Association Aria linda

mercredi 19 juillet 2017

En 2023, la pollution émise par le Vazzio Bis pourrait-elle être aggravée par la combustion des CSR?

Sans gaz naturel, l’impact sanitaire et environnemental de la future centrale Vazzio Bis pourrait être encore plus important que celui de l’actuelle. Et il y a deux bonnes raisons pour cela.


 

Si le gaz naturel n’arrive pas en Corse en 2023 EDF sera alors confronté à un problème économique majeur, d’autant plus que le cours du baril de pétrole repartira inévitablement à la hausse: un inacceptable surcout d’exploitation.

Et comme le maintien de la péréquation tarifaire est menacé, la CRE ne manquerait pas de sortir le carton rouge et de demander à EDF de trouver un autre combustible sous peine de refuser de compenser les surcouts qui, chacun le sait ou presque, sont répercutés via la CSPE sur nos factures d'électricité .

Un autre combustible qui pourrait, par un heureux hasard, être produit localement. Si localement qu’il pourrait même alimenter la future centrale Vazzio Bis par une canalisation de quelques centaines de mètres depuis le Centre de Tri et de Valorisation voulu par la CAPA.

Un CTV pensé et réalisé par la CAPA, au profit du SYVADEC, qui traitera les déchets produits par les 11 5000 résidents (1/3 de la population de la Corse) mais aussi les déchets produits par 1000 000 de touristes (au bas mot 1/3 de la vague touristique annuelle) ce qui en lissage mensuel équivaut à doubler la production de matière valorisable énergétiquement.

Biogaz et/ou vapeur émise par les CSR, sont les deux produits issus de la « valorisation » de déchets non triés qui pourraient venir, via un passage en chaudière adaptée pour les CSR, compléter l’alimentation en vapeur des futures turbines Vazzio Bis.

Comme monsieur Jourdain, on ferait ainsi en Corse de l’incinération sans le savoir, et cerise sur le gâteau, sans être soumis à la règlementation qui lui est applicable, et donc sans être assujetti à la TGAP!

Sans le savoir? Pas vraiment, car il semblerait que la chose soit déjà entendue pour les décideurs. C'est d'ailleurs ce que semblaient indiquer les propos d'un conseiller communautaire : « si j’ai du pétrole ou des CSR sous la main, je ne vais pas me priver de les utiliser ».

Lequel conseiller communautaire militait auparavant pour l'incinération. Autant dire qu'on a tout intérêt à ne pas vraiment inciter la population à trier pour réserver le plus important tonnage possible de plastiques, papiers, bois, cartons souillés pour le consacrer à la transformation en CSR. 

Il faut aussi remarquer que ne pas vraiment inciter au tri correspond à la posture adoptée par les collectivités qui ont opté pour l’incinération.

Alors, on peut bien se demander quelles sont les réelles intentions des communautés d'agglomérations qui ont, ou vont adopter une délibération en faveur de l'étude Et la réalisation de CTV, sans avoir voté, il faut bien le remarquer, une délibération pour instaurer le tri des biodéchets et la collecte en porte à porte.


    

Les conditions de mise en oeuvre de techniques s'apparentant à de l'incinération, sont elles réunis au plan local? Serait-il possible que l'impact de la combustion des CSR, qui est équivalent à celui des fumées d'incinération, ne soit remarqué par des capteurs de pollution?

En fait il n’y aurait pratiquement aucun risque pour les potentiels pollueurs ! L’Etat et EDF ont en effet validé la pertinence de la localisation d'un capteur de particules qui est situé à 5 km de la centrale du Vazzio. La mesure par ce capteur, affecté à la surveillance de la qualité de l’air pour les impacts  industriels, est une obligation pour l’industriel. Contre toute *apparence, selon eux c’est à cette distance que la concentration en microparticules serait la plus forte. Il n'y donc pas de raison qu'ils se déjugent si une nouvelle source de pollution située dans le proche périmètre du Vazzio Bis venait à s'y rajouter. Même si les nouvelles cheminées émettront leurs polluants à seulement 40 m de hauteur. *
(photos ci-dessus et ci-dessous pour des cheminées actuelles de 80 m de hauteur)

Bingo, la pollution n’affecterait donc pas la santé de la population résidente, ni de celle qui évoluera dans le futur hôpital, ni celle du futur collège, ni la salle de spectacle, et le téléphérique qui passerait dans des nimbes pures.

L'aria sempre linda di u Vaziu, ò
ghjente pricate puru !


Communiqué du collectif

PER A SALVEZZA DI A TARRA CORSA

TUTTI IN VIZZAVONA U 30 DI LUGLIU !


Un Collectif de citoyens s'est constitué pour obtenir le respect de la loi et la démolition des villas de A Rundinara. Il organise un premier rassemblement à Vizzavona, le 30 juillet, à 16 h, afin de décider des suites à donner à cette revendication.

Nous souhaitons contribuer à un grand mouvement citoyen capable, par une présence active et massive, de faire reculer, chaque fois que cela est nécessaire, les pouvoirs qui ne respectent pas leur propre législation.

Pour cela nous invitons au rassemblement de Vizzavona toutes les associations qui luttent pour la protection de l'environnement et notamment U Levante dont l'action remarquable est à souligner.

Nous invitons aussi toutes les organisations ( politiques, syndicales, associatives ), les élus et plus généralement tous les Corses qui ont a cœur la défense de nos espaces naturels, car notre démarche se veut horizontale, transversale, et sans esprit partisan.

samedi 8 juillet 2017

A Chjama d'Aiacciu per u Mediterraniu : L'appel d'Ajaccio.

Chjama d'Aiacciu...


Ce que l'histoire retiendra des 7 emes Assises Nationales de la Biodiversité qui se tenues en Corse, à Ajaccio, du 5 au 7 juillet 2017, c'est l'Appel d’Ajaccio demandant d'interdire définitivement toute exploration ou exploitation d’hydrocarbures en Méditerranée.


A Chjama d'Aiacciu dans les mains de Ségolène ROYAL

Parmi les quelques 700 participants à ces assises, nombreux ont été, celles et ceux qui désiré signer la Chjama d’Aiacciu, l’appel d’Ajaccio. Les tout premiers signataires: Ségolène ROYAL et Gilles SIMEONI.

Les mots du Président de l'Exécutif, Gilles SIMEONI au micro d'Alta Frequenza qui n'a pas manqué de souligner, entre autres, le rôle des associations.

Une petite satisfaction pour Aria Linda et les associations qui ont et continuent d'oeuvrer pour cet objectif comme le rappelle notre article relatif aux actions du 8 avril 2012.



A noter l'excellent accueil, l'organisation concoctée par les organisateurs. La Collectivité Territoriale de Corse, et ses partenaires insulaires ont su mettre en valeur les potentialités de notre île. 


.....Rispondi di u Vaziu?


En l'absence remarquée d'EDF et de SEI/PEI, quelques "acteurs économiques" de niveau national participaient aux assises, notamment l'opérateur gazier TIGF, qui pourrait se situer dans la poignée de candidats en lice dans la procédure de dialogue concurrentiel en vue de réaliser l'ensemble de la chaine gazière (barge+ gazoduc terrestre).

Objectif souhaité par la Ministre Ségolène ROYAL: alimenter les deux centrales thermiques de Corse au gaz naturel dès début 2023, date de démarrage de la future centrale du Vazzio. Compte tenu du calendrier assez tendu de réalisation, cet objectif devra être confirmé par son successeur au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. (et pas Solitaire!)

Pour que la procédure soit respectée, les premiers *arbitrages devraient avoir lieu dans les semaines qui viennent. Au terme de la procédure de dialogue concurrentiel, la décision finale (elle appartient au Ministre) de réaliser, ou de ne pas réaliser, l'ensemble de la chaine gazière devrait intervenir en avril 2018.

En comptant 5 ans de réalisation, ce serait bien le dernier délai pour tenir l'objectif de mise en gaz en 2023.

* L'évolution du taux de rémunération des capitaux investis autorisé pour les ouvrages de production réalisés dans les ZNI, 11 %, reste un préalable pour les opérateurs qui investissent dans les ouvrages de transport de gaz. Le taux de rémunération qui leur est actuellement servi n'est que de 6,5 %. Un handicap de l'insularité souligné par le rapport Leteurtrois en 2005.




dimanche 2 juillet 2017

TIGF et Nicolas HULOT à Ajaccio cette semaine: ça va gazer pour l'objectif de Ségolène ROYAL en 2023?

 

Assises nationales de la biodiversité,

du 5 au 7 juillet 2017 à Ajaccio

Nouvel établissement public de l'Etat au sein du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire,  l’Agence française pour la biodiversité parraine l’édition 2017 des Assises nationales de la biodiversité qui se dérouleront dès mercredi à Ajaccio du 5 au 7 juillet.

Dans le programme des assises Aria Linda relève deux petites curiosités:

  1) EDF (pourtant Agir Plus!) ne semble pas partenaire des assises,

  2) TIGF, opérateur gazier qui se présente comme un "accélérateur de la transition écologique", soutient les assises et tiendra même un stand au palais des congrès d'Ajaccio. Innò, ùn sò mica fole!


TIGF se décrit également comme un "expert en transport et stockage de gaz".  Fuss'ella puru.

Il se dit aussi que le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Monsieur Nicolas HULOT, pourrait vraisemblablement ré-hausser l'évènement par sa présence.


Alors, Aria Linda, qui suit avec grand intérêt le dossier de l'alimentation en gaz de la Corse, désigné par la Ministre Ségolène ROYAL comme un objectif pour 2023, se demande si le Ministre pourrait faire une annonce que la journaliste la plus pertinente, ou *impertinente de l'île pourrait au besoin suggérer.


A noter que du côté des élus en charge du dossier, s'ils ont un tuyau, ils se gardent bien de renvoyer l'ascenseur. Passata a festa, scurdatu u santu!



*parlemu à u feminile singulare...ùn ci n'hè tantu.

 



samedi 1 juillet 2017

La centrale diesel au fioul lourd du Vazzio serait-elle furtive?

On connaissait les avions furtifs, les sous-marins furtifs. Il y pourrait bien aussi exister une centrale thermique furtive...du côté d'Ajaccio.

Du 5 au 9 juin,  la centrale du Vazzio aurait été à l'arrêt pour des opérations de maintenance, et donc sa production d'électricité interrompue.

Au cours de cette période, c'est le barrage de Tolla qui aurait été sollicité pour compenser une partie de la production d'électricité. Une utilisation qui aurait été, nous dit-on, sans incidence sur le niveau de remplissage du barrage qui serait resté au terme de l'opération rempli à 95 %, donc bien au dessus de la valeur cible de 90 % prévue pour assurer la fourniture en eau de la CAPA et de l'OEHC au cours de la période estivale.

Mais ce n'est toutefois pas la furtivité hydraulique du barrage de Tolla qui interpelle l'association Aria Linda, mais plutôt celle des émissions polluantes de la centrale thermique du Vazzio.

Il suffit d'observer l'évolution des concentrations mesurées pour la même semaine du 5 au 9 juin au cours des années 2012 à 2017, à savoir dans des conditions identiques d'exploitation de la centrale du Vazzio, tableau ci-dessous.

.

Il apparait nettement que la cabine de Piataniccia, élément du réseau de mesure de Qualitair Corse dédiée à la surveillance industrielle, n'a pas constaté de baisse des émissions industrielles durant cette fameuse semaine du 05 au 09 juin 2017.

Une baisse des émissions de particules PM 10 qui aurait pourtant dû résulter de l'arrêt de la production de la centrale du Vazzio. Bien au contraire, du 5 au 9 juin 2017 c'est une hausse des émissions qui est constatée.

Alors, furtive la centrale du Vazzio?

Pour Aria Linda, c'est bien la pertinence de la localisation de la cabine de Piataniccia qui est en cause. Mais les services de l'Etat continuent de s'appuyer sur une très contestable étude réalisée par Qualitair Corse pour le compte d'EDF pour ne pas remettre en cause l'emplacement choisi par EDF. 

Agir Plus?




On ne trouve pas davantage trace des émissions d'un navire pour la journée du 28 juin 2017 à 16h00.

dimanche 25 juin 2017

Agir plus.....contre les merdes de chiens?

Toulon, petit port de rêve en Méditerranée, ses eaux couleur émeraude.......



A l'heure de la belote et du p'tit jaune.... son musc Esmeralda!


Pourtant, là-bas tout comme à Ajaccio, ce sont les déjections canines qui font l'objet de tous les soins!



Les décideurs de ces deux "perles" de la Méditerranée ne sauraient pas que les microparticules ont beaucoup plus d'impact sur la santé que les porte-bonheur du trottoir?




A Ajaccio, on aurait toutefois de solides raisons de croire que la pollution de la centrale thermique au fioul lourd n'impacte pas les poumons des habitants de la cité impériale:

selon une étude financée par EDF, son impact polluant serait maximal à 5 kilomètres du point d'émission, sur la commune de Sarrola Carcopino!!!!!!!


Agir plus?