 22 avril 2018

A Bastia on souffre du soufre. A Ajaccio on en souffre peut-être aussi mais sans le savoir!



Comme le montre le relevé de Qualitair Corse, le capteur de Bastia Giraud a bien enregistré un pic de concentration en soufre ce jeudi 19 avril 2018 lors du départ d'un jaune
à 11h59.




Sur le site de Qualitair Corse apparait le traçé des concentrations en soufre d'Ajaccio Abbatucci, mais les valeurs ne sont pas affichées...........

jeudi 19 avril 2018

Toscu di i battelli: Bastia intrappulata




Jean Claude depuis Bastia nous invite à remarquer, lors du départ du Pascal PAOLI, le 17 avril 2018, de 18 h 32 à 18 h 45,  l'ordre de mise en marche des machines et les fumées qui s'en dégagent.
 






Le 18 avril 2018, à 14h00 Jean Claude suit le départ du MOBY Vincent
du port de Bastia. Jean Claude connait et redoute la suite:

"
Nous allons encore subir la ronde infernale des 18 arrivées et départs journaliers. Entre les nuisances olfactives et les nuisances sonores, les riverains du nouveau port et tous ceux qui fréquentent la place Saint NICOLAS sont en première ligne".






Le 18 avril 2018, départ du PIANA du port de Bastia de 19 à 19h20.

Selon Jean Claude: 

" ...par chance il y avait une brise du Nord au Sud qui a dissipé la fumée..."  puis
il constate " En définitive, ils fument et crachent du souffre comme avant, nous allons tous mourir asphyxiés ou poitrinaires et surtout époumonés de ne pas nous faire entendre.

mardi 17 avril 2018

BASTIA Saint NICOLAS: la pollution des navires vue, sentie, ressentie .... mesurée?


Port de Bastia à 8h14

 


Comme la majorité des habitants de Bastia, Jean Claude ne décolère pas. Depuis son appartement situé sur le port, tout près de la place Saint Nicolas il subit chaque jour l'impact des fumées des moteurs diesel des navires qui évoluent ou stationnent dans le port de commerce.

A 8h14, Jean Claude prend une photo et la commente :

"Ce matin il y avait 3 bateaux dans le port, fumant comme à l''habitude. Ensuite le MOBY ZAZA est arrivé avec son panache de fumée ainsi que le MEGA EXPRESS de la CORSICA FERRIES.
"
 
Port de Bastia à 13h20






A 13h20, Jean Claude prend une autre photo. On peut apercevoir la cabine de mesures de la qualité de l'air implantée par Qualitair Corse. Cette cabine est située sous le niveau de la place Saint Nicolas, pratiquement au niveau de la sortie du tunnel. Jean Claude commente son cliché :

" Aujourd'hui le MEGA EXPRESS FIVE Genova est arrivé vers 10 h. Vers 12h40 il a commencé à cracher cette fumée noire, il y avait un vent de sud-ouest sur tout le nouveau port et sur toute la place Saint Nicolas où il y avait une concentration de voitures, l'air était irrespirable."

 


A Bastia, la pollution des navires
qui est vue, photographiée,
sentie, ressentie
 est-elle mesurée à
l'endroit le plus pertinent ?





Cela n'est pas démontré si l'on se réfère aux concentrations horaires relevées par la cabine de mesure située sous le niveau de la place Saint Nicolas et affichées sur le site de l'AASQA pour la journée du 15 avril 2018:


1) Aux heures des photos prises par Jean Claude, la courbe des concentrations horaires affichées par Qualitair Corse ne révèle rien de très significatif (zones gris foncé). Il apparait cependant qu'il y ait un décalage de 2h00 avec les périodes où des concentrations plus élevées apparaissent sur la courbe
(zones gris clair)

2) Jean Claude semble indiquer que la direction et le sens du vent dirigeait le panache des navires vers la place Saint Nicolas. Pourtant le capteur de particules situé quelques mètres plus bas que le niveau de la place ne semble pas avoir été impacté aussi significativement que Jean Claude dit avoir été indisposé.

3) Pour la journée du 15 avril 2018, la concentration moyenne journalière issue des données horaires a été de 30,65 µg/m3. Et c'est par cette moyenne qu'est officiellement établie la bonne ou la mauvaise qualité de l'air.

Les pics, bien que rendant l'air irrespirable à certaines périodes de la journée sont lissés par la moyenne journalière.

D'autant que comme à Piataniccia (surveillance de la centrale thermique du Vazzio), le capteur dit "Saint Nicolas" n'est probablement placé à l'endroit où la population est effectivement la plus exposée, ce qu'impose pourtant la réglementation. 


Classer la Méditerranée
en zone SECA

La solution adoptée ailleurs, notamment en Mer du Nord: imposer aux navires qui évoluent sur nos côtes de consommer un fioul lourd à teneur en soufre réduite, ce qui permet de faire baisser la toxicité des émissions.

En 2017, Aria Linda a sollicité le Président de la Commission des Iles au sein du CRPM pour qu'il appuie cette évolution dont bénéficient déjà les riverains de la Mer du Nord. En 2017 la CTC a voté une motion en ce sens.

lundi 16 avril 2018

Démesure de la qualité de l'air en Corse?

Ajaccio, à la cabine de mesure de la place Abbatucci, ce samedi 14 avril 2018, le seuil d'alerte de 80 µg/m3 de moyenne journalière a été franchi......sans alerte.
 
Le seuil d'information de 50 µg/m3 a lui été franchi dans toutes les stations d'Ajaccio, sauf à *Piataniccia,  et aussi à Venaco.




Inconnue...... la concentration en microparticules atteinte à la station de *Piataniccia!

Comme le montre le graphique ci-dessous les stations de mesures de la Corse du Sud sont celles qui été le plus tôt et le plus significativement impactées par le nuage de particules désertiques.

Dans la journée vers 11h00 le nuage impactait la station de mesure PM10 de Venaco.

En fin de journée vers 19h00, tout en continuant a recouvrir le sud de la Corse et le centre Corse, le nuage atteignait les stations de mesure de Haute Corse qui affichaient un pic toutefois moins élevé.



*Depuis le 9 avril 2018 les concentrations en PM 10 mesurés par la cabine de Piataniccia affectée à la surveillance industrielle, notamment celle de la centrale thermique du Vazzio, ne sont plus affichées sur le site de Qualitair Corse.